Dans la baston !

© Pierrick Contin

Les conditions météorologiques sont très différentes pour les trois classes en mer : les deux MOD-70 en approche du cap Finisterre tirent des bords dans de petits airs, tandis que les Multi-50 et les monocoques Imoca louvoient dans le gros temps ! Et les Class40’ patientent encore à Roscoff en attendant que le coup de vent passe sur le golfe de Gascogne…

Les vingt-six Class40’ sont bien à l’abri dans le port de Bloscon (Roscoff) qu’ils ont atteint vendredi dans le sillage de GDF SUEZ (Rogues-Delahaye) arrivé le premier à 14h45 vendredi tandis que EcoElec-Frantonic (Darni-Bernard) fermait la marche à 0h07 ce samedi… La Direction de Course devrait informer ce jour la flotte de l’heure de départ du port breton, les duos devant alors s’élancer dans l’ordre de leur arrivée avec le même écart au premier.

Car dans le golfe de Gascogne, le vent est bien présent ! Du moins pour les Multi-50 et les monocoques Imoca : plus de trente nœuds de secteur Sud-Ouest au passage du front ce samedi matin… Avec de très méchants grains à plus de 40 nœuds, et une mer très chaotique. Au point que les marins n’ont pas pu répondre à la vacation radio, pris par d’autres impératifs.

Passage de front

Actual (Le Blévec-de Pavant) était toujours en tête des Multi-50 à mi-chemin entre le raz de Sein et le cap Finisterre, au plus fort du coup de vent à 6h00… La bascule du vent au milieu de la nuit au secteur Sud-Ouest a obligé les trimarans à virer de bord pour affronter le passage du front qui durait plus de trois heures : des conditions très dures avec de violents cumulonimbus sur une mer totalement désordonnée. Ce n’est que ce samedi midi qu’un premier bilan pourra être tiré quant aux problèmes techniques rencontrés ou non par les six tandems.

Pour les monocoques Imoca, les conditions de navigation n’étaient pas plus favorables puisque le premier, Macif (Gabart-Desjoyeaux) n’était qu’une trentaine de milles en retrait par rapport au leader des Multi-50. Plus en pointe, le duo des vainqueurs du Vendée Globe avait déjà traversé le front à 5h00 et pouvait de nouveau faire route vers la pointe espagnole : il devrait ainsi augmenter sensiblement son avance sur PRB (Riou-Le Cam) et Safran (Guillemot-Bidégorry) qui bataillaient encore face à ces dures conditions !

Enfin du côté de la pointe espagnole, le vent était nettement en retrait : un petit flux de Sud-Ouest d’à peine dix nœuds qui obligeait les deux MOD-70 à louvoyer en baie de La Corogne. Les deux trimarans monotypes devraient déborder le cap Finisterre ce samedi en milieu de matinée, Edmond de Rothschild (Josse-Caudrelier) naviguant à vue avec Oman Air-Musandam (Gavignet-Foxall).

En fait, la situation météorologique devrait nettement s’améliorer pour tous les bateaux en approche du cap Finisterre, mais dans le golfe de Gascogne, il va falloir attendre encore 24 heures avant que le flux de secteur Ouest trente nœuds ne commence à se calmer…

Ils ont dit

Tanguy de Lamotte (Imoca Initiatives Coeur)

On a trente nœuds, bâbord amures avec trois ris et le tourmentin : on est au près et il fait nuit. Pour l’instant c’est gérable, mais on va avoir plus et on ne va pas tarder à revirer vers le Sud, vers le cap Finisterre. Les conditions sont conformes à ce qu’on attendait, il n’y a pas encore de vent à 45 nœuds, peut être au passage du front mais ça sera rapide et on est prêt. On a eu un petit souci avec un bout de dérive et on a du mal à s’alimenter mais le moral est bon, car on a réussi à dormir, d’ailleurs François dort en ce moment. J’ai mon atèle depuis le début de la course pour maintenir ma cheville, mais ça ne m’empêche pas de travailler donc c’est nickel.

Guillaume Le Brec (Imoca Bureau Vallée)

Ça ne se passe pas mal : on a eu une bonne journée et une nuit un peu plus compliquée, avec des conditions instables, beaucoup de vent sous les grains. Et là on fait route sur le cap Finisterre ! On a viré de bord récemment, car on a passé le front et on est en tribord vers l’Espagne. Maintenant, il y a 25 nœuds d’Ouest, la mer est encore maniable pour le moment mais devrait forcir dans la journée. On a pris l’option de virer plus tôt que ce que nous disaient les routages sinon on aurait dû virer deux fois dans 35 nœuds. On est content d’être décalé vers l’Ouest pour la suite. Il faut faire route vers le soleil parce qu’on ne l’a toujours pas vu !

Positions du 09/11 à 05h00

Class40

1 – GDF SUEZ
2 – Tales Santander 2014
3 – Mare

Multi 50

1 – ACTUAL à 4976,09 milles de l’arrivée
2 – ARKEMA – Region Aquitaine à 23,63 milles du premier
3 – FENETREA CARDINAL à 31,70 milles du premier

IMOCA

1 – MACIF à 5006,95 milles de l’arrivée
2 – PRB à 22,58 milles du premier
3 – SAFRAN à 35,45 milles du premier

MOD70

1 – EDMOND DE ROTHSCHILD à 4834,89 milles de l’arrivée
2 – OMAN AIR – MUSANDAM à 4,62 milles du premier

Source

Soazig Guého

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre