De l’instabilité dans l’air

© FFVoile - Lionel COTTIN

Eole, y es-tu ? Eole, que fais-tu ? Ce jeudi, les caprices de la météo méditerranéenne ont donné bien du fil à retordre aux six comités de course qui n’ont pas ménagé leur peine pour déjouer les sautes d’humeur des petits airs majoritaires sur le plan d’eau baigné par un soleil de plomb. A la mi-journée, les départs des premières régates au programme des finales sur l’ISAF Sailing World Cup Hyères – Toulon Provence Méditerranée peuvent être enfin donnés au gré de faibles risées, très instables en force et direction. Chez les tricolores, dans ces conditions aléatoires, qui ont volontiers soufflé le chaud et le froid, les bonnes opérations du jour reviennent de droit au duo Dyen-Christidis en 49er, au solide double mixte Besson-Riou en Nacra 17, et à Thomas Le Breton, 2è ce soir chez les Finn.

Nacra 17

Journée sous haute tension du côté des Nacra 17 alors que rien n’est joué dans la perspective de la Medal Race de samedi, ouverte, aux dix premiers des 39 équipages en lice dans les finales de la flotte Gold. Ces duos ont disputé deux manches aujourd’hui, dont la première dans un vent très instable, faisant la girouette dans tous les sens. Résultat de la course : nombre de tandems les plus affûtés terminent en milieu de tableau, à l’instar des Australiens Bundock-Curtis et de Billy Besson et Marie Riou. Dans la seconde régate, servie par des conditions mieux établies, l’équipage tricolore, champion du monde en titre, renoue aussitôt avec la victoire. Ce soir, en deuxième position, il talonne les nouveaux leaders, les Italiens Bissaro-Sicouri, réputés rapides sur mer plate. De leur côté, Moana Vaireaux et Manon Audinet,se placent en embuscade, en 4è position. Après quatre jours de régates une régularité payante leur permet de s’accrocher à leur objectif de podium. En revanche, les choses se corsent pour la paire formée par Franck Cammas et Sophie de Turckheim, 16è ce jeudi soir, qui n’a plus le droit à l’erreur pour la Medal Race de samedi.

Sophie de Turckheim :

Les conditions étaient très variables, on a beaucoup attendu sur l’eau, ce n’était pas facile pour les nerfs. Nous avons disputé une première manche dans un vent assez compliqué, pas très facile à lire, mais on a pris un bon départ, on a navigué propre, et on termine 2è. Le vent est rentré plus fort pour la 2è régate, 15-18 noeuds, mais là, on a loupé une bonne risée et on termine 16è. Il nous reste trois manches demain avant la Medal Race. On verra bien…

49er

Belle journée sous le soleil pour Emmanuel Dyen et Stéphane Christidis, qui ont su attraper, au gré des faibles risées, les vents de la réussite dans les 60m2 de toile de leur frêle esquif à l’équilibre instable. Ils remportent la première des trois régates disputées ce jeudi. 9è mardi, 6è hier, ce duo de funambules occupe ce soir la 4è place du classement général provisoire, toujours emmené par les Kiwis Peter Burling et Tuke Blair. A trois points des troisièmes, le tandem tricolore, qui devance les champions olympiques de Londres, les Australiens Outtteridge-Jensen, confirme qu’il faudra compter avec lui pour la Medal Race de samedi, et la bataille pour le podium de cette étape française de la coupe du monde.

Emmanuel Dyen :

La journée a été différente pour nous entre le début et la fin. On a super bien attaqué, on gagne la première manche, on est vraiment dans ce qu’on veut faire, mais après il y a un peu plus d’incertitudes sur les manches, on réalise un peu moins bien le départ de la seconde… Le bilan de cette journée reste toutefois positif, car cela a beaucoup brassé et au niveau classement on remonte pas mal. Le Néo-Zélandais en tête va bientôt devenir intouchable, mais après tout est jouable. Il nous reste encore trois manches demain, elles seront probablement décisives. Nous sommes confiants, le bateau va bien.

Finn

Si Thomas Le Breton peut se réjouir d’avoir signé une belle victoire sur la deuxième régate du jour qui lui permet de se hisser en 2è position, Jonathan Lobert a été moins chanceux. Son bateau a en effet été sérieusement endommagé lors d’un passage de bouée visiblement très disputé sur la première régate du jour. Déplorant une grosse voie d’eau dans la coque, il n’a pas pris le départ de la deuxième manche courue ce jeudi. Le médaillé de bronze aux Jeux de Londres a, dès son retour à terre, porté réclamation pour cet incident qui le pénalise pour la suite la compétition.

Dernière minute : Bonne nouvelle pour le duo Bouvet-Mion qui termine 2è ce soir en 470.

Source

Havas Sports & Entertainment

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent