La rade de Marseille frissonne pour la voile classique !

© Pierik Jeannoutot/Société Nautique de Marseille

La passion de naviguer sur des unités d’exception, le bonheur de se retrouver dans ”la plus belle rade du monde”, le plaisir des yeux et la joie de partager avec le public au cœur du Lacydon : tels sont les ingrédients de la réussite des Voiles du Vieux-Port dont la 12ème édition s’est ouverte ce jeudi avec une flotte record depuis sa création de 45 bateaux, parfois centenaires, tous exceptionnels par leurs histoires et leurs parcours. Unissant leurs efforts, les cinq grands clubs marseillais – Le CNTL, La Pelle, La Nautique, L’UNM et L’YCPR – ont une nouvelle fois fait preuve qu’en jouant collectif, on joue gagnant.

Le Président, Frédéric Berthoz l’avait annoncé, après les grains qui ont traversé la métropole hier ”notre partenaire le plus important a confirmé sa présence, le beau temps ! Quatre jours de soleil, et suffisamment de vent pour régater, le vent étant évidemment un élément majeur pour notre manifestation.” Une météo sur mesure qui a permis d’envoyer la flotte sur un superbe parcours d’une vingtaine de milles nautiques autour des îles du Frioul, plus un aller-retour pour les plus grandes unités avec 15 à 18 nœuds de secteur ouest et un grand soleil pour le premier jour de régate.

Nouveauté 2014, à l’initiative du comité de course, sous la direction de Philippe Faure, une nouvelle subdivision des classes, permettant de faire courir ensemble des bateaux à la vitesse comparables à l’intérieur de la classification traditionnelle – Classique (après 1950) et Époque (avant 1950), dans le but d’harmoniser les temps de course.

Noblesse oblige, les 30 mètres de long de la très élégante coque en bois du cotre aurique Moonbeam III, ont décroché les honneurs de la ligne, bouclant en tête les 19 milles du parcours du jour.

Ce premier grand tour de manège a porté chance à Sagitarius devant Noriema 4 et Galvana en Classique Marconi 1, alors que Kertios l’emporte devant Maria Giovanna II, et Ratafia, en Classiques Marconi II. Chez les Epoque Aurique Moonbeam III réussi le doublé réel/compensé devant Oriole et Lulu, alors qu’en Epoque Maroni 1 Andale peut être fier d’avoir devancé l’épouvantail de la série – Jour de fete – et Irene 7. En époque Marconi 2, Sonda dormira ce soir avec une victoire devant Skanda alors que chez les IRC Peau Brune boucle devant Paihere et Kiss.

Demain, le programme s’annonce encore haut en couleur sous un ciel limpide avec un joli petit “mistralet“ qui devrait animer à nouveau le plan d’eau, de quoi compléter les couleurs rayonnantes des ”forçats de la mer” avant la très attendue soirée des équipages.

Un jour, un bateau : Lak

Lak est un sloop Bermudien à coque noire de 14 mètres qui court en Epoque Marconi. Construit à Marseille, dans l’anse du Pharo, le bateau a été notamment la propriété du Baron Bich – par ailleurs célèbre pour ses participations à la Coupe de l’America pour la France – qui l’a emmené dans le port d’Hyères, où il est toujours basé. Ce très élégant plan Mauric a une histoire originale, puisque – lancé en 1939 – il a été caché sous un tas de charbon pendant la guerre pour éviter qu’il ne soit réquisitionné ou dépossédé de son plomb et de son cuivre. ”Si on est là, c’est qu’on aime les Voiles du Vieux Port,” explique Roger Valli, son skipper en titre même s’il ne navigue pas sur l’épreuve ”en plus on aime la ville de Marseille, le bateau retrouve ses eaux, tous les copains qui sont là, on les retrouve à chaque régate, c’est une joie de les retrouver. C’est très bien organisé, c’est une ambiance de coureurs de vieux gréements, de vieille marine, c’est pas comme les modernes ou y crient, y gueulent, là non. Y a pas de noms d’oiseaux chez nous.”

Ils ont dit :

– Marc Emig, barreur à bord d’Andale

C’est la deuxième fois que je participe, l’année dernière j’ai fait juste une journée, et malheureusement cette année je ne vais pas pouvoir faire beaucoup plus. J’aime beaucoup naviguer sur les vieux gréements. C’est un mix entre la navigation moderne et la navigation à l’ancienne, c’est quand même assez compliqué, les bateaux sont difficiles à faire avancer, et donc les batailles sont quand même bien acharnées, et c’est souvent la tactique qui fait la différence.

– Elise Garcin, équipière d’avant sur Jour de Fête

Chaque année on met à profit la trêve hivernale pour optimiser un domaine précis. L’année dernière, on a acheté beaucoup de voiles parce qu’elles manquaient dans la garde robe du bord, et cette année, on s’est focalisé sur la carène en changeant le moteur et en mettant un arbre d’hélice quasiment dans l’axe, alors que les bateaux n’avaient pas de moteur à l’époque et que donc les arbres sortent un peu en diagonale, ce qui fait une trainée énorme.

A terre : Un village et des animations pour tous

Les Voiles du Vieux-Port sont organisées autour d’un village situé aux abords de la capitainerie, sur l’esplanade du Fort Saint-Nicolas, qui rassemble des artisans et créateurs marseillais autour du monde la mer, présents pendant quatre jours pour vous faire découvrir leurs objets et leur vision du monde de la mer.
Horaires d’ouvertures : tous les jours de 9h à 19h

Le Programme

  • Vendredi 20 juin

9h30 – 19h : Ouverture du village au public
11h – Mise à disposition en mer pour une ou plusieurs courses
18h – Animation Jazz

  • Samedi 21 juin

9h30 – 19h : Ouverture du village au public
11h – Mise à disposition en mer pour une ou plusieurs courses
Régates en vue départs 11h30 – 13h – 14h30
18h – Animation Jazz

  • Dimanche 22 juin

9h30 – 19h : Ouverture du village au public
11h – Mise à disposition en mer pour une ou plusieurs courses
11h30 et 14h30 – Sorties en mer gratuites pour le public avec ”Régate en Vue” en partenariat avec l’Office de la Mer.
17h30 – remise des prix
18h – Animation Jazz

Source

Raphaël Mira

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 20 juin 2014

Matossé sous: CIM, Classic

Vues: 1747

Tags: , , , , , ,

Sous le vent

Au vent