Plaisirs culinaires pour Sidney Gavignet et Damian Foxall


Les skippers d’Oman Air-Musandam Sidney Gavignet et Damian Foxall s’attendent à ce que la Transat Jacques Vabre 2013 soit réellement l’un des challenges les plus difficiles de leurs carrières respectives.

Courir à bord d’un trimaran monotype Multi One Design de 70 pieds aussi puissant, et en double, pour traverser un océan, est généralement considéré comme l’un des plus compliqués, sans compter que ce sera un test colossal pour le duo Franco-Irlandais.

« Techniquement, ce sera la course la plus difficile que nous ayons jamais faite », déclare Damian Foxall, qui a près de 350 000 miles en course au compteur sur son journal de bord professionnel, dont 20 courses transatlantiques.

« Sur un monocoque, si vous allez trop loin, le bateau gîte, vous ralentissez, les voiles claquent et il revient en position. Sur ces bateaux, si vous dépassez les limites, c’est terminé.

« Nous avons vu par deux fois cette année à quel point il est facile de chavirer avec ses bateaux, c’est ce qui sera donc le plus dur en terme de challenge psychologique et physique. »

Le travail sur la complémentarité entre Sidney Gavignet et Damian Foxall a fait partie des étapes importantes dans la préparation d’Oman Air-Musandam. Ils ont notamment découvert qu’ils avaient tous deux tendance à pousser le bateau en permanence, et ils ont donc travaillé dur pendant leurs sessions d’entrainement pour modérer cela, car garder de l’énergie sera tout aussi capital.

« Nous savons à quel point il est délicat de naviguer sur ces bateaux, nous allons nous assurer que nous ne nous pousserons pas trop loin », explique Sidney Gavignet, qui est aussi l’un des marins les plus expérimentés au monde en course au large, avec près de 25 transatlantiques au cours de sa longue et brillante carrière.

Pour Sidney Gavignet et Damian Foxall, les préparatifs pour la course de 5400 miles nautiques qui reliera Le Havre à Itajai au Brésil sont près de s’achever avec le convoyage de Lorient au Havre, avec pour terminer un briefing d’urgence médicale et tout l’avitaillement du bateau qui est encore à faire.

Aucun des deux skippers n’est fan de nourriture lyophilisée, ils vont donc tenter de stocker sur la durée des aliments « plaisir », afin d’ajouter un peu de satisfaction à leur routine quotidienne, comme le décrit Sidney Gavignet.

Pour le Français, son luxe sera la purée de châtaigne, bien qu’il n’ait pas besoin de s’inquiéter du fait que Damian Foxall irait piocher dans ses rations.

« J’espère qu’il n’en a pas prévu trop parce qu’il la mangera tout seul », plaisante Damian Foxall.

« Pour moi, le luxe ce sera des bâtons de réglisse, et peut être quelques pots de Nutella, que je dégusterai les premiers jours avec quelques crêpes maison, trempées dans du chocolat chaud ! »

Pour la première fois, le routage météo est autorisé sur la TJV pour les deux équipages des MOD70, ce qui veut dire que les trois heures de quart, avec un croisement de 50 minutes à chaque fois, seront principalement passées sur le pont plutôt qu’en bas sur la table à carte.

« Nous pourrions avoir deux bonnes heures de sommeil en une fois si nous avons de la chance, mais le bon côté du routage météo est que nous allons pouvoir suivre les bateaux devant, et donc avoir une bonne idée du temps qui nous attend », explique Sidney Gavignet.

« Il y aura une équipe jusqu’à 3 personnes pour faire le routage météo de chaque bateau – pour récupérer toutes les données et analyser la météo et les différentes routes possibles, en testant le taux de performance du bateau pour avoir une idée de la fiabilité d’une route et de la qualité du vent pour les six à douze heures à venir. Cela nous sera présenté de manière succincte pour nous permettre de le digérer facilement et de prendre nos propres décisions.

« Ce sera une part très importante de la course », conclut-il.

Une équipe de huit personnes sera à bord d’Oman Air-Musandam pour le convoyage vers Le Havre, qui durera environ 18 heures avec un départ prévu jeudi. Elle comptera parmi ses membres la star de la voile Omanaise Fahad Al Hasni, équipier habitué d’Oman Air-Musandam, arrivé directement de Muscat à Lorient pour aider aux préparations de dernière minute.

« Nous sommes très contents d’avoir Fahad à nos côtés », a déclaré Sidney Gavignet.

« Il prépare les gennakers et il sera du convoyage avec nous, ce sera donc un peu comme la Route des Princes l’été dernier.

« Il n’aura jamais vu quelque chose de semblable à un départ de Transat Jacques Vabre avant cela – des centaines de milliers de spectateurs venus encourager la flotte, ce sera donc une expérience qu’il rapportera avec lui en Oman, et dont il pourra parler à ses amis, à sa famille et à ses jeunes fans. Ca va être une expérience incroyable pour lui. »

Oman Air-Musandam quittera Le Havre avec le reste de la flotte de la TJV le 3 novembre pour participer à un prologue de 40 miles nautiques, avant de reprendre le départ le 8 novembre parmi les derniers départs décalés prévus, afin que les quatre classes arrivent à Itajai en ordre serré.

Source

Daphne Morgan Barnicoat

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : MOD70

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre