Une mise en jambe de toute beauté

© DR / Régates Royales

Si le vent a tardé à faire son apparition en cette première journée des Régates Royales – Trophée Panerai, au fil des heures Eole a offert de très belles conditions pour l’ensemble des classes qui a pu compléter les premiers parcours, un pour les Classiques et les BOD et deux pour les Dragon. Si certains sont encore en mode découverte et rodage, d’autres équipages sont entrés dans le vif du sujet en imposant leur marque dès les premières manches à l’image de Martin Payne sur Bear dans la classe Dragon.

« Le spectacle était magnifique. C’était un peu chaud aux passages des bouées avec toutes les classes présentes, mais nous avons eu droit à une très belle journée » confiait Florence Arthaud, embarquée cette semaine sur Sonda, un sloop français de 1951. « Nous avons fait notre tactique non pas en fonction du parcours mais en fonction des gros bateaux car quand vous vous retrouvez sous le vent d’Elena qui porte près de 1000 m2 de voiles, il faut bien anticiper. Dès la première marque de parcours au vent je récupère la barre, je la laisse en général au propriétaire pour les phases de départs qui sont assez stressantes du fait du nombre de concurrents. »
Avec un parcours d’une douzaine de milles zigzaguant dans la baie de Cannes, les premiers concurrents ont rapidement avalé la distance, portant fièrement toute la toile à l’image d’Elena, premier en temps réel et suivi quelques minutes plus tard par le 23 mJI Cambria, le Class J Shamrock V et Savannah.

Face à ces cathédrales de voiles, de petites unités, parfois beaucoup plus petites à l’image de Wianno Senior, tentent de faire leur place sur un plan d’eau bien hétéroclite. « Nous avons fait pas mal d’erreurs, mais nous allons nous améliorer. Nous sommes partis avant-dernier, juste avant les grandes unités et avec nos 7,6 m de long, lorsque les grands nous doublent, nous nous sentons tout petit. Il nous a fallu faire preuve de la plus grande prudence, mais le plaisir que nous prenons sur l’eau est fantastique » nous a confié Yula de Sambuy, skipper de Wianno Senior, la réplique du premier voilier de JFK.

Du côté des Broad One Design

Beaucoup plus habitués aux plans d’eau protégés, la baie de Cannes en milieu d’après-midi s’est révélée piégeuse pour les BOD. « Le plan d’eau était très agité aujourd’hui. C’est un bateau qui aime les vagues mais cette fois nous étions à la limite du praticable. Un de nos concurrents a malheureusement démâté sur la fin » avouait Stuart Rix sur Guillemot qui lui aussi a été contraint de déclarer forfait.
Dans ces conditions cette classe de petits monotypes a tout de même réussi à boucler une manche. Moorhen de Mark Duffield remporte la première manche devant Flitter Mouse de Ken Clabburn qui, par la suite a démâté. Daniela, le seul concurrent français dans cette série pointe à la quatrième place.

L’envol des Dragon

Avec deux manches au compteur, courues dans des conditions sportives, les Dragon sont entrés dans le vif du sujet de la plus belle des manières. C’est rincés, trempés mais heureux que les 36 équipages ont regagné leur ponton avec une seule idée en tête, revenir au classement général qui, ce soir est dominé par Bear de Martin Payne, très régulier (3, 2). Dès demain, de nouvelles manches sont au programme et il faudra à certains équipages relever rapidement la tête pour espérer retrouver le haut du classement, notamment pour le champion de l’année dernière qui a chuté sévèrement lors de la première manche avec une 27e place. Heureusement pour Anatloy Loginov sur Annapurna la victoire dans la seconde manche lui permet de limiter la casse. Il pointe ce soir en 8e position à 23 points de Bear.

Demain mercredi, les conditions météorologiques devraient être plus calme avec un vent de sud sud-ouest ne dépassant pas les 10 nœuds. Rendez-vous donc demain midi pour le départ de la deuxième journée des Régates Royales de Cannes.

Source

Soazig Guého

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent