Le coup de l’élastic

© Armel le Cléac'h / Banque Populaire

Après avoir bien œuvré il y a deux mois, l’élastique du Pot au noir revient pour une nouvelle saison. Premier à s’y frotter, François Gabart qui concède logiquement du terrain par rapport à ses trois poursuivants. En 24h, Armel Le Cleac’h et Jean Pierre Dick viennent de reprendre une centaine de milles. En milieu de peloton, la nuit a été difficile pour l’ensemble des solitaires, la palme de la lenteur revenant à Javier Sanso qui affiche une progression de 138 milles en 24h. Pour les deux nouveaux cap-horniers, la navigation est plus simple et le bon flux d’ouest sud-ouest permet à Bertrand de Broc de reprendre 124 milles sur Arnaud Boissières. La saison 2 de l’élastique promet de beaux épisodes et le premier nous plonge déjà dans l’ambiance. Dernières minutes, Armel Le Cleac’h vient de franchir l’équateur et navigue désormais dans l’Atlantique nord.

Le 20 novembre 2012, François Gabart faisait son entrée dans le Pot au noir en deuxième position, juste devant Jean Pierre Dick et derrière Armel Le Cleac’h alors leader du Vendée Globe 2012. Presque deux mois plus tard, le skipper de Macif se retrouve à 50 milles près au même endroit de passage et en tête, suivi de …. Armel Le Cleac’h et Jean Pierre Dick. Toujours le même trio mais dans un autre ordre. Plus rapide que Macif, Banque Populaire démontre que l’homme et la machine sont dans le coup et que rien n’est joué. En 24h, Armel Le Celac’h reprend 104 milles sur Gabart mais il lui faudra aussi traverser cette Zone de Convergence Intertropicale (ZCI).Une zone qui semble pour le moment relativement clémente pour Macif, peu ralenti et qui affiche une progression très honnête, 10,7 nœuds depuis le dernier classement.

Mais la palme de la meilleure progression revient en cette matinée de mercredi à Jean Pierre Dick qui reprend 109 milles au leader. Virbac Paprec 3 est désormais à 586 milles de Macif et 443 milles de Banque Populaire. De son côté, Alex Thomson reprend 6 milles sur le leader. Hugo Boss, toujours très près des côtes (170 milles), navigue dans un flux d’est d’une quinzaine de nœuds qui lui permet de faire une route directe vers l’équateur. Il devrait garder cet angle et cette pression un bon moment. À des échéances différentes, ces solitaires vont eux aussi devoir franchir la ZCIT et connaître un ralentissement plus ou moins fort alors que le leader aura récupéré les alizés, direction le nord. Il faudra attendre l’épisode 2 de l’élastique pour avoir un premier élément de comparaison. Alors qui sortira grand vainqueur du Pot au noir ? Réponse dans un ou deux jours.

Dernière minute

C’est à 4h 47min et 51s TU que Banque Populaire a coupé la ligne de démarcation entre l’hémisphère sud et l’hémisphère nord. Au passage de l’équateur, son temps de course est de 66j 16h 45min et 51s soit un retard sur Macif de 15h et 6min.

Pagaille vélique pour le club des 5

Il n’y a pas que le Pot au noir qui perturbe la progression des solitaires. Dans le nouveau club des 5, les marins se tirent les cheveux ou la barbe surtout pour Javier Sanso qui a bien eu du mal à trouver la sortie de la zone de hautes pressions. Avec 5,8 nœuds de vitesse moyenne en 24h, soit 138 milles parcourus, Acciona 100% EcoPowered est le plus lent de la flotte. Mais depuis la fin de nuit, le vent s’est renforcé pour les cinq qui peuvent enfin accélérer. Le positionnement plus à l’ouest de Jean Le Cam, toujours 5e sur SynerCiel, lui permet de faire un décalage en longitude sur Mike Golding. Les deux hommes sont ce matin à 86 milles l’un de l’autre et 352 milles en latéral. En 24h, Gamesa a perdu une place au classement général et 89 milles sur SynerCiel. Arnaud Boisisères et Dominique Wavre ont eux aussi connu une nuit difficile, mais le vent revient pour leur plus grande satisfaction.

Voie royale pour De Broc et De Lamotte

Après s’être acquittés du mythique passage du cap Horn, Bertrand De Broc et Tanguy De Lamotte peuvent pleinement se concentrer sur la remontée de l’Atlantique. Pas de casse-tête météorologique et de porte à négocier, la voie est royale pour les deux hommes, d’autant plus qu’ils sont accompagnés dans cette remontée par un vent d’ouest sud-ouest d’une vingtaine de nœuds se renforçant à 25 nœuds. Un flux généreux en force mais aussi en période car il devrait les porter un bon moment. Une belle récompense pour les deux marins qui vont pouvoir allonger la foulée et combler leur retard. Au classement de 4h VNADM avec EDM Projets a déjà récupéré 127 milles sur Akéna Vérandas, Initiatives Cœur gagnant, quant à lui, 77 milles. Les prochaines journées devraient être calquées sur ce rythme.

Chiffres et faits

  • Macif, 11,2 nœuds de moyenne en 24h, Banque Populaire, 15,5 nœuds et Virbac Paprec 3, 16,2 nœuds.
  • Javier Sanso sur Acciona, 5,8 nœuds de moyenne et 138 milles en 24h, la progression la plus lente.
  • Jean Pierre Dick à la latitude de Recife
  • Alessandro di Benedetto à 560 milles du cap Horn
  • Boissières, Wavre et Sanso quasiment sur la même latitude, celle de Buenos Aires
  • 2 hommes en Atlantique Nord, 9 dans l’Atlantique Sud et encore 1 homme dans le Pacifique.

Classement au 16/01 – 04h00

  1. François Gabart
    [ MACIF ]
    à 3307,5 milles de l’arrivée
  2. Armel Le Cléac’h
    [ Banque Populaire ]
    à 143,7 milles du leader
  3. Jean Pierre Dick
    [ Virbac-Paprec 3 ]
    à 586,8 milles du leader
  4. Alex Thomson
    [Hugo Boss]
    à 872 milles du leader
  5. Jean Le Cam
    [ SynerCiel ]
    à 1996 milles du leader

Source

Liliane Fretté Communication

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Les vidéos associées : 2012-13

Les vidéos associées : IMOCA

Les vidéos associées : Vendée Globe