Un air d’île exotique

© DR / Régates Royales

Chaleur, ciel bleu et légère brise, il n’en fallait pas plus en cette troisième manche des Régates Royales – Trophée Panerai pour accueillir l’île Maurice, partenaire de cette journée des Dragon. De leurs côtés, les classiques ont pu goûter aux joies du petit temps, les Big Boat ayant eu un régime spécial avec un parcours rallongé. Les résultats de cette journée sont attendus avec impatience pour connaître les leaders dans chaque classe. À mi-parcours, les places dans le top 3 deviennent difficiles à atteindre et le moindre faux-pas peut s’avérer fatal. En Dragon, Cloud, le plus régulier, remporte la journée de l’île Maurice.

En cette journée de jeudi qui marque la mi-parcours des Régates Royales de Cannes, les conditions météo se sont nettement adoucies pour l’ensemble des compétiteurs. Exit les 20 nœuds de vent de la veille, le régime de sud-est au programme n’a pas excédé les 10 nœuds. Une légère brise dont le comité de course a pu tirer toute la puissance pour envoyer l’ensemble des classes régater sur un parcours autour de la baie de 13 milles de long. En revanche pour la classe des Big Boat, qui comprend, Altair, Elena, Eleonora, Mariquita, Moonbeam of Fife III, Moonbeam IV, Mariska, Hallowe’en, Cambria, le parcours a été rallongé d’une dizaine de milles. Au classement général de mercredi soir (en attente des résultats de jeudi), Moonbeam of Fife III, mène devant Altair et Moonbeam IV mais il se peut que ce long parcours côtier change l’ordre car ces deux derniers sont à égalité de points, 5 au total. Derrière, l’écart est déjà conséquent et il est fort probable que la victoire se jouera entre ces 3 monocoques.

En époque aurique, Nan of Fife et Oriole, séparés par un point ne doivent rien lâcher et ce changement de condition devrait peut-être redistribuer quelques cartes dans une catégorie où les accessits sont nombreux.

En époque Marconi, German Frers, le célèbre architecte argentin domine avec son voilier Sonny. Dans cette même classe, Nada de Peter Harrison, également propriétaire du Maxi Sojana, pointe en milieu de classement, mais le plaisir à bord de ce 6M est intact. « Les deux premières journées nous avons plus joué au sous-marin qu’autre chose, mais ce monocoque de William Fife de 1929 est plus conçu dans un esprit de parcours banane avec de vrais bords de près et de portant. Le bateau est beaucoup moins à l’aise sur les bords de travers et de reaching. Nous avions aujourd’hui entre 6 et 12 nœuds de vent, beaucoup plus maniable, mais notre jauge est très pénalisante. Le principal est de prendre du plaisir et avec cette équipe, il n’y a aucun problème à bord. L’esprit humain est presque plus important qu’une victoire coûte que coûte. Mon but est d’aider les gens à se faire plaisir » nous confiait Lionel Péan à son arrivée à quai. « Nous avons un turque, un irlandais, un écossais et des français à bord. Nous avons plus l’habitude de régater lors des championnats du monde et de la classe avec ce bateau, mais d’être ici à Cannes est un vrai plaisir. Pour la liaison Cannes Saint-Tropez dimanche prochain nous allons changer d’équipage. Il n’y aura que des filles à bord et nous allons essayer de l’emporter comme l’année dernière » commentait Alexia Barrier.

L’île des Dragon

En quittant les pontons ce matin, l’ensemble des dragonistes avait une seule idée en tête, être le plus régulier et le meilleur pour s’adjuger la victoire. En effet, le vainqueur des deux manches du jour s’est vu offrir un voyage à l’île Maurice offert par Beachcomber, partenaire de cette journée si particulière. Une motivation supplémentaire pour des équipages qui depuis mardi n’ont pas ménagé leur peine dans des conditions musclées. Si les deux manches du jour se sont courues dans un vent n’excédant pas les 12 nœuds, la tension était palpable. Au final avec une place de deuxième et troisième, Cloud de l’italien Giuseppe Duca, avec à son bord les français Jean-Sébastien Ponce et Patrick Aucour, remporte cette journée. Jerboa, malgré une première place dans l’ultime manche échoue à la deuxième place. Les sourires de l’équipage de retour à terre traduisaient le bonheur d’avoir non seulement remporté le voyage mais aussi d’avoir réalisé une belle remontée au classement général. Un classement bouleversé par le retrait de la plus mauvaise des manches et qui permet à Annapurna d’Anatoly Loginov de passer en tête, devant un autre équipage russe, celui d’Integrity de Mikhail Senatorov. Bear de Martin Payne complète ce podium avant jury.

Les conditions météo pour vendredi devraient être encore plus légères qu’aujourd’hui. Le vent sera-t’ il assez fort pour permettre au comité de course de lancer les différents parcours ? Réponse demain vendredi, avant dernière journée des Régates Royales de Cannes.

Source

Soazig Guého

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent