Une autre paire de Manche

En avance sur les pronostics, les 39 concurrents ont fait leur entrée en Manche à la faveur de la marée montante. C’est Charlie Dalin (Skipper Macif 2015) qui a été le plus habile en mer d’Iroise. Il contournait en tête Ouessant cet après-midi, suivi de près par Gildas Morvan (Cercle Vert). Cap maintenant sur l’île de Batz pour un louvoyage très tactique contre le courant. Un tiers seulement du parcours est bouclé et le plus dur reste devant l’étrave : la traversée de la Manche cette nuit et mardi dans des vents faiblissants…

A la vacation du matin, Gildas Morvan avait le verbe clair et le ton gourmand. En tête au passage de l’Occidentale de Sein par un temps de curé, le skipper de Cercle Vert avait bien joué en baie d’Audierne. En pôle position pour le petit déjeuner, il résumait ainsi la stratégie vers Ouessant : «C’est du louvoyage. Mais le courant nous pousse à aller vers la gauche et la rotation du vent prévue au Nord-Est voudrait qu’on aille à droite. Bref, c’est la gamberge !»

A ce jeu du Gauche-Droite, Ouest-Est, il y a ceux qui tergiversent, ceux qui jouent le bord rapprochant, ceux qui suivent et ceux qui tentent. Dans ce rôle, Charlie Dalin a été particulièrement inspiré. Partant carrément à gauche, le Skipper Macif 2015 a profité des petits appels* du vent au Nord-Ouest. Bien épaulé par le courant, il a rapidement recroisé devant la flotte emmenée par un Gildas toujours en forme, jouant sa partition au centre droit. Ceux qui ont en revanche tiré trop franchement à droite comme Corentin Horeau (Bretagne – Crédit Mutuel Performance), leader d’hier ou Vincent Biarnès (Guyot Environnement), en ont été pour leurs frais…. Xavier Macaire (Skipper Hérault) et Jérémie Beyou (Maître Coq) se refont une santé. Yann Eliès (Groupe Quéguiner – Leucémie Espoir) un temps distancé ressort comme un diable de sa boîte en faisant l’extérieur à Ouessant. Quant au jeune et solide britannique Alan Roberts (Magma Structures, 4ième au classement de 11h00), il semble bien décidé à briller en son pays.

Après 150 milles parcourus (il en reste 250 jusqu’à Torbay), la flotte s’étire désormais sur une dizaine de milles. Ce qui représente tout de même 0,5 nœuds d’écart de vitesse moyenne sur une entame de parcours plus sélective que prévu. Heureusement, tous les concurrents ont pu franchir Ouessant sans butter sur la renverse par un coefficient de 90. Même Tolga Ekrem Pamir (Un jour, Un homme, Un arbre) qui ferme la marche et a du plonger ce matin pour se dépêtrer d’un filet de pêche, a eu les grâces de la marée…

Du près, encore du près !

Si la nuit dernière a permis quelques belles tranches de repos, autant dire que la prochaine a toutes les chances d’être blanche. Au menu, du louvoyage, des allers-retours entre le large et la côte où il faudra être en phase avec les renverses de courant et jouer parfois à toucher les cailloux. Une chose est sûre : les tablettes sur lesquelles les solitaires peuvent surveiller leur pilotage et zoomer à l’envie vont être de sortie ! Le premier à virer la bouée du port de plaisance de Roscoff – Baie de Morlaix pourra s’élancer à travers la Manche vers le phare de Wolf Rock. Mais il faudra puiser dans ses réserves pour conserver la vitesse dans les vents faibles annoncés et veiller les cargos.

En attendant, le spectacle du passage des Figaro Bénéteau 2 à raser Ouessant restera une formidable image de cette 46èmeédition de la Solitaire du Figaro – Eric Bompard cachemire. Lugubres sous la boucaille, la grande île et les confettis qui l’entourent étaient tous sourires cet après-midi. Comme les solitaires propulsés à 10 nœuds par les tonnes d’eaux de l’Atlantique entrant en Manche. Avec un peu de répit à la clef pour contempler les falaises de granit ré-haussées d’une lande au vert franc sous le soleil. Comme un avant-goût de la Cornouaille britannique…

* Avant une bascule de vent annoncée dans une direction donnée, il est fréquent de rencontrer ce que les skippers appellent des « appels », c’est à dire des oscillations du vent dans le sens contraire.

Ils ont dit …

Alexis Loison (Groupe Fiva) – 11ième au classement de 11h00

” On est au près en direction de Ouessant sous le soleil, quelques options se dessinent mais rien d’extrême. Chacun y va de son idée, on va bientôt avoir le courant pour nous emmener et passer Ouessant, ça c’est déjà une bonne nouvelle.Je n’ai pas trop d’idée, j’essaye de suivre l’évolution du vent, dans ma position ce n’est pas à moi de faire des trucs extrêmes. Je suis avec Alain Gautier (Generali 40), je me suis pas mal bagarré avec Gildas Mahé (Qualiconfort – The Beautiful Watch) mais il a pris une option différente, j’ai Thierry Chabagny (Gedimat) à mon vent, j’ai passé Sein vers 11h15 derrière lui, je vois à peu près tout le monde. “

Gwénolé Gahinet (Safran – Guy Cotten) – 22ième au classement de 11h00

” Tout va bien, nous sommes au près. On a maintenant deux options, à l’Est ou à l’Ouest pour aller à Ouessant. Il est censé y avoir un fond qui nous amène vers la droite. C’est compliqué car on ne voit pas le front arriver dans le ciel et le courant nous dit plutôt d’aller vers la gauche. Il va falloir trancher ! Pour l’instant la flotte va vers la droite mais moi vers la gauche. Je suis un peu perdu mais on va voir… En ce moment on a 12 nœuds de vent, la mer est belle avec un peu de houle mais pas grand-chose. Grand ciel bleu, on a connu pire ! je me suis reposé entre Penmac’h et l’Occidentale de Sein donc je suis prêt pour la suite. “

Jérémie Beyou (Maître Coq) – 7ième au classement de 11h00

« La nuit a été plutôt cool, à partir de maintenant ça va être plutôt tactique. Au niveau de la vitesse ça vient, je me suis encore mis un handicap avec le départ de Concarneau. Donc ça m’embête. Au départ, la remontée a été plutôt pas mal. J’ai Adrien Hardy (Agir Recouvrement) et Corentin Douguet (Sofinther – Un maillot pour la vie) en dessous, puis Yann à ma gauche qui est parti tout seul. Le courant va bientôt renverser en côte nord, peut être au niveau des Abers. Ce matin on a 10, 11 nœuds, une mer plate, un peu de courant, pas de houle donc c’est plutôt pas mal ! Avant de répondre j’étais en train de faire un virement, là je vais devoir vous laisser. »

Yoann Richomme (Skipper Macif 2014) – 14ième au classement de 11h00

« Oui bonjour ! Ça va ! Là il fait un super beau temps, une mer plate, on vient de passer l’Occidentale. Globalement je suis hyper content, j’ai réussi à remonter un peu dans la nuit. On commence à jouer avec le courant en remontant vers Ouessant. Il y a deux choix possibles, soit l’ouest soit l’est. Je ne vais pas prendre trop de risques, j’aurais préféré aller à l’ouest mais comme tout le monde est allé à l’est je pense que je vais suivre le paquet. Personne n’ose passer par l’ouest, on peut risquer gros, donc je suis le groupe. Le meilleur courant est à l’ouest mais c’est un choix risqué parce que le vent peut tourner et on risque de prendre très très cher. Cette nuit on va jouer à contrecourant dans les cailloux, au moins jusqu’à Roscoff. Cette nuit on aura une mer plate, ça va être une nuit réactive. J’ai perdu pas mal de places en me reposant cette nuit, donc je me suis mis à faire plus de route vers le nord, j’ai repris tous les gars qui m’avait doublé, Thierry Chabagny (Gedimat), Sébastien Simon (Bretagne – Crédit Mutuel Espoir) etc… Ca été un choix de compromis qui a été un peu différent de celui des autres. Xavier macaire (Skipper Hérault) a fait le même choix et puis ça a bien marché pour lui aussi. »

Marc Pouydebat (France AVC) – 39ième au classement de 11h00

« Je suis en train de manger un petit sandwich avec du pâté, et puis après une petite boîte de conserve. Il faut se faire plaisir, il fait beau ! Je ne suis pas trop solitaire, j’ai des bateaux en vue. J’ai Arnaud Godart Philippe (Faun Environnement – Afrikarchi), Yannick Evenou (Loi et Vin) et Yannig Livory (Lorientreprendre) devant moi. Je viens de passer l’occidentale de Sein. Là je remonter vers Ouessant. J’ai le courant avec moi. Selon le fichier il y a un peu plus de courant au début en tout donc on va en profiter. On va bientôt se rendre compte si le choix que l’on a fait est bon ou pas. La nuit c’est bien passé, j’ai fait pas mal de petits dodos. Ca évitera d’être fatigué ce soir et de s’endormir lorsqu’on passera les cailloux. Bonne journée et puis à demain ! »

Source

RivaCom

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : La Solitaire du Figaro