Indien express pour le Maxi Banque Populaire V

© BPFD

A 9 heures et 29 minutes (heure de Paris) ce matin, moins d’une semaine après leur passage au large de l’Afrique du Sud et leur entrée dans l’océan Indien, les hommes du Maxi Banque Populaire V ont laissé le Cap Leeuwin dans leur sillage, accrochant par la même occasion un nouveau temps de référence. Après 17 jours 23 heures 57 minutes et 18 secondes de mer depuis leur départ de Ouessant et leur entrée sur le Trophée Jules Verne, voici donc Loïck Peyron et ses équipiers au large de l’Australie, dans le Pacifique, améliorant le chrono de Groupama 3 de 3 jours 14 heures et 24 minutes et signant la meilleure performance de tous les temps…

Il était donc 9 heures et 29 minutes ce matin, quand le trimaran géant aux couleurs de la Banque de la Voile a établi le nouveau temps de référence. Avec plus de trois jours d’avance sur le tableau de marche, les quatorze marins du bord ont salué respectueusement le Cap Leeuwin, ce deuxième point de passage imposé par le parcours du Trophée Jules Verne, après Bonne Espérance et avant le Horn. Conscient de la performance et forcément heureux de voir la partition continuer à se dérouler d’aussi belle manière, Loïck Peyron appréciait ce nouveau fait d’armes à l’occasion d’une visioconférence exceptionnelle en direct du Salon Nautique de Paris : ” Nous sommes forcément très satisfaits de ce nouveau record et puis le temps lui-même est significatif. C’est un peu comme 9,99€… on fait tout en 17 jours 23 heures et pas tout à fait 18 jours ou encore 11 jours 21 heures et 48 minutes pour Bonne Espérance. Les chiffres sont symboliques. Mais pour le moment, les conditions ne sont pas si favorables, la performance de ce bateau, en revanche, est incroyable ! C’est Yvan Ravussin qui était à la barre en passant Leeuwin, c’est donc un record suisse! ”

48 heures difficiles

Mais loin de s’éterniser sur l’évènement du jour, c’est tout naturellement vers l’avenir immédiat que le skipper du Maxi Banque Populaire V a le regard tourné. En la matière, les prochains jours s’annoncent aussi musclés que l’océan dans lequel le trimaran pointe désormais ses étraves et qui n’a de Pacifique que le nom. Vent toujours de secteur Ouest mais gagnant en intensité et mer très formée, le tableau n’a rien pour donner envie. Entre cette tempête qui se dresse devant eux mais leur permet de progresser sur la route ou l’anticyclone, plus “tranquille” mais portant un sévère coup de frein aux performances, le choix du chrono et du gain s’impose : ” Nous en avons fini avec l’Indien et nous avons passé la frontière avec une petite tempête assez sympathique. On y va tranquillement. On va empanner avant la fin de cette journée et aller dans cette tempête et une mer très formée. On va essayer de passer devant. On est obligé parce que sinon on va enchaîner avec pas de vent du tout dans l’anticyclone. On va arrondir un peu. En terme de terrain , ça va devenir un peu cassant. Mais en laissant passer un peu, on devrait avoir la mer dans le bon sens. Pour le moment, ce que nous avons n’est pas de la houle. C’est de la petite mer pas terrible. C’est une fréquence courte qui fait qu’on ne peut pas accélérer vraiment. Nous allons partir plus Sud, avec une mer plus creuse et plus de vent. Les quelques jours à venir ne vont pas être faciles. Nous allons théoriquement descendre assez Sud et passer pas très loin de l’île Macquarie*, au Sud de la Nouvelle-Zélande. Les conditions vont être assez musclées pour les 48 prochaines heures, vraisemblablement ce qu’on aura rencontré de plus fort depuis le départ “.

Au grand large de l’Australie, le volet le plus corsé depuis le départ de Ouessant le 21 novembre dernier est donc en passe de s’ouvrir pour Loïck Peyron et ses acolytes. Dans un froid qui s’insinue partout et des conditions particulièrement fortes, les deux journées à venir s’annoncent sous haute tension…

*Île classée au patrimoine mondial de l’Unesco, située à 1 500 kilomètres dans le Sud Est de la Tasmanie, à mi-chemin entre l’Australie et l’Antarctique.

Le record en chiffres

Record à battre

Pour devenir nouveau détenteur du record, le Maxi Banque Populaire V devra être de retour au plus tard lundi 9 janvier 2012 à 17h 15min et 34s (heure de Paris).
Temps de référence : Groupama 3 (Franck Cammas) – 48 jours 7 heures 44 minutes 52 secondes

Ouessant – Cap Leeuwin

2011 – Banque Populaire V en 17 jours 23 heures 57 minutes et 18 secondes
Le temps de référence entre Ouessant et le Cap Leeuwin était jusqu’alors de 21 jours 14 heures et 43 secondes en 2008 par Groupama qui n’a alors pas terminé son tour du monde.
En 2010, Groupama a mis 21 jours 14 heures 21 minutes et 54 secondes à atteindre le Cap Leeuwin

Avance/Retard à 16h00

2208 milles d’avance par rapport au temps de référence

Source

Mille & une vagues

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Records

Les vidéos associées : Trophée Jules Verne