Le Brésil se rapproche !

© Maitre Coq

Peu après 18 h 00 (heure française), Sébastien Josse et Charles Caudrelier (Edmond de Rothschild) ont coupé la ligne d’arrivée en vainqueur des MOD70 devant Itajaí au Brésil. Alors que Sidney Gavignet et Damian Foxall (Oman Air – Musandam) sont attendus dans quelques heures, les Multi 50 se rapprochent du but : ils se situent à la latitude de Recife. Derrière, les premiers IMOCA ont franchi l’équateur et le duel entre PRB et MACIF reste plus que jamais d’actualité. Les Class40, eux, sont en passe de doubler l’archipel du Cap Vert dans des alizés bien établis, GDG SUEZ toujours aux commandes de la flotte.

« On s’est fait une grosse frayeur au large de Gibraltar : je me suis endormi et nous avons failli chavirer par l’avant » racontait Sébastien Josse, skipper d’Edmond de Rothschild à son arrivée dans le port d’Itajaí, devant une foule compacte. C’est dire si la performance est de taille pour les deux MOD70 : naviguer en double sur ces trimarans de 70 pieds conçus pour un équipage de six personnes ! Charles Caudrelier, co-skipper, affiche désormais à son palmarès deux victoires dans la Transat Jacques Vabre, mais avouait dès le pied posé sur le ponton : « Niveau stress, fatigue et dépassement de soi, cette Transat Jacques Vabre dépasse largement tout ce que j’ai pu faire avant. ».

Alors que le tandem franco-irlandais sur Oman Air – Musandam est attendu de pied ferme ce soir au Brésil, derrière, les Multi 50 s’adonnent à une course de vitesse séparés par 26 milles. FenêtréA Cardinal (Erwan Le Roux/Yann Eliès) était pointé au dernier classement à la vitesse de 20 nœuds, 3 nœuds plus vite que son rival Actual (Yves Le Blevec/Kito de Pavant). Cette situation risque de durer jusqu’au Cap Frio, puis un front pourrait relancer la donne avant d’arriver à Itajaí.

Duel au soleil

1,53 milles très exactement séparent MACIF (François Gabart/Michel Desjoyeaux) et PRB (Vincent Riou/Jean Le Cam) ! Autant dire une goutte d’eau à l’échelle d’une transatlantique longue de 5 450 milles… Les deux IMOCA de tête au près dans les alizés de sud-est pointent à plus de 14 nœuds devant des adversaires qui peinent à recoller. Maître CoQ (Jérémie Beyou/Christopher Pratt) est maintenant à près de 64 milles du duo. La totalité du club des cinq aura doublé l’équateur dans quelques heures. En queue de flotte, Team Plastique (Alessandro di Benedetto/Alberto Monaco) tente un décalage à l’Ouest pour se dégager du Pot au Noir, tandis qu’Energa (Zbigniew Gutkowski/Maciej Marczewzki) choisit l’Ouest. On comptera les points demain soir.

Cinq Class40 en 10 milles

Quelle course ! Chaque jour les Class40 chamboulent un peu plus le classement. Derrière GDF SUEZ (Sébastien Rogue/Fabien Delahaye) et Mare (Jorg Riechers/Pierre Brasseur), c’est la foire d’empoigne. Cinq bateaux se tiennent en 10 milles : Tales Santander, Campagne de France, Watt & Sea – Poitou Charentes, SNCF – Geodis et les Autrichiens de Vaquita. La majorité de la flotte double maintenant le Cap Vert par l’Ouest dans un alizé soutenu de 20 nœuds. Dans leur tête, le Pot au Noir est l’objet de toutes les réflexions…

Ils ont dit :

Sébastien Josse, skipper du MOD70 Edmond de Rothschild :

En équipage on est toujours très proche de la limite. Nous avons essayé de nous approcher de cette limite en double. Nous avions un bon rythme. Il fallait trouver le bon curseur face à Sidney Gavignet et Damian Foxall qui savent eux-aussi pousser leur bateau. Le mot d’ordre : garder la plateforme à plat en allant vite.

Charles Caudrelier, co-skipper du MOD70 Edmond de Rothschild :

C’était très usant car il y avait en permanence l’un de nous deux à la barre. Et on ne la lâchait pas pendant nos quarts. Pour faire la moindre action il fallait réveiller l’autre. Dans les grosses conditions, on ne peut pas se permettre d’aller régler seul une voile sans prendre un risque de chavirer. L’autre option aurait été de ralentir : mais nous sommes des compétiteurs donc on n’a pas fait ça. On a eu une météo exceptionnelle, des conditions très rapides. Ce qui nous a permis d’aller quasiment aussi vite qu’en équipage.

Denis Van Weynbergh, skipper de Proximedia :

J’ai joué à l’apprenti dentiste car Jean-Edouard s’est cassé trois dents lors d’une manœuvre ! Nous avions un problème avec le bout-dehors qui était sorti de son logement. En le remontant, je suis allé trop vite et Jean-Edouard à l’intérieur l’a pris de plein fouet. Nous avons contacté le docteur Jean-Yves Chauve, pour nous expliquer comment recoller les bouts de dents ! Là, ça va nettement mieux, il a moins mal avec les calmants. On continue donc notre bonhomme de chemin, et avec le bout dehors en état on peut relancer le bateau, c’est mieux ! Nous sommes contents de nos réglages du bateau et nous avons notre routine d’apéro au coucher du soleil donc nous sommes ravis : c’est la belle vie à bord de Proximedia-Sauvez mon enfant.

Jérémie Beyou, skipper de Maître CoQ :

Ça va très bien à bord de Maitre CoQ, je me réveille là, il fait super beau. Nous avons entre 15 et 20 nœuds de vent, on est au travers sur une belle ligne droite : ça avance. Nous ne sommes plus très loin de l’équateur, la bouteille est au frais. On est en train de passer par le travers des rochers de Saint-Pierre et de Saint-Paul, puis après, nous ne serons pas très loin de Fernando de Noronha. Nous n’avons pas trop vu la terre depuis les côtes bretonnes mais c’est pour bientôt. Tant mieux !

Positions du 18/11 à 20h00

CLASS40

1 – GDF SUEZ à 2935,56 milles de l’arrivée
2 – MARE à 58,98 milles du premier
3 – TALES SANTANDER 2014 à 110,76 milles du premier

MULTI 50

1 – FENETREA CARDINAL à 1508,39 milles de l’arrivée
2 – ACTUAL à 26,74 milles du premier
3 – RENNES METROPOLE / SAINT-MALO AGGLOMERATION à 758,69 milles du premier

IMOCA

1 – MACIF à 1870,97 milles de l’arrivée
2 – PRB à 1,53 mille du premier
3 – MAITRE COQ à 63,88 milles du premier

MOD70

1 – EDMOND DE ROTHSCHILD arrivé à 18:03:54
2 – OMAN AIR MUSANDAM à 81,45 milles de l’arrivée

Source

Soazig Guého

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre