1ère victoire pour Ian Lipinski et Charlie Pinot

© Gildas Hémon - Kérys

Grosses rigolades et congratulations sur le ponton du Winches Club : les premiers équipages des bateaux de série du Mini Fastnet refont le match et quel match ! Ian Lipinski et Charlie Pinot (Pas de futur sans numérique) sont arrivés en vainqueurs à 15h42, dans leur sillage, les trois suivants se tiennent en sept petites minutes après plus de 4 jours de course !

Il est passé à l’eau ! Pour sa première victoire sur le circuit Mini, le Lorientais Ian Lipinski a été illico baptisé par ses paires dès son arrivée au ponton. Une victoire au pétillant goût de belle surprise pour ces deux compères qui ne se connaissaient pas du tout avant de prendre le départ de ce Mini Fastnet : ils vont la savourer…

Les filles d’abord

Les rebondissements ont été nombreux tout du long de ces 700 milles aller et retour entre Douarnenez et le Fastnet. Toute la remontée vers le phare irlandais fut marquée par la brillante prestation du duo féminin de Team Work (Justine Mettraux/Isabelle Joschke). Les filles, grâce à une belle trajectoire et une très bonne vitesse, avaient réussi à creuser un bel écart (jusqu’à 5 milles).

Au Fastnet, sur un joli coup tactique, Arnaud Chaigne et Jean-Loup Chenard (LMS) ont pris l’avantage.
Ensuite, la grande glissade vers la Bretagne a d’abord été le théâtre d’un duel Team Work vs LMS jusqu’à ce qu’un groupe de 4 à 5 bateaux, poussé par une brise plus favorable, ne fondent sur les leaders.

Les gars ensuite

Course de vitesse, bataille d’empannage, à 12- 15 nœuds, au surf dans la nuit noire puis toute la journée ce vendredi, sur une mer formée, les équipages ont tout donné sur les dernières heures de course : le top 5 s’est joué là.

Ian Lipinski (Pas de futur sans numérique) associé à Charlie Pinot, vainqueurs en bateaux de série :

« on a fait une incroyable bataille d’empannages, à quatre bateaux, sur les dernières heures de course, c’était bien stressant ! Il fallait aller vite. J’avais tendance à aller regarder tout le temps sur l’AIS (système de positionnement des bateaux, ndlr) pour voir où étaient les copains, mais heureusement, Charlie me disait ”on arrête de regarder, on fait de la vitesse !”
On a fait un joli coup à Land’ End (pointe de la Cornouailles) : on a fait du rase-caillou pour se protéger du courant, on a dû remonter 15 bateaux en 1 heure !
C’est ma première victoire ! J’avais fait une mauvaise performance sur le Trophée Marie-Agnès Péron, j’étais démoralisé… là, ça fait du bien ! C’était vraiment une belle bagarre. En plus, il y a une semaine, on ne se connaissait même pas avec Charlie ! »

Arnaud Chaigne et Jean-Loup Chenard (LMS), deuxièmes en bateaux de série :

« On était à fond tout le temps. On s’est relayé comme deux solitaires, on a rien lâché. On a eu de la réussite dans la pétole, on a réussi à creuser : on était dessus tout le temps ! On a fait un joli coup tactique au Fastnet, on passe en tête ! Ensuite, on était à bloc, mais comme on n’a pas l’habitude d’être devant, on s’est un peu mis dans le rouge. On a eu un petit coup de fatigue ce matin. En plus, on ne pensait pas être devant… comme on ne voyait plus les filles (Justine Mettraux et Isabelle Joschke, ndlr), on les croyait loin devant, et nous derrière, pas l’inverse. C’est une belle expérience. »

Renaud Mary (runo.fr) associé à Kan Chuh, troisièmes en bateaux de série :

« Mon bateau va vite, et je commence à vraiment bien le connaître. On a bien envoyé sur la descente. Mais à l’arrivée, on ne savait pas du tout où on en était au classement ! Dans la pétole on a toujours eu un peu d’air pour avancer, mais l’approche du Fastnet a été super longue, c’était dur. Mais on a rien lâché, sauf la nuit dernière, il y avait une mer hachée, 25 nœuds et aucune visibilité, on a un peu levé le pied. En gros, on a fait simple : sur la route et au plus vite ! »

Justine Mettraux et Isabelle Joschke (Team Work) grandes animatrices de ce Mini Fastnet 2013 jusqu’à ce matin :

« C’était une super belle course, jusqu’à ce final assez injuste. Nous n’avions pas le même vent que ceux de derrière : ils ont pu faire une route directe, pas nous. Nous n’avons rien pu faire. Mais nous avons appris plein de choses. La stratégie était super intéressante sur la montée, nous avons une bonne vitesse aussi. Ça reste positif ! »

En fin d’après-midi ce vendredi, une moitié de la flotte est encore en mer. Le gros devrait arriver en milieu de nuit, le dernier est attendu demain matin.

Premières arrivées en bateaux de série (avant jury)

  1. Lipinski/Pinot (Pas de futur sans numérique) arrivé à 15h 42′
  2. Chaigne/Chenard (LMS) à 15′ du premier
  3. Mary/Chuh (runo.fr) à 19′ du premier
  4. Koster/Beaudart (GO4IT) à 21′ du premier
  5. Bouyssou/Mariette (No War) à 50′ du premier
  6. Cloarec/Mahé (Lomig) à 58′ du premier
  7. Ribocon/Bona (Onlimesim.it) à 1h18 du premier
  8. Mettraux/Joschke (Team Work) 1h35 du premier

Source

Catherine Ecarlat

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent