Maëlenn Lemaître et Aloïse Retornaz championnes du monde junior de 470

© FFVoile - Lionel COTTIN

C’est un cadeau en or que Maëlenn Lemaître et Aloïse Retornaz ont offert à la France pour les 50 ans du 470. A 20 et 19 ans, les Bretonnes se sont imposées de la tête et des épaules sur le championnat du monde qui s’est achevé – pour les juniors – aujourd’hui à La Rochelle. « Nous avons longtemps été abonnées à la deuxième, voire à la troisième place mais l’or, on ne l’avait jamais eu. Alors gagner sur un mondial, en France et en plus pour les 50 ans… ouah ! » souffle la barreuse, assurée du titre depuis hier. C’est en effet sur la dernière manche de la journée de vendredi que les bleues ont plié le championnat. Leurs concurrentes ukrainiennes, soumises à la pression ont raté leur départ quand les françaises s’envolaient vers la victoire. Aujourd’hui, c’est tout le gratin de la voile qui est venu saluer leur performance. Le Président de la Fédération Internationale, Carlo Croce était sur place aux côtés de Jean-Pierre Champion, Président de la FFVoile et de Jacques Cathelineau, Directeur Technique National. Claire Fountaine, Présidente de la SRR, le club organisateur et vice-présidente de la FFVoile était également sur l’eau pour honorer un titre qui rentre en résonnance avec celui qu’elle-même a obtenu avec Christine Briand 30 ans plus tôt. Ce titre, le 10ème pour le 470 français, français arrive deux jours seulement avant l’entrée en compétition des seniors.

Sociétaires de l’école de Voile de Locquirec, dans le Finistère, Maëlenn et Eloïse naviguent ensemble depuis presque sept ans. Toutes deux en école d’ingénieur, elles s’entraînent au pôle de Brest et rêvent d’olympisme. Se sélectionner pour les Jeux de Rio, en 2016, leur paraît « jouable » même si Camille Lecointre et Mathilde Géron qui les « tirent vers le haut » sont « un cran au dessus ». Les Jeux de 2020 sont donc dans leur viseur mais avant cela, elles participeront – toujours à La Rochelle – au championnat du monde senior qui commence lundi. Chez les garçons, Pierre Quirogoa et Clément Péquin, premiers français, terminent au pied du podium.

Interview de Maëlenn Lemaître :
« C’est un grand soulagement que ça soit terminé. Sur le papier, nous étions championnes du monde hier mais le championnat n’était pas terminé. On savait que le titre était possible mais l’objectif, c’était plutôt le podium. Nous avons été surprises par nos adversaires. On pensait que les Allemandes et les Anglaises nous dérangeraient plus alors qu’on n’attendait pas du tout les Ukrainiennes qui se sont montrées très rapides et accrocheuses. Hier, la journée était importante mais on ne pensait pas pouvoir plier le match comme ça. Tout s’est joué au mental. Sur la deuxième manche, on a navigué proprement et elles ont fait une grosse erreur en touchant le bateau viseur. Nous avons longtemps été abonnées à la deuxième, voire à la troisième place mais l’or, on ne l’avait jamais eu. Alors gagner sur un mondial, en France et en plus pour les 50 ans… ouah ! La cérémonie de ce soir va être belle et on sera fières d’entendre la Marseillaise. »

Interview de Claire Fountaine (Vice-Présidente de la FFVoile, Présidente de la SRR) :
« Je trouve que c’est bien de lancer le championnat du monde senior avec ce titre. Elles montrent le chemin. Je suis très contente qu’il y ait un titre français pour le cinquantième anniversaire du bateau. En plus, les medal races étaient très belles. Nous étions particulièrement honoré d’accueillir le président de la Fédération Internationale (ISAF) ainsi que le Président de la Fédération Française de Voile et le Directeur Technique National. »

Interview de Jean-Pierre Champion (Président de la Fédération Française de Voile) :
« J’espère que ce titre lance bien le championnat du monde. En plus, les garçons ont manqué le podium de peu de choses. Le succès de ce mondial montre que le 470 est une série olympique en pleine forme. Que le cinquantenaire soit organisé en France est symbolique. On a appelé ce bateau celui du « juste milieu » et c’est ce qui explique son succès sur tous les continents. En plus, le bateau est le même pour les hommes et les femmes ce qui est amusant et intéressant ajourd’hui, alors que l’on parle beaucoup de parité. Cela permet aux garçons et aux filles de naviguer sur les mêmes bateaux et ainsi de faire des économies d’échelles. C’est le seul bateau à permettre ça et c’est une particularité intéressante. »

Interview de Jacques Cathelineau (Directeur Technique National) :
« Les filles ont dominé la semaine. Elles étaient au top et ont plié le jeu dès hier. On a un peu de déception pour les garçons mais Pierre Quiroga et Clément Péquin constituent tout de même un équipage exceptionnel puisqu’ils ne se sont formés qu’il y a quelques semaines. (…) Tous vont maintenant courir le championnat du monde senior. Ce sera intéressant de les voir dans la cour des grands. »

Interview de Didier Bernard (entraîneur) :
« Le résultat est important bien sûr mais en plus, elles y mettent la manière. Il fallait qu’elles tuent le match hier et c’est ce qu’elles ont fait en mettant la pression sur les Ukrainiennes. La dernière manche hier a été catastrophique pour les Ukrainiennes et une pleine réussite pour les Françaises. Aujourd’hui, c’était mon travail de les encadrer mais c’est une réussite collective. Tout le monde a super bien collaboré, qu’il s’agisse des jeunes, des seniors ou des coachs. C’est la marque de fabrique du 470 en France. Il y a un bel esprit. »

Résultats définitifs :
Femme
1. FRA Maelenn Lemaitre et Aloise Retornaz –
2. UKR Anna Kyselova et Annastazyia Krasko
3. ISR Tsuf Zamet et Lia Biran

Homme
1. ESP Jordi Xammar et Joan Herp – 31 pts
2. GER Julian Autenrieth et Matti Cipra – 39 pts
3. ISR Gal Cohen et Dan Froyliche – 48 pts
4. FRA Pierre Quiroga et Clément Péquin – 49 pts

Source

Société des Régates Rochelaises

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 3 août 2013

Matossé sous: 470, Séries Olympiques, Voile Légère

Vues: 1262

Tags:

Sous le vent

Au vent