La mer à boire

Après la nuit noire vécue par la flotte des Multi 50, Crêpes Whaou !, Prince de Bretagne et FenêtréA Cardinal font route vers la terre avec des fortunes diverses. Pendant ce temps, la course reprend ses droits : en Imoca, les leaders commencent à s’extirper des griffes de la dorsale et reprennent de la vitesse. En Class 40, les leaders tamponnent quand les hommes de l’est bénéficient encore d’un vent soutenu.

Ramener le bateau à bon port : telle est l’obsession des marins de la classe Multi 50 qui font route vers différents ports de la côte. Pour Erwan le Roux et Didier Le Vourc’h, la structure de leur FenêtréA Cardinal n’est pas en danger immédiat. Autant il aurait été déraisonnable de continuer d’aller affronter du mauvais temps, autant le retour au portant vers la Trinité sur Mer ne devrait pas poser de problème. Pour Franck-Yves Escoffier et Antoine Koch, l’urgence est de pouvoir joindre un port au plus vite, sans doute La Corogne, pour établir un diagnosti c médical de la blessure de Franck-Yves. Enfin, l’équipage qui a la situation la plus délicate à gérer est sans conteste  celui dePrince de Bretagne. Lionel Lemonchois et Matthieu Souben ne peuvent naviguer que bâbord amure, le flotteur soulagé par des drisses. Actuellement, l’équipage a la situation bien en main et se dirige à près de dix nœuds vers un port de la côte espagnole ou portugaise, à déterminer en fonction des vents à venir. Mais naviguer avec un flotteur qui se désolidarise du bras de liaison n’est sûrement pas l’exercice le plus plaisant. Il faut ici toute l’expérience et le calme d’un Lionel Lemonchois pour maîtriser l’opération.

Multi 50 : la place du curseur

Pour les deux équipages encore en course, Actual et Maître Jacques, le dilemme est bien de savoir où placer son niveau de performance entre volonté de terminer et nécessité de rester dans un rythme de course. A trop vouloir temporiser, les deux tandems risquent de tomber dans une sorte de routine où la hantise de la casse pourrait le disputer à une perte progressive de vigilance : le type même de situation piège où l’on peut être amené à faire des fautes grossières parce qu’on est sorti de cet état d’attention constante que demande la course au large.

Imoca : l’élastique se tend

C’était attendu. En sortant les premiers des griffes de la dorsale, les leaders ont accéléré franchement quand le gros de la flotte continue de peiner. Fatalement, les écarts se creusent puisque en l’espace de six heures, MACIF et Cheminées Poujoulat, en tête, ont gagné près de vingt milles sur Groupe Bel en cinquième position. Pour les hommes de l’ouest, la punition risque d’être encore plus sévère : la dorsale semble avoir pris ses aises sur leur zone de navigation. Pour reprendre les milles concédés, PRB, Safran ou bien encore Virbac-Paprec 3 vont devoir négocier parfaitement la dépression à venir.

Class 40 : la tentation espagnole

Stéphane Le Diraison et Thomas Ruyant (Bureau Veritas – Dunkerque Plaisance) ont décidé de jeter l’éponge. Après le bris de leur bout-dehors, les deux navigateurs ont tenté sans succès une réparation de fortune. Ils ne sont donc plus que trois dans le groupe de tête. Aquarelle.com contient toujours les attaques des jeunots de Concise 2 qui ne font preuve d’aucun complexe. Derrière eux Initiatives – Alex Olivier reste en embuscade. La grande question est plutôt de savoir ce que va donner l’option prise par ERDF des Pieds et des Mains et Partouche qui ont choisi de plonger au sud pour éviter le plus gros du mauvais temps à venir. Pour l’heure, ils continuent de progresser à bonne vitesse. Mais le détour en vaut-il la peine ?

Pas de répit, même le week-end

Les marins auront eu tout intérêt à profiter des bonnes conditions de ce samedi pour se refaire une santé, mais aussi pour procéder à un inventaire complet du matériel. Le début du week-end aura sans doute été consacré à la sieste et aux ateliers bricolages. Car dès cette nuit, ce sera une autre paire de manches. Le vent devrait monter à nouveau en puissance et la mer se former à l’approche d’une première dépression. Mais c’est surtout, la nuit de dimanche à lundi et la journée de lundi qui devraient être particulièrement pénible. L’approche d’un front froid particuli&egra ve;rement virulent devrait, une fois de plus, secouer méchamment la flotte. Ce coup de tabac pourrait être le dernier qu’auraient à subir les tandems de cette dixième Transat Jacques Vabre.  Mais cette première semaine de course s’avère particulièrement éprouvante.

Ils ont dit :

Lionel Lemonchois (Prince de Bretagne) : « Le bras s’est désolidarisé du flotteur »

« Le bras est complètement désolidarisé du flotteur. Le flotteur tient avec la drisse de gennaker et des bouts qu’on a mis un peu dans tous les sens. On a renvoyé un peu de toile pour que le bateau soit appuyé. La dorsale nous rattrape tout doucement on a 10/12 noeuds de vent, encore de la mer, et serait bien que ça se calme, ça soulagerait bien le bateau. Nous, on doit faire un bon 10 nœuds de moyenne. On ne sait pas encore où on va. Soit à la Corogne, soit pousser jusqu’à Lorient on décidera ça au fur et à mesure.
On ne peut naviguer que bâbord amure, quand le bateau est bien appuyé, le flotteur ne touche pas l’eau et c’est là que ça souffre le moins.
Depuis hier soir il a fallu faire vite, préserver le bateau, passer la nuit en espérant que ça ne s’aggrave pas trop. Je suis assez optim iste, si on continue comme ça, ça devrait aller. On va continuer notre petit bout de chemin, voir où le vent nous emmène. Là où le vent nous portera, comme dit la chanson ».

Tommaso Stella (Hip Eco Blue) : « Du gasoil dans le bateau »

«Ça va bien, mais on est un peu fatigué car on a eu une nuit à problèmes : on a explosé un tuyau de gasoil avec plein de gasoil dans le bateau. Ce n’était pas très agréable. On a ensuite essayé d’attaquer pour essayer de récupérer le temps perdu et on a explosé le spi. On est parti en vrac dans un  grain un peu trop violent et il a explosé en trois parties ; il n’est abso lument pas réparable. Mon co-skipper est vraiment motivé, même quand il faut pousser, il est motivé et petit à petit on apprend tous les deux. Actuellement, il fait grand beau, la mer est belle et il n’y a pas beaucoup de vagues alors que cette nuit c’était un peu Luna Park ! »

Jean-Christophe Caso (Groupe Picoty) : « Plus belle la vie à 40 ans »

« Après une nuit où ça a envoyé un bord vent de travers pas confort, mais efficace, un peu de répit ce matin. Jacques m’a préparé une jolie surprise en m’offrant des cadeaux discrètement préparés à terre par des amis et très soigneusement cachés &agrave ; bord. Et bien, même si je suis en mer, vous êtes tous là présents dans mon cœur et c’est le plus beau des cadeaux. Alors ne vous attendez pas à un bilan du quadra, car ça ne fait que continuer et de la plus belle des façons. On regarde devant et on avance. On essaye d’avancer plus vite que les petits copains mais ce n’est pas toujours simple. C’est un joli cadeau de la vie que de fêter ses 40 ans en mer.»

Eric Galmard, Avis Immobilier : « On navigue à l’ancienne »

« On a eu une nuit un peu difficile comme tous nos copains : plein de grains de 15 à 30 nœuds, le vent qui tournait énormément, il fallait constamment rattraper le bateau avec le pilote. Ce matin, c’est un peu mieux, on n’a plus que 11 nœuds de vent, mais à partir de demain, c’est à nouveau la guerre. On n’a pas pris d’option nord ou sud, on est au milieu !  On est des vieux, on n’a pas pris de risques ! On ne voulait pas aller au nord dans le gros temps. Je n’ai pas de fleet 33 ou de gros iridium, je n’ai que mon fichier chopper pour me débrouiller. On fait une navigation style vieille école, on est des anciens des Glénans ! »

Dominique Wavre (Mirabaud) : « Ca fait plaisir de naviguer à nouveau avec Michèle »

« On est tous les deux en forme, on essaye de récupérer un peu car le début étai t assez fatiguant. Il y avait énormément de mer, très creusée, et on était très secoué. C’était très fatiguant pour tenir debout, donc on faisait du quatre pattes en permanence. Le bateau va bien et il a l’air content en mer et ça fait surtout plaisir de recourir avec Michèle. Par contre, on n’a pas encore vraiment eu le temps de tester notre barre à roue, car le pilote barre mieux que nous. Les conditions de navigation deviennent agréables et c’est un peu plus facile. On a bien vérifié le matériel sur le bateau et tout va bien, pour l’instant on est plus concentré à essayer de faire avancer le bateau et c’est Michèle qui s’y colle avec les écoutes dans les mains ! La nuit dernière on s’est fait bloquer dans plusieurs grains mais la route est encore longue et on aura l’occasion de se refaire ».

 Les positions le 5 novembre 2011 à 17h00 :

Imoca

1- Cheminées Poujoulat (Stamm/Cuzon) à 3786 milles de l’arrivée
2-  MACIF (Gabart/Col) à 1,9 milles du leader
3- Banque Populaire (Le Cleach/Pratt) à 37,5 milles

Multi50

1- Actual (Le Blévec/Manuard) à 4287,3 milles de l’arrivée
2- Maitre Jacques (Fecquet/Escoffier) à 63,5 milles du leader

Class40

1- Aquarelle.com (Bestaven/Drouglazet) à 4050,8 milles de l’arrivée
2- Concise 2 (Collier Wakefield/Goodchild) à 1,9 milles du leader
3- Initiatives – Alex Olivier (De Lamotte/Peron) à 14,2 milles

Source

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 5 novembre 2011

Matossé sous: 2011, Course au Large, Transat Jacques Vabre

Vues: 964

Tags: , , ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre