Le Maxi80 Prince de Bretagne remis à l’eau

© Marcel MOCHET

Ce mercredi, vers 10 heures, le Maxi80 Prince de Bretagne a retrouvé son élément après six mois passés en chantier, à Lorient. Six mois durant lesquels Lionel Lemonchois et ses hommes ont procédé aux renforts de carénage de bras, à la réparation de la crash-box et de la dérive abîmées lors de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2014, à la modification des cales de foils et à l’installation de nouveaux instruments électroniques. Le skipper Normand, qui a programmé sa première sortie en mer vendredi, va maintenant s’atteler à tester puis valider les travaux réalisés. Pour cela, outre son équipe technique, il pourra compter sur Roland Jourdain, alias Bilou, son co-skipper pour la prochaine Transat Jacques Vabre. Ce dernier était, bien évidemment, présent, lui aussi, ce matin, lors de la mise à l’eau. De fait, pour les deux hommes, ce moment était tout simplement la concrétisation de leur aventure commune.

« Un soleil magnifique, pas un seul nuage dans le ciel : c’était un temps parfait pour remettre à l’eau », s’est enthousiasmé Lionel Lemonchois, à la mi-journée, forcément heureux de voir à nouveau sa monture dans son élément, après de longs mois de chantier. Et pour cause, le skipper Normand avait un certain nombre de « dossiers », comme il dit, à régler. « Le gros point du chantier, c’était de renforcer le carénage de bras. Nous avons restauré les cloisons et ajouté des omégas, c’est-à-dire des petites séparations longitudinales, sur les conseils d’HDS Design. Cela nous a pris pas mal de temps d’autant que cet hiver, nous avons eu du mal à trouver des gens disponibles pour travailler, tous les bateaux de la course au large étant en chantier à la même période », a expliqué le marin. L’équipe a ensuite procédé à la réparation de la crash-box, de la dérive et des foils qui avaient subi quelques dommages sur la route entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre, mais qui a également profité de l’occasion pour installer une nouvelle version des instruments et du pilote du bord. « Cela a impliqué de modifier différents supports », a souligné Lionel Lemonchois dont l’équipe n’a pas chômé en ce début d’année pour remettre d’aplomb le trimaran. « Ca a duré un peu pour différentes raisons, alors aujourd’hui, ça fait d’autant plus plaisir de le voir flotter à nouveau », a déclaré le skipper emblématique des producteurs bretons qui était à pied d’œuvre dès 8h30 ce matin, pour sortir le bateau du hangar, le gruter, le mettre à l’eau et enfin le mâter.

Première navigation vendredi
« C’est allé assez vite. Dans la foulée, nous avons installé les voiles à bord. Gurloës (Merrien) va monter en tête de mât, cet après-midi, pour installer les aériens. Nous nous activons pour tout remettre en route rapidement, pour que tout retrouve sa place. Cela passe par remettre les bonnes tensions dans les guindants de voiles ou encore la mise en route des nouveaux systèmes électroniques », a précisé Lionel Lemonchois, accompagné de Roland Jourdain, son binôme de la prochaine Transat Jacques Vabre dont le départ, rappelons-le, sera donné le 15 octobre 2015, au Havre. « Je suis super content. J’avais hâte de voir le bébé dans l’eau. Aujourd’hui, j’apprends à le trouver en passant les ficelles. Je ne suis pas toujours sûr de mon coup, mais mieux vaut faire les « conneries » maintenant que plus tard » ! », s’est amusé celui que l’on surnomme Bilou, d’ores et déjà impatient de tirer ses premiers bords à bord du Maxi80 Prince de Bretagne. « Jusqu’ici, je n’ai encore jamais navigué à bord. Je n’ai fait que l’admirer », a expliqué le Finistérien qui devrait effectuer sa première sortie dès vendredi, et en enchaîner un maximum avant que Lionel Lemonchois embraye sur le Tour de France à la Voile en Diam24.

Source

RivaCom

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre