Paroles de Solitaires – Jour 04

© Jean-Marie Liot

Ils ont dit

Yann Guichard, Ultime, Spindrift 2

Cela n’a pas été simple. Ce qui est bien, c’est que nous n’avons pas trop manœuvré. Cela m’a permis de bien me reposer mais l’alizé n’est pas très bien établi. Il y avait une petite zone sans vent qui était devant nous et c’est pour cela que Loïck s’est bien échappé. J’ai réussi à m’en sortir un petit peu mieux que Prince de Bretagne et le groupe de derrière. Là cela avance, c’est un alizé pas très fort, il y a des petits grains entre 12 et 20 nœuds.
Il faudra minimiser les manœuvres pour que j’arrive au bout physiquement parce que c’est vrai que je suis fatigué voire très fatigué

Marc Guillemot, IMOCA, Safran

Dès que le vent sera un peu calmé, avant d’arriver dans les alizés, j’aurais une dernière tâche à faire, je serais obligée de faire une petite grimpette en haut du mât pour récupérer et tourner ma drisse de spi qui a fait un tour autour du mât. Les petits soucis du marin en mer ! Depuis ce matin, je vois une voile rose qui se rapproche de moi ; il se trouve que la drisse de spi a arraché l’antenne de VHF et l’AIS, donc je ne peux pas être repéré. J’ai eu Lalou Roucayrol (Multi 50 Arkema Région Aquitaine)via la VHF de secours. Il est au vent à deux trois milles de moi. C’est sympa.

Erwan Le Roux, Multi50, FenêtréA Cardinal

Arkema Région Aquitaine est devant donc l’idée c’est de le manger. Pour le manger, il faut quand même mettre un peu de charbon et jouer l’équilibriste entre mettre du charbon et rester à l’endroit. Il faut trouver la bonne synergie. On a du vent d’ouest entre 15 et 23 nœuds et les conditions de mer sont relativement calmes, c’est plutôt plat donc favorable à la vitesse. On a eu un petit front à passer cette nuit. Ce front m’a tout retourné dans le bateau. Ce n’est pas encore ça l’organisation du bord. Il faut que cela s’organise un peu mieux. Je n’ai pas bien mangé et surtout pas bien dormi. Il va falloir y remédier assez rapidement.

Ari Huusela, Classe Rhum, Neste Oil

Dure nuit sur le bateau et ça continue ! Le vent varie de fort à très fort, bousculant le bateau dans les vagues. J’ai fait un recalage dans l’Ouest pour suivre les prévisions météo quand le vent est devenu contraire. Il devrait revenir au Nord-Ouest dans l’après-midi et je pourrais alors faire route vers les Açores. Je suis en déficit de sommeil et je ne suis pas à 100% opérationnel : la bannette est juste à côté de la descente et le ciré à poste en permanence…

Thibaut Vauchel-Camus, Class40, Solidaires en peloton

Je suis super content. J’ai fait confiance au schéma de course que l’on m’a donné pour les 46 premières heures. Je bénéficie aussi des soucis de certains de mes concurrents, je pense à Nicolas Troussel et essentiellement aussi à Sébastien Rogues (GDF Suez). La position que j’ai été chercher est a priori la bonne, je suis en pointe devant, prêt à sortir le spi. Au début c’était rythmé et assez sport. On a eu des grains assez surprenants à plus de 40 voire 50 nœuds donc il fallait vraiment être dedans et là maintenant on va dire que je prends mon rythme, je m’alimente à nouveau beaucoup plus qu’avant, j’essaie de caser des petites siestes de temps en temps. J’ai un grand bord tout droit, au près pendant encore 24-30 heures.

Source

Rivacom

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Route du Rhum