Tout le monde a sa chance

© Christophe Breschi / www.ricochets17.com

La course à la qualification pour la Mini-Transat, avec plus d’une centaine de concurrents inscrits pour 84 places au final, n’a rien d’une sinécure. Dans ces conditions, ce sont les concurrents qui ont bouclé les premiers l’ensemble de leurs obligations qui sont inscrits définitivement. Mais pour les concurrents vivant hors d’Europe, ainsi que pour ceux qui finalisent la construction d’un nouveau prototype, des dérogations sont ouvertes.

Dérogation au Calendrier de Qualification (DCQ) : pour certains des concurrents de la Mini-Transat, ces trois mots associés sonnent comme un sésame et leur ouvre la porte à une éventuelle qualification au départ de Douarnenez. Le principe en est simple : pour les concurrents étrangers qui ne peuvent pas participer un an à l’avance aux courses du calendrier Mini, du fait de leur éloignement géographique, six places sont réservées pour leur permettre de se qualifier lors des dernières courses 2013 du calendrier mini. De même, car c’est le rôle de la Classe Mini de favoriser l’émergence de nouveaux projets en prototype, trois places sont bloquées pour des concurrents qui finiraient la construction de leur voilier au cours de l’année 2013. Une manière d’accorder une chance supplémentaire à ces concurrents qui n’ont pas pu bénéficier des mêmes conditions de qualification que la majorité des candidats à l’aventure.

Stan Maslard ; deux courses pour se qualifier

C’est ce week-end du 1er juin, que le Groupe Sefico de Stan Maslard a enfin touché l’eau aux Sables d’Olonne. Pour le skipper du proto immatriculé n°850, la course contre la montre est lancée. Pour se qualifier, Stan devra justifier de plus de 1000 milles en course, dont une partie sur une épreuve en solitaire. Il lui reste donc le Trophée Marie-Agnès Péron, le Mini-Fastnet, voire éventuellement la Transgascogne au mois d’août pour remplir ses obligations. En revanche, Stan ayant déjà participé à la Mini-Transat, il est dispensé du parcours de qualification de 1000 milles. Mais c’est à une véritable course contre la montre qui ne lui laisse pas beaucoup de droit à l’erreur, que devra se livrer le navigateur sablais.

Candidats étrangers, trois places à prendre

A chaque édition, la classe attribue six places pour des candidats dont l’éloignement géographique ne permet pas de suivre les procédures de qualification dans les temps impartis. Ainsi, pour cette édition 2013, trois candidats « éloignés » ont d’ores et déjà validé leur qualification le Sud-Africain Craig Horsfield et la Canadienne Diane Reid en bateaux de série ainsi que l’Australien Richard Hewson en prototype. Il reste donc trois places à prendre pour quatre candidats : Arnaud Etchandy, Français vivant en Australie et l’Australienne Katrina Ham ont déjà le nombre de milles suffisants en course. Ne leur manque que le parcours de qualification obligatoire de 1000 milles que tous deux sont en train de réaliser. Ils devraient donc, sauf incident, intégrer la liste des inscrits définitifs d’ici peu. François Lamy, venu de Guadeloupe, a déjà couru la Mini-Transat en 1989. Il est donc dispensé du parcours de qualification. En revanche, il doit encore être classé au Mini-Fastnet ainsi qu’au Trophée Marie-Agnès Péron pour valider son inscription définitive. Reste le cas de Jeffrey Mac Farlane. Venu des Etats-Unis pour participer à la Mini-Transat, le navigateur a joué de malchance puisque pris dans du mauvais temps lors de son parcours de qualification, il a dû être évacué par hélicoptère et a perdu son bateau aux îles Baléares. La qualification concernant le couple homme – bateau, Jeffrey doit recommencer tout son parcours, sans beaucoup d’espoir d’être retenu au titre des candidats étrangers. Reste que courant en prototype, il peut toujours espérer être sur la liste d’attente des protos, moins prisés que les séries. Quoi qu’il en soit, l’adage se vérifie : être au départ de la Mini-Transat est déjà une première victoire.

Le parcours 2013 : retour aux origines

  • Première étape Douarnenez – Arrecife (île de Lanzarote) : 1200 milles.
  • Deuxième étape Arrecife – Pointe à Pitre : 2800 milles.

Les dates à retenir

  • Prologue le 6 octobre 2013.
  • Départ de Douarnenez le 13 octobre 2013 à 13h. Arrivée aux Canaries entre le 23 et le 26 octobre 2013.
  • Départ des Canaries le 9 ou 10 novembre 2013. Arrivée en Guadeloupe entre le 23 et le 30 novembre 2013.

Douarnenez Courses : organisateur de la Mini Transat 2013 et 2015

Toutes les associations de Douarnenez se sont mobilisées avec le soutien des collectivités locales et territoriales sous l’égide de Douarnenez Courses : les clubs nautiques, Douarnenez Voiles et la Société des Régates de Douarnenez, le Winches club qui organise depuis de nombreuses années les courses de mini avec le Mini Fastnet et le Trophée Marie-Agnès Peron en porteurs de flambeau, mais aussi l’association des Fêtes Maritimes, l’Atlantic Yacht Club, la Fédération Maritime, et d’autres encore qui se préparent à faire des quinze jours précédant le départ, une fête de la mer et des marins. Les concurrents seront accueillis au sein du Port-Rhu, véritable écrin au cœur de la ville.

Source

Catherine Ecarlat

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 7 juin 2013

Matossé sous: Course au Large, Mini 6.50, Mini Transat

Vues: 1270

Tags: , , , ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Mini Transat