La Race for Water Odyssey à New York

© DR/R4WO

Ca y est! Le premier “leg” de la Race for Water Odyssey, qui consistait à se rendre dans le gyre de déchets de l’Atlantique Nord touche à sa fin. Que le temps passe vite ! Avant le départ pour Necker Island et pour Valparaiso, petit retour sur cette première partie d’aventure riche en émotions, ponctuée en beauté par un grand moment: une intervention aux Nations Unies. De bon augure pour nos futurs projets !

Açores et Bermudes : premières escales scientifiques

Partie de Bordeaux (France) le 15 mars dernier, la « Race for Water Odyssey » s’est rendue depuis sur des plages aux Açores et aux Bermudes afin de récolter les premières données scientifiques de l’expédition. Cette première phase de navigation fut mouvementée pour nos marins qui ont dû éviter tant bien que mal plusieurs gros fronts actifs tout en gardant le cap, pas de tout repos!

Les deux archipels ont réservé leur lot de surprises. C’est affligée que l’équipe de la R4WO a découvert et récolté une quantité impressionnante de macro, mais aussi de microplastiques, sur les plages de ces îles. En tout, ce sont plus de 10 plages, sélectionnées grâce à des partenaires locaux tels que Surfrider Foundation aux Açores ou encore Keep Bermuda Beautiful (KBB) aux Bermudes, qui ont été passées au peigne fin. L’accueil réservé à l’expédition fut très chaleureux sur les deux îles. C’est en effet avec enthousiasme que les populations locales (associations, organes politiques, marins pêcheurs, etc.), qui souffrent énormément de cette pollution plastique en provenance des continents qui s’échoue sur leurs plages, ont prêté main forte et guidé nos équipes scientifiques. Un grand merci à eux!

New York haut en couleurs!

Arrivé à New York le 9 avril dernier, l’équipage de la R4WO a eu fort à faire dans la Grosse Pomme afin de faire passer le message quant à l’urgence d’agir pour nos océans.

A cette occasion, deux événements ont été organisés aux Nations Unies (ONU) en l’honneur de la R4WO. Dans un premier temps, Marco Simeoni a eu l’opportunité de participer à un dîner des représentants des pays et d’échanger avec des spécialistes en matière de pollution marine. Puis, c’est devant une salle comble qu’il a porté le message de la fondation quant à l’importance d’agir, racontant avec talent les objectifs de l’expédition. Il a également relaté les expériences déjà effectuées sur les précédentes escales ainsi que la vision future de l’Odyssée, lors d’une séance plénière ouverte au public. Ce fut l’occasion d’échanges fructueux et prometteurs à l’égard de cette problématique, que les Nations Unies prévoient de traiter comme priorité l’année prochaine. Vous pouvez revoir la conférence ici! Enfin, l’accueil réservé par l’Ambassadeur André Schaller à la résidence du Consul Général de Suisse à New York fut une nouvelle occasion de transmettre le message d’espoir mais également d’urgence de la Race for Water Odyssey.

Une escale new-yorkaise bien remplie pour la Race for Water Odyssey ! Quant au bateau ambassadeur, il n’a pas non plus été en reste, lui qui a effectué plusieurs sorties sur la Hudson River, toutes voiles dehors.

La fondation Race for Water reçoit le catamaran solaire MS Tûranor PlanetSolar

Après quelques semaines d’échanges et une rencontre à New York dans le cadre d’une conférence organisée aux Nations Unies, la fondation Race for Water a reçu le plus grand catamaran solaire du monde, le MS Tûranor PlanetSolar.

Marco Simeoni, Président de la fondation Race for Water, s’est réjouit de cette donation et se dit touché par la confiance que lui témoigne la famille Ströher. Reconnaissant, il révèle sa vision pour le futur du navire solaire :

« J’ambitionne d’équiper le MS Tûranor PlanetSolar et d’en faire un laboratoire itinérant de collecte et d’analyse des déchets plastiques pour lutter contre la pollution des océans. L’histoire de ce bateau unique et l’engouement qu’il génère à chaque escale en font également un puissant outil de communication que je souhaite mettre au profit de la préservation de l’eau. Ce navire représente de surcroit une plateforme pédagogique formidable ».

La famille Ströher, anciennement propriétaire du navire, est quant à elle heureuse d’avoir trouvé en la fondation Race for Water, un repreneur en parfaite adéquation avec ses valeurs et capable de poursuivre l’exploitation durable du bateau au service de la préservation de l’environnement.

Grâce à cette donation, la fondation pourra préparer les prochaines campagnes du MS Tûranor PlanetSolar. L’exploitation du navire a été confiée aux équipes expérimentées de PlanetSolar SA, qui œuvrent en parallèle pour la promotion et le déploiement des énergies renouvelables.

Source

Lucie Gerber

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 18 avril 2015

Matossé sous: Divers, Environnement

Vues: 1549

Tags: , , , , , , ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Environnement