Et de 16 !

© Alexis Courcoux

Il y a des fidélités qui font sens dans le milieu de la course au large. Celle qui unit Gildas Morvan avec son sponsor Cercle Vert est de celles-là. Pour la seizième saison consécutive sous les mêmes couleurs – un record – le skipper de Landéda affiche des ambitions forcément élevées et La Solitaire du Figaro pour grand objectif. Les trois plus grandes courses sont à son programme 2013 : la Transat Bretagne-Martinique, La Solitaire du Figaro et la Generali Solo.

L’an passé à la même époque, Gildas Morvan disait qu’il aimerait remporter la Transat AG2R en compagnie de Charlie Dalin… et il a tenu parole ! Dans le milieu, tout le monde se souvient de l’extraordinaire maîtrise des deux marins… Alors quel voeu pour cette nouvelle saison ? Gildas sourit : “et bien disons que comme j’ai déjà gagné une transat en solo, une transat en double et la Generali, il n’y a donc qu’une seule course en Figaro qui manque à mon palmarès et c’est La Solitaire… alors on va dire que l’objectif principal est là !”

Mais quand on fait partie depuis si longtemps des gros bras de la classe Figaro, on sait bien qu’il faut faire feu de tout bois. On ne comptera donc pas sur lui pour laisser passer une belle occasion sur la Transat Bretagne-Martinique qui s’élance dans un mois de Brest. Trois semaines de course en solitaire sont au menu “avec encore une fois un plateau très relevé : des skippers comme Yann Eliès, Thierry Chabagny, Erwan Tabarly, Anthony Marchand, Adrien Hardy et bien d’autres… ” prévient le skipper de Cercle Vert. Objectif ? La gagne, bien sûr, là aussi ! “Disons que si je devais choisir entre deux scénarios des transats en solitaire que j’ai déjà courues, je préfèrerais évidemment celui de 2009 où je gagne quatre minutes devant Erwan Tabarly, à celui de 2011 où je casse mon étai ! J’avais du m’arrêter pour tenter une réparation de fortune et j’avais traversé l’Atlantique avec la hantise que le mât me tombe sur la tête… ce qui n’était pas très confortable.”

Nouvelles voiles et nouveau préparateur

A un mois du grand départ de Brest donc, Gildas Morvan accélère côté préparation avec l’aide son nouvel assistant, Romain Bouchet. Un habitué du circuit lui-aussi. Il gère tout l’aspect technique et logistique du bateau, Gildas se concentrant quasi exclusivement sur la recherche de la performance. Au Pôle France Course au large de Port La Forêt, “on enchaine les stages en ce moment : beaucoup de navigations, mais aussi de la préparation physique et de la théorie”. Les nouvelles voiles 2013 sont en cours de tests. Comme toujours à cette époque de l’année, la garde robe de Cercle Vert a été renouvelée. Il y a du North, du Quantum et du Delta Voiles parmi les fournisseurs de ces voiles avec qui Gildas tentera de glaner les plus hautes marches des podiums.

A quoi s’attendre sur cette Transat Bretagne-Martinique ? “A cette saison, statistiquement on a des chances d’avoir des conditions météo qui peuvent s’avérer musclées. La première semaine notamment pourrait s’avérer virile” estime Gildas. “Mais ce ne sont que des statistiques, il y a parfois du vent très fort plus tard aussi ! En tout état de cause, il faudra s’adapter”.

S’adapter et enchainer vite car dès le bateau rentré des Antilles, il faudra songer à La Solitaire du Figaro qui se dispute maintenant très tôt, dès le mois de juin. “Le parcours est sympa” commente Gildas, “le départ de Bordeaux risque d’être assez spectaculaire et complexe… ensuite nous irons à Porto, une ville-étape inédite, puis à Gijon que nous connaissons tous bien. Enfin, les deux dernières étapes, à destination de Roscoff puis de Dieppe s’annoncent copieuses, avec tous les pièges de la Bretagne et de la Manche.” L’an passé, Gildas Morvan avait signée une bonne Solitaire, avec notamment une victoire dans la deuxième étape, “mais du retard dans la première manche m’avait cout&eacute ; le podium”. Il manquait un tout petit quelque chose, ce petit rien que Gildas compte bien aller chercher pour accrocher la grande classique à son palmarès. A l’automne enfin, Gildas mènera Cercle Vert en Méditerranée, à la recherche de nouveaux lauriers sur la Generali Solo. Mais nous n’en sommes pas là : pour l’heure, il y a 3500 milles d’immensité atlantique à combler entre Brest et Fort-de-France. Départ le dimanche 17 mars.

Source

Mer & Média

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Bretagne Martinique

Les vidéos associées : Generali Solo

Les vidéos associées : La Solitaire du Figaro