L’étape se joue maintenant

A 14h aujourd’hui, la flotte de la Volvo Ocean Race n’avait plus que 125 milles à parcourir pour rallier la Mecque planétaire de la voile, Auckland. Et c’est un incroyable scénario qui se joue actuellement le long des côtes nord de la Nouvelle-Zélande.

Dongfeng Race Team a perdu la tête de la flotte hier. Bloqué, sans vent sous un énorme nuage noir, l’équipage franco-chinois a vu, à quelques mètres des flancs de son bateau, se faufiler Abu Dhabi Ocean Racing. « Après avoir esquivé un ensemble de nuages qui formait comme une vague dans le ciel, nous nous trouvions un peu ralentis face à Dongfeng qui avait alors creusé son avance à 3 milles. Ca ne pouvait pas être pire situation pour nous quand on a vu revenir à notre vent MAPFRE. Simultanément sur notre droite, nous avons vu un énorme nuage gris s’avancer au-dessus de Dongfeng. On les surveillait sur l’AIS, on les a vus pointer vers le sud puis pointer vers le nord… On a vite compris qu’ils n’avaient plus de vent, qu’ils dérivaient. Devant nous, on a vu un couloir de vent. On s’y est engagés. Il y avait 15 nœuds pour nous à ce moment-là » raconte Matt Knighton à bord d’Abu Dhabi Ocean Racing.

Ian Walker et ses hommes ont passé les heures suivantes à protéger leur leadership. Derrière, Dongfeng et MAPFRE ne lâchent rien. Les deux équipages bataillent pour tenter de revenir sur le bateau des Emirats. La situation que décrit Knighton laisse à penser que tout peut arriver.

A bord de Dongfeng Race Team, Charles Caudrelier en est lui aussi tout à fait conscient. « C’est sans doute notre dernière nuit en mer. Le vent mollit et Dongfeng manque vraiment de réussite dans cette nouvelle transition. A quelques milles de nous dans notre est, MAPFRE progresse deux nœuds plus vite que nous. On a perdu Abu Dhabi qui est lui plus à l’ouest mais semblait aussi bénéficier d’un meilleur vent ce qui n’est pas logique. Il devrait normalement s’arrêter avant nous mais espère sans doute demain être le premier à la côte pour toucher les brises locales dans la journée voire la fin de la brise de nuit. Tout peut arriver dans les prochaines 12 heures. Même le groupe de derrière peut revenir. Cette étape de trois semaines va sans doute se jouer cette nuit » commente Charles Caudrelier dans la nuit néo-zélandaise avant d’ajouter « Allez, j’y retourne. Cette victoire, on en rêve toujours. »

Ces trois leaders ont tous un temps occupé la tête de la flotte sur cette quatrième étape et personne n’est prêt à renoncer à une victoire dans les eaux d’Auckland. Dongfeng est désormais troisième à 3.1 milles du tableau arrière d’Abu Dhabi Ocean Racing tandis que Martinez n’affiche plus que 0.8 milles de retard sur Walker.

Les dernières heures le long des côtes vont être particulièrement usantes pour les nerfs. On imagine la tension qui doit régner à bord. « Ici on ne lâche rien, personne ne cédera. C’est bien ce qui, pour moi, caractérise cette Volvo Ocean Race. Ça va faire maintenant près de 90 jours de navigation en course depuis le départ d’Alicante et les mecs rognent encore et encore les écoutes pour faire avancer ce bateau plus vite que les voisins. On est comme des chiens sur un os!» décrit Eric Péron sur Dongfeng.

Gestion des forts courants, vents variables et aléatoires en raison des effets de côtes… Les pièges sont encore nombreux. Le somptueux Cap Brett que les bateaux sont actuellement en train de parer marquera l’entrée dans les 100 derniers milles de cette étape qui en comptait 5 264 au départ de Sanya !
L’ultime portion de l’étape qu’entament les six monotypes ne sera certainement pas un sprint mais une régate au contact dans les vents aléatoires. Comme un air de Solitaire du Figaro. L’occasion pour l’équipage de Dongfeng d’exprimer toute son expertise en la matière !

Les bateaux sont attendus à Auckland demain matin entre 9 heures et 13 heures (heure française). Les arrivées sont à suivre en live sur le site internet de la course.

Source

Effets Mer

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : 2014-15