Ivan Kljaković et Ante Sitic en Star


Ivan Kljaković Gašpić est un des meilleurs skippers sur la scène internationale. Il n’a pas simplement rencontré un franc succès en Finn mais également dans d’autres catégories. Les SSL Finals 2014 vont lui permettre de se mesurer à une catégorie de champions qu’il n’a jamais rencontrés auparavant. Il sera accompagné dans ses débuts par Ante Sitic (SSL Crew #29), qui a non seulement remporté en 2014 le Championnat de Croatie et le District VXII Championship, mais a également terminé huitième aux Star Worlds du Lac de Garde.

Penchons-nous d’un peu plus près sur le parcours d’Ivan. Né à Split le 24 mai 1984, c’est dans cette même ville qu’il a obtenu un master en finance à l’Université. Mais c’est en mer que le jeune marin a passé la plupart de sa vie. Il a commencé la voile à l’âge de 12 ans, et rapidement, le jeune homme est devenu accroc à ce sport. Deux ans plus tard, il a remporté les Championnats d’Europe en Optimiste. Ivan a ensuite évolué en Laser avant de passer au 4.7, sur un Radial et finalement sur un Full Rig en 2002. Lorsqu’il a remporté la médaille d’argent aux ISAF Youth Worlds, il était déjà sacré champion d’Europe jeunes de 2003 en Laser.

Questions/Réponses

Comment est-ce qu’a débuté ta carrière en Finn ?

En 2005, j’ai opté pour le Finn, et la même année, j’ai remporté les titres de champion du monde et d’Europe chez les jeunes. Depuis, j’ai fait de nombreux podiums en Finn, dont six aux Championnats d’Europe, ainsi qu’une médaille de bronze et une autre d’argent lors des Mondiaux. Je suis monté sur beaucoup de podiums internationaux et j’ai également participé aux Jeux Olympiques à deux reprises.

Quelles sont tes autres expériences en voile ?

J’ai aussi navigué à bord de bateaux plus grands comme le 45ft AC cat. J’ai effectué un bref passage par la Green Comm Racing Team, à l’occasion des AC World Series. C’était une super expérience, mais ça n’a pas duré longtemps à cause du manque de financement. Mais je navigue toujours de temps à autre sur des gros gabarits, quand je ne suis pas pris par le Finn. Pour le loisir, je fais du windsurf et je commence à bien m’amuser quand le vent forcit au-dessus de 35 noeuds. Plus il y a de vent, mieux c’est ! J’adore aussi l’apnée et la pêche au harpon, que je pratique l’été dans les eaux transparentes de Croatie. Ça me calme, détend mon corps et relaxe mon esprit après la voile.

A quoi ressemble ton programme d’entraînement ?

Je m’entraîne beaucoup. Depuis l’âge de 13 ans, mon programme de préparation physique est organisé avec l’appui d’un entraîneur à plein temps. Mon coach est devenu comme un frère à mes yeux. J’aime le VTT, le snowboard et passer du temps à la salle de sport. C’est compliqué de dire combien de temps je passe à naviguer. Je pratique énormément et quand on aime, on ne compte pas. Je suis aussi marié et papa d’une magnifique petite fille de 3 ans et demi. C’est donc plus difficile de s’entraîner, mentalement et dans la pratique. Ce n’est pas toujours facile, mais ils sont mes premiers supporters et je suis vraiment reconnaissant des les avoir à mes côtés.

Qu’est-ce qui te plaît dans le fait d’être un skipper professionnel ?

Faire de la voile ma vie était une bonne décision et je suis heureux de pouvoir vivre de ma passion. Pour l’instant, grâce à mes sponsors, principalement Team Fantastica mais il y en a d’autres, je peux gagner suffisamment d’argent pour vivre. J’adorerais pouvoir continuer et peut-être un jour, intégrer une grosse équipe de la Coupe de l’America ou de la Volvo Ocean Race. Mon rêve est de m’engager a fond dans ce genre d’évènement, mais chaque chose en son temps…

Les moments marquants de ta carrière ?

Jusqu’ici, le moment le plus important était ma médaille d’argent lors des Mondiaux de Santander. Après des JO de Londres compliqués, revenir n’a pas été chose facile, mais j’y suis parvenu et j’en suis fier et heureux. En Croatie, la voile n’est pas vraiment populaire, mais cela évolue doucement. Les skippers commencent à être reconnus comme de grands sportifs, mais c’est toujours compliqué d’être sur un pied d’égalité avec des sports comme le foot, le tennis etc.

Qu’attends-tu des SSL Finals aux Bahamas ?

Naviguer en Star, c’est de la grande voile : des super bateaux, des grands marins et des bons amis. J’adore, car cela me rappelle beaucoup le Finn. La SSL est un formidable projet et un progrès dans le monde de la voile. J’espère qu’elle nous survivra à tous, afin de prouver que la voile est un grand sport avec de grands athlètes. L’année dernière, j’aurais aimé participer et maintenant me voici. C’est une sensation merveilleuse de pouvoir se mesurer aux meilleurs marins, les mêmes que je suivais dans les articles des magazines spécialisés durant mes premières années de voile. C’est comme un rêve qui devient réalité. Ça sera sans aucun doute une super course avec tous les skippers de Finn présents et également de nombreuses anciennes légendes de la discipline… je suis vraiment impatient !

Source

Alex D'Agosta

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Star