Huit nationalités sur la ligne de départ

© DR

La course au large en solitaire demeure encore une spécificité française. N’empêche ! Le nombre de participants étrangers à la 10 édition de La Route du Rhum-Destination Guadeloupe prouve que l’internationalisation est en marche. 9 hommes et 2 femmes venus d’Italie, du Royaume-Uni, d’Afrique du Sud, d’Espagne, de Suisse, de Belgique et de Finlande seront sur la ligne de départ dimanche prochain… et parmi eux quelques sérieux prétendants à la victoire ou au podium de leur classe !

Si Alessandro di Benedetto, franco-italien, demeure la seule touche exotique de la catégorie IMOCA, c’est dans la famille des Class40 et des Rhum, que les skippers étrangers sont les plus nombreux. Chez les monocoques de 12,18 mètres, comptez deux Anglais (Conrad Humphreys sur Cat Phone et Miranda Merron sur Campagne de France), une Sud-Africaine (Philippa Hutton-Squire sur Swish), un belge (Michel Kleinjans sur Visit Brussels), un Suisse (Alan Roura sur Exocet), un Italien (Giancarlo Pedote sur Fantastica) et un Espagnol (Alex Pella sur Tales 2 – Santander 2014). Dans cette Class40, il faudra surveiller de près deux ténors à l’expérience bien trempée et aux montures dernier-cri : Alex Pella (2e et 3e des Mini-Transat 2003 et 2005, 4e de la Barcelona World Race et 2e de la dernière Transat Jacques Vabre) sur un bateau signé Botin, redoutable machine de course aux allures débridées, et Conrad Humphreys, originaire de Plymouth, vainqueur du BT Global Challenge en 2000 et bon navigateur sur tous supports, sur son plan Akilaria RC3 de dernière génération. Quant à l’Italien Giancarlo Pedote, résolument à l’aise en solitaire, il fait figure de bel outsider…

Ari, premier en son pays…

Dans la classe Rhum, Sir Robin Knox-Johnston, 75 ans et doyen de la course, premier homme à avoir bouclé un tour du monde en solitaire et sans escale en 1969, vient se frotter à ses 19 camarades de classe sur Grey Power, ancien IMOCA de 1997 signé Finot/Conq. Un honneur que de compter un tel marin parmi les 91 concurrents… une page déjà écrite avant même le départ de la course. Le Finlandais Ari Huusela sur son monocoque de 40 pieds (Neste Oil), s’il parvient « à arriver de l’autre côté » sera le premier marin nordique à finir une Route du Rhum. Un challenge en soi. Le pays est déjà en liesse, Ari serait presque devenu une star chez lui ! Enfin, Andrea Mura sur son open 50 Vento Di Sardegna ne cache pas son objectif de remporter une seconde fois le Rhum (victoire en 2010 en classe Rhum en 19 jours 9 heures et 40 secondes, meilleur temps de la catégorie)… avant de s’engager sur le prochain Vendée Globe.

Sir Robin Knox-Johnston : la fougue du doyen

Ne demandez surtout pas au vétéran de l’épreuve s’il se sent assez en forme pour mener son monocoque de 60 pieds à travers l’Atlantique, il vous répond d’une boutade qu’il est prêt à vous défier physiquement. 75 ans Sir Robin Knox-Johnston ? « Dans ma tête, j’en ai 45 » rétorque le plus célèbre des marins britanniques, premier homme à avoir bouclé un tour du monde en solitaire sans escale (c’était en 1968/1969, à l’occasion du Golden Globe). La Route du Rhum, il y a déjà participé une fois, c’était il y a 32 ans. Il y retourne pour le plaisir et pour l’excitation que lui procure toujours la compétition. « L’ambiance est géniale ici » lance t-il tout sourire au milieu de la foule. « Mon bateau est presque prêt, juste quelques bricoles dans le mât et on y va ». Son objectif dans la course : « jusqu’à la pointe de la Bretagne, je serais très attentif ce sera une partie délicate, avec beaucoup de trafic. Mais après, je pense que j’attaquerai un peu ! ».

Ils ont dit sur les pontons :

Alessandro di Benedetto (IMOCA – Team Plastique – AFM Téléthon) :

C’est ma première Route du Rhum et c’est magique pour moi. Je suis heureux de retourner en Guadeloupe en course, car c’est là-bas que je suis arrivé quand j’ai traversé l’Atlantique en Hobie Cat en 2002. J’adore le peuple créole. Mon objectif est de mener mon bateau au-delà de 100%. Je sais que les nouveaux bateaux vont 35 à 40% plus vite que moi, mais je veux faire le mieux possible et partager ma course avec tout le monde et notamment les enfants d’AFM Téléthon.

Giancarlo Pedote (Class40-Fantastica) :

C’est une chance incroyable pour moi d’être à Saint-Malo pour disputer ce Rhum. Il y a quelques mois, je ne savais pas que je compterai parmi les concurrents. C’est un ami italien Lanfranco Cirillo qui me prête le bateau. Bien sûr, c’est encore la course dans la course pour finir de préparer le bateau avant le départ. Pour moi, le coup de canon a déjà retenti, mais je suis vraiment ravi d’en être alors qu’elle n’a lieu que tous les quatre ans. Comptez sur moi pour être à fond, j’ai vraiment envie de montrer ce que je suis capable de faire après plusieurs années de Mini 6.50.

Philippa Hutton Squire (Class40 – Swish) :

Suite à la dernière Normandy Channel Race, le propriétaire du bateau Roderick Knowles m’a proposé d’en reprendre les clés pour participer à la course : une opportunité qui ne se refuse pas ! J’ai une équipe formidable autour de moi pour m’accompagner dans ma préparation tardive. Je n’ai pas d’appréhension particulière concernant la course dans la mesure où j’ai déjà bouclé un tour du monde en double à bord d’un Class40 lors de la Global Ocean Race (9 mois de course et 30 000 milles parcourus, ndlr). Je sais que je me sens bien seule en mer. Je ferai de mon mieux pour finir. C’est important pour moi puisque c’est la première fois qu’un marin Sud-Africain s’aligne au départ.

Ari Huusela (Rhum – Ariel) :

J’ai quelques appréhensions concernant la météo, mais je me sens bien prêt. C’est une première victoire pour moi d’être ici, il a fallu que je travaille comme un fou pendant un an et demi pour enfin parvenir à me libérer. A présent, j’espère arriver au bout à Pointe-à-Pitre pour devenir le premier marin des pays du Nord à finir le Rhum. En Finlande, beaucoup de journaux, de radios me suivent déjà et participent à faire connaître la course.

Le chiffre du jour

85. C’est la pression en tonnes exercées sur la rotule de mât de Spindrift 2, soit l’équivalent de deux semi remorques sur une surface grande comme une assiette !

Le Maxi Banque Populaire VII au ponton mercredi

Le Maxi Banque Populaire VII skippé par Loïck Peyron sera de retour mercredi à son emplacement prévu devant le Pavillon Banque Populaire (la Gare Maritime de la Bourse). Rendez-vous à 10 heures pour accueillir le grand trimaran bleu.

Source

Rivacom

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Route du Rhum