Démarrage dans l’incertitude

  • © DR / FFVoile
  • © DR / FFVoile
  • © DR / FFVoile
  • © DR / FFVoile

Le départ des Championnats de France Intersérie Dériveurs, Intersérie Quillards et Flotte Collective a été donné cet après-midi sur le lac d’Orient, avec la première course des Intersérie Dériveurs. La seule et unique course qui a pu être validée aujourd’hui, toutes les autres ayant dû être annulées faute de vent. Les conditions de demain devant être plus musclées, ce n’est que partie remise.

Un début dans le calme donc. Sur les coups de midi déjà, le comité de course des Quillards Voile Légère annonçait un retard à terre faute de vent. Mais en début d’après-midi, quelques risées prometteuses ont permis aux différentes séries de partir sur l’eau et de lancer les premiers départs. Au final, seuls les dériveurs fast auront achevé leur première course et disposent donc d’un classement à la fin de la journée.
Ce soir, la cérémonie d’ouverture réunira les officiels de la région et de la voile, notamment Christian BRANLE, Vice-Président du Conseil Départemental et Président du Parc Régional, le Vice-Président de la Fédération Française de Voile Jean-Pierre CHURET, ainsi que le président de la Ligue Jean-Marie MARIN.

La course en intersérie

Europe, Laser, 470, Open 5.00, Vent d’Ouest, Snipe… De nombreuses séries sont représentées au Championnat de France Intersérie Dériveurs et Quillards de sport. Certains sont des habitués de l’épreuve, mais cette année alors que le nombre d’équipages inscrits atteint des records, on voit arriver des séries plus rares sur les pontons, comme des Caravelle, des Vauriens ou des Skud.
En raison de leur nombre, les dériveurs ont été séparés en deux groupes de vitesse en fonction de leurs performances. D’un côté, les dériveurs « fast », de l’autre les dériveurs « médium / light ». Sur la zone de course voisine, on retrouve les quillards voile légère.

La course en intersérie a ceci de spécial que tous les bateaux de séries pourtant différentes prennent le même départ et régatent ensemble. Chaque série dispose d’un « rating », un coefficient spécifique qui, associé au temps de course, permet de déterminer quel équipage est le meilleur sur la course. Autrement dit, ce n’est pas forcément le premier arrivé en temps réel qui va gagner la course mais celui qui aura le mieux tiré parti des avantages et des faiblesses de son bateau. Un format de course plébiscité par de nombreux coureurs qui y voient ainsi l’occasion de faire la promotion de leur série et de régater dans des flottes importantes et variées.

La course en flotte collective

Venus de toute la France avec leur équipement de voile, les coureurs de la flotte collective n’ont eu qu’à arriver avec leur sac sur l’épaule. Un concept développé par la Fédération Française de Voile depuis plusieurs années afin de réduire le coût de transport sur les épreuves et de proposer un nouveau format de course ludique.

Les 17 équipages inscrits à la compétition ont été répartis en trois groupes, avec un nouveau brassage tous les matins. A intervalles réguliers les bateaux rentrent à terre et les équipages échangent les bateaux avec le groupe suivant.

La ligue de Lorraine a fourni quatre Laser Vago, un petit dériveur double facile et ludique, les autres sont neufs. Livrés sur le site par la société Laser Performance, ces bateaux ont été vendus en amont du championnat par le biais de la Fédération à des clubs désireux de renouveller leurs flottes à des tarifs préférentiels et repartiront vers leurs nouveaux propriétaires une fois la course terminée.

Le programme de demain

Les conditions météo devraient nous être nettement plus favorables avec un vent de sud-ouest de 10 à 12 nœuds, et des rafales allant jusqu’à 15 nœuds. Le temps devrait être ensoleillé, des conditions parfaites pour naviguer. Le premier signal d’avertissement est prévu à 10h.

Ils ont dit

Jean-Guy et Line Puissant (CV Lac 3 Provinces) sur Jet

Ils se sont rencontrés dans le milieu de la voile et naviguent ensemble depuis plus de 20 ans.

Par petit temps, il faut tout le temps rester concentré, voir où il y a du vent, rechercher les risées, rester confiant, et ajuster les réglages.

Michel Vilette et Nadia El Ghazi deux amoureux du Snipe

Michel Vilette a la navigation dans le sang, c’est en 1961 qu’il débuta la voile sur la Marne aujourd’hui, il régate par passion avec Nadia El Ghazi.
Champion de France en 2010, Michel Vilette est un amateur qui s’amuse. Fier de naviguer dans sa série, il nous vante les avantages de son bateau, un Snipe, petit dériveur dessiné dans les années 1930.

Le snipe est un très beau bateau, idéal pour la navigation mixte, il fonctionne très bien par petit temps et dans les plans d’eau intérieurs. Sans spi, sans trapèze, tout se fait aux abdominaux, comme un laser. De plus, économique, c’est un bateau qui, d’occasion, ne coute pas plus de 3000 Euros. Il est réellement idéal pour les amateurs car rustique et très solide.

Joel Lefèvre, (CVAS Anneville – Ambourville) sur Laser Solo

Ca s’est très bien passé, peu de vent mais bon on s’y fait, personnellement je viens principalement pour naviguer et pour l’ambiance

Source

FFVoile

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 8 mai 2015

Matossé sous: FFVoile, Voile Légère

Vues: 1479

Tags: , , , , , , ,

Sous le vent

Au vent