Changement de régime

© J-M Liot/DPPI/TJV13

Tous les voiliers de la Transat Jacques Vabre seront sur l’eau ce dimanche puisque les premiers Class40’ ont repris le chemin du Brésil dès 4h00, derrière GDF SUEZ. Quant au Multi-50 Maître Jacques, handicapé par l’arrachement de l’avant de son flotteur tribord, il devrait arriver à La Corogne ce dimanche au lever du soleil… Le coup de vent du golfe de Gascogne est passé et la brise n’est plus du tout la même pour les MOD-70 au large du cap Saint-Vincent et les monocoques Imoca dans les alizés portugais.

Ce dimanche matin à 4 h (heure française), GDF SUEZ (Rogues-Delahaye) a été le premier à mettre le cap vers Itajaí au Brésil, suivi par Tales Santander 2014 (Pella-Santurde) et Mare (Riechers-Brasseur). Et à 6h20, dix-neuf duos étaient déjà repartis de Roscoff tandis qu’à 13h 21mn et 45s, ce sera au tour du dernier arrivé au port de Bloscon, Ecoelec-Frantronic (Darni-Bernard).

Les conditions de navigation étaient encore animées cette nuit en Manche au large de l’île de Batz avec 25 nœuds de Nord-Ouest, mais la brise doit progressivement se calmer pour ne plus atteindre qu’une douzaine de nœuds ce dimanche midi au large de Ouessant…

Au portant dès le cap Finisterre

Pour les monocoques Imoca, le coup de vent de samedi est déjà du passé : en abordant les côtes espagnoles, le leader Macif (Gabart-Desjoyeaux) a pu envoyer son spinnaker dans une brise de secteur Nord-Ouest d’une douzaine de nœuds. Le duo des vainqueurs du Vendée Globe a déjà une bonne quarantaine de milles de marge sur ses poursuivants, PRB (Riou-Le Cam), Safran (Guillemot-Bidégorry), Maître CoQ (Beyou-Pratt) et Cheminées Poujoulat (Stamm-Legros) qui restaient très groupés au large de Porto.

Chez les Multi-50, Maître Jacques (Fequet-Escoffier) devrait arriver à La Corogne avant le lever du jour : le duo fait route à petite vitesse (7 nœuds) pour préserver l’intégrité de la structure du trimaran suite à l’arrachement dimanche après-midi de la partie avant du flotteur tribord. Le tandem avait pourtant bien négocié le coup de vent puisqu’il était en tête au moment de son avarie et surtout le plus à l’Ouest, une position qui a permis à Arkema (Roucayrol-Riffet) de prendre le commandement ce dimanche matin.

Au large de Bayona, le trimaran arcachonnais n’a pourtant pas beaucoup de marge face à ses deux plus proches concurrents, Actual (Le Blévec-de Pavant) le plus à terre et FenétréA-Cardinal (Le Roux-Eliès) : le rythme s’est accéléré dans un régime de Nord-Ouest d’une quinzaine de nœuds alors qu’une petite centaine de milles plus loin, Rennes Métropole-Saint Malo Agglomération (Lamiré-Mura) est encore bien secoué à l’arrière du coup de vent. Enfin, Vers un monde sans Sida (Nigon-Villeneuve) a indiqué à la Direction de Course qu’il allait reprendre la mer au départ de Brest au lever du soleil pour pouvoir embouquer le raz de Sein de jour, dans de bonnes conditions.

Le retour de l’anticyclone

Enfin en tête de la flotte de la Transat Jacques Vabre, les deux MOD-70 sont désormais dans un régime d’alizés bien établis : ils ont pu passer dans l’Est du centre anticyclonique la nuit dernière et sont donc ce dimanche matin sur la bordure méridionale des hautes pressions. Edmond de Rothschild semblait être le premier à vouloir se recadrer vers le Sud pour bénéficier d’un flux plus soutenu et creuser l’écart face à Oman Air-Musandam qui lui concédait déjà une cinquantaine de milles.

Après le passage de ce coup de vent de samedi, la situation météorologique va nettement s’améliorer ce week-end d’armistice pour toute la flotte : les alizés sont bien présents de la pointe espagnole à l’archipel du Cap-Vert et pour les Class40’, la brise de Nord-Ouest va leur permettre de traverser le golfe de Gascogne très rapidement.

Ils ont dit

Yannick Bestaven (Class40’ Watt & Sea-Région Poitou Charente)

Pas mal de vent ce matin : 25 30 nœuds de Nord-Ouest et au navigue au reaching vers la pointe de Bretagne. Le vent va adonner et on va pouvoir envoyer le spi dans pas longtemps. Le départ était un peu tôt ce matin dans 30 nœuds de vent ! Ce n’est pas hyper facile de reprendre la mer dans la nuit noire avec une telle brise… Ce n’est pas simple mais ça y est : on est de nouveau en course et on fait route sur le Brésil !

Loïc Fequet (Multi-50 Maître Jacques)

Il nous reste 25 milles pour arriver à La Corogne : on a 16 nœuds de vent, la mer s’est bien calmée. On est toujours sous foc de brise seul pour arriver de jour et se mettre à l’abri. On suppose que la situation ne s’est pas aggravée mais on n’est pas allé voir de près parce qu’il y a encore de la mer. Le bras de liaison descend bien dans le flotteur donc ça empêche qu’il s’en aille. Le bateau a cinq ans et donc pas mal de transats : peut être qu’on aura des explications plus tard sur ce qu’il s’est passé. On se prépare depuis un an à la fois moi sur le bateau, le préparateur, et Loïc s’investit beaucoup dans l’histoire : on s’est installé dans notre transat et ça s’arrête d’un coup… On devrait arriver à la Corogne vers 8h30-9h heure française.

Jérémie Beyou (monocoque Imoca Maître CoQ)

C’est plus calme depuis quelques heures et c’est la récompense parce que ça n’a pas été simple… Ce qui a été le plus dur, c’est au milieu du golfe de Gascogne avec une énorme ligne de grains, plus de vent du tout, une mer infernale, vraiment galère et que visiblement, Macif n’a pas eu. Ils ont eu un maximum de réussite et nous pas trop… On va entrer dans la brise portante et entre spi et code0, il faut choisir car le vent a bien molli. Il fait bon, la mer est calme : ça fait du bien ! Maintenant, il faut faire attention à aller chercher la bascule à droite sans se faire prendre dans l’anticyclone. Les côtes portugaises, c’est toujours pareil : une transition entre anticyclone et dépressions, des gros nuages qui trainent et des grosses molles…

Positions du 10/11 à 05h00

Class40

1 – GDF SUEZ
2 – Tales Santander 2014
3 – Mare

Multi 50

ARKEMA – Region Aquitaine à 4712,91 milles de l’arrivée
ACTUAL à 2,57 milles du premier
FENETREA CARDINAL à 16,67 milles du premier

IMOCA

MACIF à 4679,02 milles de l’arrivée
PRB à 41,80 milles du premier
SAFRAN à 56,89 milles du premier

MOD70

EDMOND DE ROTHSCHILD à 4377,36 milles de l’arrivée
OMAN AIR MUSANDAM à 44,07 milles du premier

Source

Soazig Guého

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre