Retour sur … 1986 : Une année coups de chien !

© Christophe Launay

Ils sont une trentaine à prendre le départ de cette édition 1986. Les meilleurs skippers sont toujours au rendez-vous même si le nombre de participants est en baisse par rapport à 1982. La taille des bateaux, elle, est toujours plus gigantesque : 13 bateaux mesurent plus de 23 mètres. Jamais la course au large n’aura réuni un tel plateau de géants à amadouer en solitaire.

Parmi les inscrits, la tendance est résolument à deux coques avec pas moins de 13 inscrits pour 9 trimarans dont certains équipés de nouveaux appendices : les foils. On les dit redoutables aux allures de travers mais aussi capricieux à la barre. A suivre… Côté monocoques, ils ne sont plus que 5 en 1986 contre 15 en 1982 malgré l’importante dotation en prix pour les deux catégories voulues par Michel Etevenon.

Dès le coup de canon, les grands multicoques donnent le ton. Mais rapidement, avaries et abandons interviennent : Loïck Peyron (Lada Poch) démâte, Paul Vatine (Nems Luang) est victime d’une collision avec un cargo, Tony Bullimore (Apricot) heurte un objet flottant non identifié, Olivier de Kersauson (Poulain) a des problèmes de bastaques et Hervé Cléris (Fnac) chavire… Les dépressions se succèdent et l’hécatombe se poursuit : Charente Maritime connaît des problèmes de structure, Jet Services démâte et Côte d’Or II perd l’avant du flotteur bâbord. Le gros de la tempête touche la flotte dans la nuit du mercredi 12 au jeudi 13 novembre à près de 60 nœuds. Stalaven chavire à son tour, mais heureusement, Dominique Marsaudon est sain et sauf. L’alerte est donnée pour Royale le vendredi 14. Le relevé Argos indique le bateau à la dérive. Florence Arthaud (Energie et Communication) se déroute et trouve Royale alors retourné. Loïc Caradec n’est plus à bord…

La course continue malgré tout et Philippe Poupon qui, lui aussi, à subi les affres de la tempête, plonge vers le sud. Il accélère, creuse l’écart avec ses poursuivants (Bruno Peyron (Ericsson), Lionel Péan (Hitachi) et Mike Birch (Tag Heuer) et arrive à Pointe-à-Pitre en grand vainqueur, 48 heures devant Bruno Peyron, une nouvelle fois deuxième. Le premier monocoque est douzième, il s’agit de Macif, skippé par Pierre Lenorman.

Ce qu’il faut retenir de 1986 ?

33 bateaux au départ de cette troisième Route du Rhum.

Les grands multicoques marquent cette cuvée 1986 : pas moins de 13 bateaux de plus de 23 mètres en classe 1. Sur les 30 inscrits, on compte 13 catamarans pour 9 trimarans parmi lesquels, les “foilers” font leur apparition.
Royale, le maxi catamaran de 26 mètres chavire dans la tempête. Loïc Caradec est porté diparu.
Avec 48 heures d’avance, Philippe Poupon (Fleury Michon VIII) coupe la ligne d’arrivée. Son trimaran à foils a fait des merveilles sur la route Sud et a creusé l’écart avec ses poursuivants. Une victoire qu’il dédiera à la mémoire de son ami Loïc Caradec.

Source

Rivacom

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 9 septembre 2014

Matossé sous: Course au Large, Route du Rhum

Vues: 4123

Tags: , , , , , , , , , ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Route du Rhum