Problème de padeye pour Dongfeng Race Team


La caisse à outil est de sortie à bord de Dongfeng Race Team, leader de la troisième étape de la Volvo Ocean Race, suite à un problème de padeye. Ce point de traction, situé sur le tribord arrière du bateau, a en effet montré des signes de faiblesses ces dernières heures.

Cette avarie pénalise la bonne marche du bateau sans pour autant remettre en cause sa capacité à terminer l’étape. « Nous ne pouvons pas fonctionner à 100 % » résume le skipper, Charles Caudrelier qui dispose d’une avance sans précédent de plus de 40 milles. Ce padeye est en effet une pièce essentielle au réglage du gennaker, immense voile d’avant utilisée pour remonter au vent dans les petits airs ainsi qu’au portant lorsque les conditions sont plus fortes.

Charles Caudrelier :

Nous ne sommes pas en mesure d’utiliser notre MH0 (gennaker) dans certaines conditions et, d’une manière générale, nous ne sommes pas en mesure de le régler correctement.

Cette pièce soumise à des tensions de plusieurs tonnes est vissée et tenue par un écrou. Petit à petit, celui-ci se fait « aspirer par le pont » explique Kevin Escoffier, équipier à bord du bateau franco-chinois et spécialiste des matériaux composites. Pour renforcer la structure, Kevin va poser une plaque de carbone destinée à répartir la charge. Cette solution de secours devrait permettre au bateau leader de poursuivre sa route vers Sanya, port d’arrivée de cette troisième étape. Bruno Dubois, directeur du Dongfeng Race Team, se dit pour sa part : « confiant dans la capacité de Kevin à assurer cette réparation ».

Sur les deux première étapes, Kevin, que l’on surnomme Monsieur Répare Tout (Mr Fix It) a en effet démontré sa capacité d’improvisation. Il avait déjà réglé un problème avec cette pièce entre Alicante et Le Cap sur la première étape et était parvenu, sur la seconde, à venir à bout d’un rail de grand voile qui commençait à s’arracher.

Charles Caudrelier :

Nous ne pouvons pas fonctionner à 100%. Nous ne sommes pas en mesure d’utiliser notre MH0 (gennaker) dans certaines conditions et, d’une manière générale, nous ne sommes pas en mesure de le régler correctement. Nous allons essayer de le renforcer car si on l’utilise et qu’il casse, nous n’aurons pas de solution de rechange.

Kevin Escoffier :

Nous avons cassé un pad-eye lors de la première étape vers Cape Town. Suite à ça, la direction de course a décidé de changer les pad-eye sur tous les bateaux. Ils ont mis un pad-eye beaucoup plus gros et plus solide mais cette fois-ci, ce n’est pas le pad-eye qui a un problème mais le composite qui se trouve sous le pont. Il y a quelques jours, les gars ont observé que ce pad-eye commençait à se décoller du pont, de seulement quelques millimètres. L’écrou qui tient ce pad-eye était aspiré à l’intérieur du pont

Source

Effets Mer

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : 2014-15