Entrée en matière brillante

05-2015, OUTSIDE, LA TRINITE SUR MER, BRITANNY, FRANCE, MINI, CLASS MINI, START, depart, MINI EN MAI, 05-2015, OUTSIDE, LA TRINITE SUR MER, BRITANNY, FRANCE, MINI, CLASS MINI, START, depart, MINI EN MAI

© Thierry Martinez/Sea&Co

Troisième de la régate Lorient Bretagne Sud Mini (150 milles nautiques en double avec Bryan Mettraux), troisième de la Pornichet Select (300 milles en solitaire), et cinquième de la Mini en Mai (300 milles en solitaire), Patrick Girod a réalisé un excellent début de saison sur Nescens. « En terme de résultat, ce début d’année est vraiment positif et confortant », se réjouit Patrick. « Je suis un cran en dessus par rapport à l’année dernière sur la vitesse, et me sens vraiment à l’aise à bord. Par contre, j’ai fait une erreur sur chacune des régates : le mauvais départ sur la LBSM et une manoeuvre ratée sur la Pornichet Select, qui engendre une cascade de mauvaises décisions. Cette erreur m’a fatigué, je n’avais plus l’énergie nécessaire pour attaquer à la fin de la course et revenir sur le deuxième. Finalement, sur la Mini en Mai, je ne fais pas de grosse faute mais j’ai plusieurs points que je dois améliorer. »

L’importance de la préparation météo

Sur sa coquille de noix de 6m50, Patrick ne reçoit presque aucune information sur la météo. C’est pourquoi le navigateur se prépare en amont. « Je travaille avec mon coach Tanguy Leglatin avant chaque régate », explique le skipper de Nescens. « On analyse ensemble le système qui nous attend pendant la course. »

Cette année, Patrick a également suivi des formations avec le navigateur chevronné Pierre Brasseur, ainsi qu’avec Jean Yves Bernot, le « maître » de la météo. « Jean-Yves nous prépare pour la Mini Transat, pour connaître les schémas que nous pourrions rencontrer », précise Patrick. Ces formations organisées par le pôle d’entraînement de Patrick, Lorient Grand Large, permettent au marin de naviguer sereinement malgré le peu d’information reçues à bord. « Nous recevons un bulletin côtier par VHF, et avons le droit de contacter les sémaphores pour des informations en direct. Sur les courses plus longues, nous utilisons une BLU pour recevoir les prévisions par zone, et la situation générale. »

Une information relativement difficile à capter, puisque c’est le gréement du bateau qui fait office d’antenne !

Un suivi médical professionnel

Grâce à son sponsor Nescens, du Groupe Genolier, Patrick Girod bénéficie d’un partenariat dynamique avec le Centre de Médecine du Sport de la clinique Genolier. Le Dr. Pagin, spécialiste en orthopédie et médecine du sport, suit Patrick Girod depuis le début du projet. « Nous faisons un check-up global de son état de forme régulièrement, pour suivre notamment son poids et ses muscles », explique le Dr. Pagin. « Nous discutons beaucoup de nutrition et de sommeil. L’objectif est d’éviter des charges glucidiques qui entraînent des coups de fatigues. En d’autres mots, nous évitons que Patrick grignote des en cas trop sucrés lorsqu’il est stressé ou fatigué, mais favorisons une alimentation linéaire. Moins drôle, mais bien plus efficace ! »

Le médecin souligne l’importance de la force mentale dans ce projet. « Patrick Girod est sûr de lui dans ce projet et ses objectifs. Sa determination est plus forte qu’au début du projet, il se connaît mieux et s’intéresse beaucoup à tous les éléments qui entrent en jeu : le mental, le sommeil, la nutrition etc… »

Patrick Girod vu par Bryan Mettraux

Bryan Mettraux a navigué avec Patrick Girod lors de la course Lorient Bretagne Sud Mini, 150 milles en double, qu’ils ont terminé à une belle troisième place. Les deux marins se connaissaient déjà de longue date puisqu’ils ont navigué ensemble sur le Tour de France à la Voile avec le Centre d’Entraînement à la Régate de Genève.

La progression de Patrick Girod est impressionnante en deux ans, depuis la dernière fois que j’ai navigué avec lui. Le Mini n’est pas un projet facile, j’admire comme il le gère. Il connaît son bateau sous tous ses aspects et le maîtrise bien, ce qui lui permet de le faire aller vite. Ses points à améliorer ? Probablement la navigation, comme pour beaucoup de marins suisses. C’est complexe de bien connaître la météo, les courants etc…

Ce que je lui souhaite ? De gagner la Mini Transat ! Mais surtout qu’il puisse se préparer au mieux, qu’il parte serein et prenne du plaisir. En tous cas, j’ai eu énormément de plaisir à naviguer avec lui sur la LBSM, si l’occasion se présente à nouveau, j’y retourne sans hésiter !

Prochaines courses

  • 4-5 juin : Trophée Marie-Agnès Péron (Douarnenez) 220 miles en solitaire
  • 8-20 juin : Mini Fastnet (Douarnenez) 600 miles en double
  • 26 juillet – 4 août : Transgascogne (Port Bourgenay) 600 miles en solitaire
  • 19 septembre : Départ première étape Mini Transat (Douarnenez) 1250 miles en solitaire
  • 31 octobre : Départ deuxième étape Mini Transat (Lanzarote) 2770 miles en solitaire

Source

MaxComm Communication

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent