J-1 pour le mondial ISAF

© Jean-Marie Liot / DPPI

Le championnat du monde ISAF va débuter samedi à Perth, sur la côte ouest australienne. Traditionnellement organisé l’année précédant les Jeux Olympiques, le mondial a la particularité de réunir les dix séries olympiques pour deux semaines de compétition, à la différence des mondiaux de classe qui sont éparpillés sur plusieurs sites. Ce dispositif exceptionnel est à la mesure des enjeux puisqu’il s’agit de la première occasion de sélectionner la nation aux Jeux Olympiques (voir notre communiqué du 9/11). A titre individuel, les concurrents veulent tous réaliser la meilleure performance – il s’agit tout de même d’un mondial – mais ils ont en tête que Perth est la dernière épreuve de sélection pour les Jeux. En effet, Philippe Gouard, sélectionneur de l’équipe annoncera ses choix début janvier, soit très rapidement après la fin des régates. La voile sera donc un des premiers sports à annoncer ses sélectionnés.

Ce sont les équipages de Match Racing qui vont débuter la compétition. Anne-Claire Le Berre et son équipage seront même les premières à ouvrir le bal alors que leurs compatriotes emmenées par Claire Leroy attendront la journée de dimanche. Les épreuves de match racing s’étaleront sur la totalité du championnat avec une finale programmée pour le 16 décembre. Les féminines en planche à voile et en Laser ainsi que les hommes en Finn et en 470 rentreront dans la danse dès lundi prochain et disputeront leurs medal race dimanche 11 novembre.

Les Français dans le jury :

Au-delà de la délégation de l’équipe de France, plusieurs Français participent à l’organisation de l’événement. Ainsi, Bernard Bonneau est membre du jury alors que Christophe Gaumont est le Président du Comité de Course des 470. Nathalie Peberel est pour sa part adjointe du comité de course des 49er alors que Jean-Luc Michon est à la jauge des Laser.

Alerte aux requins sur le plan d’eau de Fremantle

Dans les semaines précédant le début du mondial, des requins blancs ont été repérés sur le plan d’eau et même dans certains ronds de course, une information qui a vite circulé sur les comptes Facebook des participants. L’organisateur a pris cette menace au sérieux et fait signer une décharge aux concurrents qui promettent de ne pas engager de poursuites en cas d’attaques « de prédateurs marins ». « C’est la première fois que l’on signe ce type de documents » explique la véliplanchiste Eugénie Ricard qui préfère en sourire même si elle avoue que « certains en rigolent plus que d’autres ». Dans le ciel, des hélicoptères surveillent la présence de ces grands blancs et les bateaux accompagnateurs auraient même la possibilité de porter assistance à un concurrent tombé à l’eau sans que celui-ci ne soit disqualifié pour autant.

Claire Leroy (Match Racing Féminin)

Nous sommes très contentes de ce récent titre de championnes de France. C’est l’année des triplés puisque c’est notre troisième titre de championnes de France, notre troisième victoire sur la Nation’s Cup et pourquoi pas un troisième titre mondial ! Il faudra déjà passer les qualifications et ensuite aller chercher le podium. Ce sera dur d’entrer en quart directement car le format est un peu particulier (seuls les deux premiers équipages de chaque groupe passent directement en quarts de finales, ndlr). Ça va distribuer énormément et il y aura des égalités, il faudra donc gagner les bons matchs et garder de la fraîcheur car si l’on ne passe pas en quart du premier coup, on aura 30 matchs à disputer en phases qualificatives !

Anne-Claire Le Berre (Match Racing Féminin)

Nous avons atterri à Perth il y a une semaine. Ces premiers jours ont plutôt été light en navigation, on a préféré mettre le paquet sur le repos et la récupération physique après un voyage quand même éprouvant. On continue encore à ressentir de légères perturbations de sommeil mais ça devrait rentrer dans l’ordre d’ici 2 ou 3 jours. Durant les 2 derniers jours, nous avons participé à une mini-régate “amicale” à huit bateaux organisée au fond de la rivière (notre site de régate étant inaccessible jusqu’au premier jour du Mondial). Une bonne mise en jambe avant ce mondial.

L’ambiance entre tous les équipages reste sympa mais on sent une petite tension monter à l’approche de ce gros objectif. Les paires à l’entraînement se mélangent moins, chacun est à fond dans sa préparation. Les équipages sont plus agressifs sur l’eau et les équipages outsiders ont mis le paquet avant de venir ici et nous ont montré sur cette régate un très bon niveau de jeu. Bref, la bataille va être enragée, du beau spectacle en prévision surtout que la zone de course va très bien s’y prêter.

Charline Picon (RS :X)

Bien arrivée à Fremantle, la fatigue du décalage horaire met du temps à se dissiper, et les grosses chaleurs à notre arrivée ne nous on pas facilitées la tâche. La période pré-compétitive est importante à bien gérer pour récupérer au mieux, car les navigations faites nous ont montré que le physique allait être primordial, les jours de vent fort sont très durs, avec clapot, ressac, houle. En plus les algues peuvent agrémenter le tout. Cette semaine je finis de choisir voile et aileron, et je récupère. L’enjeu du mondial est la fin des sélections, mais surtout d’évaluer le travail physique effectué depuis le test event et voir si j’arrive à décrocher des manches dans les 5 dans le vent fort.

Pauline Perrin (RS :X)

Je suis arrivée une semaine avant l’équipe pour me familiariser le plus rapidement possible avec le décalage horaire et pour être fraiche lors des premières sorties sur l’eau avec le coach et les filles. Objectifs de préparation : 1- être en forme physique car plan d’eau très technique (beaucoup de clapots accompagnés de vents forts) / 2- finaliser mon choix de matériel (tests ailerons / voiles) / 3- me confronter lors de petites manches organisé par les coachs (étudier le plan d’eau).

Sur ce mondial, je veux confirmer mon résultat européen.

Thomas Le Breton (Finn)

On est là depuis une bonne semaine. Tout le monde s’attend à du vent et pour l’instant, il y en a, plutôt fort tous les jours. La difficulté est de se mettre dans le rythme, sans trop naviguer non plus pour rester frais. Le championnat sera long, mais finalement moins que d’habitude, puisque format ISAF oblige, il y aura un jour de repos au milieu.

Interview de Jonathan Lobert (Finn)

La préparation de la régate se passe bien, je commence à avoir bien récupéré du décalage horaire. Sur l’eau les sensations dans le bateau sont bonnes, je suis à l’aise dans le bateau et je commence à avoir hâte d’en découdre avec les autres concurrents. Nos mois de préparation en France portent leurs fruits. A terre l’ambiance est plutôt bonne mais c’est sûr que pour certain la pression des sélections aux JO est perceptible. De mon côté je me focalise sur la régate, je ne me pose pas de question inutiles et je vais essayer de naviguer proprement, me faire plaisir et ne rien lâcher jusqu’au bout du championnat !

Eugénie Ricard (RS :X)

Ça fait une bonne semaine qu’on est sur place mais le temps est passé super vite ! Entre le décalage, l’acclimatation et les premières navigations assez musclées!

L’objectif sera d’affronter les conditions (ça va être sport si le Docteur est présent!) en évitant les algues et les requins ! Plus sérieusement ça reste un mondial et le niveau va être très élevé, j’ai hâte que ça commence !

Vincent Garos (470)

Les préparatifs du mondial se passent bien. Nous avons navigué dans 2 semaines de Doctor Fremantle qui nous ont permis d’adapter nos réglages à ce plan d’eau très typé médium/brise. Beaucoup d’équipage ont pris quelques kilos dans cette perspective, mais il se pourrait que des orages, prévus avant la régate, perturbent le vent pour les 2 premiers jours de course. Dans tous les cas, on essayera de s’adapter au mieux pour remplir l’objectif de sélectionner le 470 aux prochains JO, ensuite si l’on peut terminer cette longue saison par une bonne note, cela serait un plus !

Rappel du programme :

Samedi 3 décembre :
– Match Racing Féminin (Q)

Dimanche 4 décembre :
– Match Racing Féminin (Q)

Lundi 5 décembre :
– Match Racing Féminin (Q)
– RS :X Féminin (Q)
– Laser Radial (Q)
– 470 Masculin (Q)
– Finn (Q)

Mardi 6 décembre :
– Match Racing Féminin (Q)
– RS :X Féminin (Q)
– Laser Radial (Q)
– 470 Masculin (Q)
– Finn (Q)

Mercredi 7 décembre :
– Match Racing Féminin (Q)
– RS :X Féminin (Q)
– Laser Radial (Q)
– 470 Masculin (Q)
– Finn (Q)

Jeudi 8 décembre :

– Match Racing Féminin (Q)
– RS :X Féminin (F)
– Laser Radial (F)
– 470 Masculin (jour de réserve)
– Finn (jour de réserve)

Vendredi 9 décembre :

– Match Racing Féminin (Q)
– 470 Masculin (F)
– Finn (F)
– RS :X Féminin (jour de réserve)
– Laser Radial (jour de réserve)

Samedi 10 décembre :
– Match Racing Féminin (Q)
– Laser Radial (F)
– Finn (F)
– 470 Masculin (F)
– RS :X Femmes (F)

Dimanche 11 décembre :
– Match Racing Féminin (Q)
– Laser Radial (MR)
– 470 Masculin (MR)
– RS :X Féminin (MR)
– Finn (MR)
– Star (Q)

Lundi 12 décembre :

– Match Racing Féminin (Q)
– 49er (Q)
– Laser (Q)
– RS :X Masculin (Q)
– 470 Féminin
– Star

Mardi 13 décembre :

– Match Racing Féminin (Q)
– 49er (Q)
– Laser (Q)
– RS :X Masculin (Q)
– 470 Féminin
– Star

Mercredi 14 décembre :

– Match Racing Féminin (Q)
– 49er (Q)
– Laser (Q)
– RS :X Masculin (Q)
– 470 Féminin
– Star

Jeudi 15 décembre :

– Match Racing Féminin (Q)
– RS :X Masculin (F)
– Laser (F)
– 49er (jour de réserve)
– 470 Féminin (jour de réserve)
– Star (jour de réserve)

Vendredi 16 décembre :

– Match Racing Féminin (petite finale et finale)
– 49er (F)
– 470 Féminin
– Star
-RS :X Masculin (jour de réserve)
– Laser (jour de réserve)

Samedi 17 décembre :
– Laser (F)
– RS :X Masculin (F)
– Laser (Q)
– 49er (F)
– Star (Medal Race)
– 470 Féminin

Dimanche 18 décembre :
– 470 Féminin (MR)
– 49er (MR)
– RS :X Masculin (MR)
– Laser (MR)

Liste des Français sélectionnés pour le mondial ISAF* :

RSX Hommes (PAV) :
Julien Bontemps (ASPTT Nantes)
Louis Benoit Hug (YC Pointe Rouge)
Pierre Le Coq (CMV St Brieuc)
Benjamin Tillier (SR Calédonienne)

RSX Femmes (PAV) :
Charline Picon (Palmyr atlantic voile – SNCF)
Eugénie Ricard (YC Mauguio Carnon)
Pauline Perrin (CV Mayenne)

Laser Radial (Femmes) :
Sophie de Turckheim (YC Antibes – Equipe de France Militaire)
Sarah Steyaert (CV Chatelaillon)

Laser Standard (Hommes) :
Jean-Baptiste Bernaz (CN Ste Maxime)

Finn :
Thomas Le Breton (SR Brest – Equipe de France Militaire)
Jonathan Lobert (SNO Nantes – Equipe de France Militaire)

470 Femmes :
Camille Lecointre et Mathilde Géron (SR Brest – Equipe de France militaire / CN Plérin – Equipe de France militaire)
Ingrid Petitjean et Nadège Douroux (SN Marseille / SN Marseille)
Emmanuelle Rol et Hélène Defrance (ASPTT Marseille / ASPTT Marseille)

470 Hommes :
Sofian Bouvet et Vincent Guillarm (YC Antibes / USAM Voile)
Nicolas Charbonnier et Jérémie Mion (YC Antibes – Equipe de France Douane /SNO Nantes)
Pierre Leboucher et Vincent Garos (ASPTT Nantes / SNO Nantes)

49er :
Emmanuel Dyen et Stéphane Christidis (CNV Aix les Bains – Equipe de France Douane / EV Cagnes sur Mer – Equipe de France Militaire)
Julien D’Ortoli et Noé Delpech (YCPR / YCPR)
Mathieu Frei et Yann Rocherieux (SR Calédonienne / CN de Sciez)

Elliott (match racing) :
Anne-Claire Le Berre, Alice Ponsar et Myrtille Ponge (SR Brest – Equipe de France Militaire / CVB Erquy – Equipe de France Militaire / SNO Nantes – Equipe de France Militaire)
Claire Leroy, Marie Riou et Elodie Bertrand (SN Saint Quay Portrieux/ USAM Voile /CV Arcachon)
Remplaçante pour les 2 équipages : Claire Pruvot (SR Courseulles)

Star :
Guillaume Florent et Pascal Rambeau (Graveline GVLS / ASPTT La Rochelle)
Xavier Rohart et Pierre-Alexis Ponsot (YC La Pelle / SNO Nantes)

Source

Effets Mer

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent