Plein Pot

octobre, embarque, transatlantique, voile, classe, mer, atlantique, skipper, concurrent

© Francois Gabart

Les deux Ultime rentrent dans le Pot au Noir ce dimanche, une zone assez instable et difficile à anticiper en raison des nombreux cumulonimbus qui parsèment la route vers l’équateur. Derrière, les monocoques IMOCA et les Multi-50 filent bon train vers le Sud tandis que les Class40 contournent l’anticyclone au large de Madère.

Vingt-cinq duos sont encore en course tandis que quatre duos sont ou vont faire escale ces heures prochaines, le monocoque IMOCA StMichel-Virbac étant actuellement à Madère, le Multi-50 Ciela Village ayant prévu un arrêt technique au Cap-Vert et les Class40 SNBSM Espoir Compétition et Creno-Moustache Solidaire ayant programmé un pit-stop qui à Madère, qui à La Corogne où O Canada a fait escale hier soir.

Les deux Ultime filent donc pleine balle vers un Pot au Noir qui semble s’être rétracté dans la nuit puisque MACIF et Sodebo Ultim’ alignaient encore plus de 20 nœuds de moyenne en fin de nuit et pourraient finalement ne commencer à ralentir qu’en milieu de journée, la zone d’ombre étant désormais plutôt sur le 5° Nord : les deux trimarans géants ont opté pour un passage sur le 30° Ouest et on note déjà un décalage latéral de trente milles entre les duellistes : il faut s’attendre à quelques retournements de situations…

Ambiance tropicale

Plus au Nord, les trois monocoques IMOCA leaders bénéficient de bons alizés de Nord-Est d’une vingtaine de nœuds et c’est toujours très humide à plus de dix-huit nœuds de moyenne ! Mais la chaleur tropicale se fait bien sentir, le ciel est bien dégagé avec une lune en milieu de nuit qui permet de mieux voir les vagues et les nuages. Car les alizés ne sont pas toujours très stables en force et en direction et les duos se relayent à la barre pour exploiter au mieux le potentiel de leur machine. Banque Populaire VIII semble très légèrement plus véloce dans ces conditions et le triumvirat devrait passer très au large de l’archipel du Cap-Vert la nuit prochaine : il vise le 30°W pour entrer dans le Pot au Noir qu’il devrait atteindre lundi soir.

Les conditions de navigation sont donc nettement plus agréables depuis le début du week-end et les tandems alternent repos, bricolage, check-up et anticipation à la table à cartes. A l’image des trois Multi-50 qui ont tous empanné pour faire route plein Sud dans des alizés là encore bien établis. FenêtréA-Prysmian en a profité pour prendre le commandement puisque Ciela Village est handicapé sans son gennaker : il a prévu une escale technique au Cap-Vert.

Yannick Bestaven et Pierre Brasseur maintiennent leur avance sur Maxime Sorel et Sam Manuard : Le Conservateur a prévu son empannage dans cette journée de dimanche, toujours sous spinnaker et grand voile haute à près de douze nœuds de moyenne. Avec 50 milles de décalage, VandB devrait quant à lui engager la manœuvre la nuit prochaine, tout comme Solidaires en peloton-ARSEP et Carac-Advanced Energies qui restent leurs plus proches concurrents, au large de Madère.

Enfin notons que Eärendil (Pourre-Carpentier) devrait arriver à Cascais (Portugal) au lever du jour, que Creno-Moustache Solidaire (Hector-Launay) n’est plus qu’à une demie journée de La Corogne, tout comme SNBSM-Espoir Compétition qui fait route vers Madère où il rejoindra StMichel-Virbac en escale technique. Quant à Spirit of Hungary , il vient d’arriver à Porto Santo suite à son démâtage.

Ils ont dit

Yannick Bestaven, skipper du Conservateur (Class40)

« C’est plutôt agréable d’être au sec par rapport à ce que nous avons vécu en ce début de semaine. On surveille la vitesse et la trajectoire à distance des copains car la route est encore longue. Nous avons aussi des petits check-up à faire sur le bateau mais on profite bien de cette Transat depuis quelques jours et c’est agréable. Au fur et à mesure de la descente, nous sentons les températures monter et on dort de mieux en mieux à bord. »

Erwan le Roux, skipper de FenêtréA-Prysmian (Multi-50)

« Ça glisse tout seul, c’est agréable, tout va bien à bord de FenêtréA Prysmian dans l’alizé de Nord Est. Avec Giancarlo et le routeur, nous avons bien géré l’empannage pour passer devant Ciela Village au bon moment. C’est dommage ce qui leur arrive, parce qu’on vivait une belle bataille mais rien n’est fait, la route est encore longue ! »

Vincent Riou, skipper de PRB (IMOCA)

« Toujours la même ambiance : c’est humide et tonique mais avec de belles vitesses donc on ne va pas se plaindre ! Nous avons hâte de sortir un peu, d’enlever les cirés, de nous changer, c’est rare d’avoir des phases comme ça où nous n’avons aucun moment de répit pour s’occuper de nous et du bateau. On espère que d’ici demain soir, le vent va mollir un peu. Nous continuons de descendre vers le Sud et demain nous commencerons sérieusement à nous poser des questions sur la façon d’aborder le Pot au Noir… »

François Gabart, skipper de MACIF (ULTIME)

« Pour l’instant le Pot au Noir n’est pas trop marqué, nous sommes à peu près épargnés. Nous venons d’y rentrer et le plus difficile va arriver dans les heures qui viennent. La problématique du Pot au Noir, c’est qu’il est imprévisible, nous arrivons à voir les nuages quelques minutes avant, en revanche l’approche est faite souvent deux, trois jours avant et une fois que les dés sont jetés, nous ne pouvons plus faire grand chose. Nous avons un petit décalage latéral de 20-30 milles avec Sodebo et non de 200 milles : nous pouvons espérer ressortir ensemble. »

Source

Soazig Guého

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre