Adam Minoprio s’envole vers la victoire

NORAUTO a dominé la dernière journée de compétition et remporte la GC32 La Reserva de Sotogrande Cup en Espagne. Les manches qui se sont courues sur cette dernière journée dans un vent d’ouest léger, le « Levante », ont permis à Adam Minoprio de se placer sous le vent comme il le désirait sur la ligne de départ, et à NORAUTO de prendre les commandes sur les trois dernières courses de la semaine, avec deux victoires.

Adam Minoprio s’est montré satisfait d’avoir été ferme sur les départs et de faire que la stratégie de l’équipe ait fonctionné :

« Si vous gagnez le départ, vous vous placez dans une bonne position pour remporter la course. Aujourd’hui, nous voulions protéger l’extrémité de la ligne, ce qui est plutôt risqué. Cela ne fonctionne que si on prend le dessus, car sinon cela peut très mal finir si vous êtes en retard parce que les autres bateaux vont prendre l’avantage. Mais nous avons défendu cette position fermement, surtout dans la dernière course contre ARMIN STROM. »

Là où NORAUTO a vraiment dominé, c’est dans la forte brise au début de la régate, en remportant les sept premières courses et en marquant un total de dix points sur 15 courses.

« Nous avons eu 15 à 25 noeuds de vent le premier jour et nos entrainements sur le bateau ont vraiment payé », a déclaré Adam Minoprio. Nous pourrions mieux naviguer à bord du bateau, en étant plus stable et en retombant moins en vol, ce qui permet de prendre plus de vitesse. Mais les autres équipes deviennent plus rapides à chaque événement, à chaque course en fait, et les propriétaires-barreurs s’améliorent aussi rapidement. Le niveau a vraiment augmenté depuis le début de la saison. »

Team Tilt a pris un certain temps à bien rentrer dans cette régate, mais c’est son 21e anniversaire hier qui a semblé pousser Sébastien Schneiter à la vitesse supérieure, et avec deux courses gagnées samedi et une autre aujourd’hui, il a pu confortablement amener le bateau Suisse vers la deuxième place du podium. Team Tilt a eu ses moments dans le vent plus fort au début de la régate, mais a semblé très à l’aise dans les vents plus légers des deux derniers jours.

Sébastien Schneiter a commenté :

« Je suis content des manœuvres que nous exécutons, notre vitesse s’est améliorée, mais les départs sont mon point faible en ce moment. » Rentré des Jeux Olympiques très récemment où il a représenté la Suisse en 49er avec son coéquipier Lucien Cujean, Sébastien est à 21 ans promis à progresser très rapidement. « Je n’ai passé que deux jours à la barre avant cet événement, et la même chose pour Lucien à la grand-voile, donc nous ne nous sentions pas aussi pointus que nous pourrions l’être normalement. Mais nous sommes heureux de ce résultat. »

Le jeu pour la troisième place était grand ouvert au moment de débuter la dernière journée de course, et le podium était bien à portée des quatre bateaux suivants. Dans la première manche, Team ENGIE a posé le débat avec une belle deuxième place derrière NORAUTO, mais avec Realteam juste derrière en troisième position. Sur la manche suivante, NORAUTO a rapidement pris de l’avance, mais s’est fait dépasser sur le premier bord sous le vent par Team Tilt, puis par ARMIN STROM Sailing Team, où Flavio Marazzi a pris une utile seconde place dans sa quête du podium.

Dans la dernière course, avec NORAUTO et Team Tilt qui ont coupé la ligne de départ en tête dans leurs positions habituelles en tête de la flotte, ce fut le tour de Realteam de briller, en prenant la troisième place devant l’équipe Japonaise de Mamma Aiuto!. ENGIE n’a pu prendre que la sixième place sur ce tour, mais cela s’est avéré suffisant pour prétendre à la troisième marche du podium.

Le skipper de Team ENGIE, Sébastien Rogues, a déclaré :

« c’est formidable de monter sur le podium pour la première fois. Bertrand Dumortier a été notre entraîneur ici, et il nous a aide dans bon nombre de domaines, y compris le travail sur nos départs. Je viens de la course au large où vous faites la course pendant des jours, donc cela n’a pas d’importance si vous commencez avec 20 minutes de retard. Ici, vous ne pouvez pas vous permettre d’être une seconde en retard, et nous étions meilleurs en terme de temps et de distance à Sotogrande. »

Pierre Casiraghi a été quant à lui déçu de terminer sixième à Sotogrande, après avoir eu le podium à portée de mains ce matin, mais il mène au classement général des propriétaires-barreurs (« owner driver »). Sa victoire dans la 9e manche démontre que Pierre Casiraghi peut rivaliser avec les meilleurs quand il peut maitriser son timing sur les départs qui ont une si grande importance. Mais il est plus dur avec lui-même, à propos d’erreurs qui auraient pu être évitées.

« Si nous naviguons comme nous l’avons fait aujourd’hui, nous ne méritons pas autant de succès », a déclaré Pierre Casiraghi. « Je dois améliorer mes départs, et en terminer avec les erreurs stupides comme le black flag qui nous a disqualifiés sur une manche. Ce sera une bataille pour prendre la quatrième place de la saison, mais c’est ce que nous visons. Je dois plus écouter Seb Col et les autres marins, me concentrer davantage, et peut-être que cela sera possible. »

L’intérêt vis à vis du GC32 Racing Tour continue de croître, et Iker Martinez qui était à Sotogrande plus tôt cette semaine, est venu juger par lui-même : « Le GC32 est un super bateau et j’ai bon espoir d’être sur le Tour l’année prochaine », a déclaré le médaillé d’or Olympique et skipper sur la Volvo Ocean Race.

A peine quelques semaines avant la grande conclusion de la saison 2016, alors que neuf GC32 seront en compétition sur le Marseille One Design du 13 au 16 Octobre, beaucoup d’issues sont encore possibles, notamment avec l’équipe d’Argo qui sera de retour à la compétition pour se battre avec Malizia pour le trophée owner-driver.

Source

Stéphanie Nadin

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : GC32