Déjà une semaine de glisse

© Christophe Launay / Sealaunay.com

Il y a une semaine, Loïck Peyron et ses hommes coupaient la ligne de départ du Trophée Jules Verne au large de Ouessant, profitant de l’ouverture d’une fenêtre pleine de promesses. 4 640 milles plus tard dans l’Atlantique, le Maxi Banque Populaire V n’a pour le moment rien manqué de ce rendez-vous, s’offrant un premier temps de référence à l’Equateur* et filant à belle allure vers le Sud avec perspective d’un nouveau chrono intermédiaire à Bonne Espérance. Au large des côtes brésiliennes, le trimaran géant de la Banque de la Voile poursuit sa route en toute fluidité

Une semaine de mer tout juste et déjà l’équipage du plus grand multicoque de course se trouve dans l’hémisphère Sud, au large du Brésil. Suivant un enchaînement idéal, le Team Banque Populaire continue sa descente dans le Sud selon un rythme au cœur duquel hautes performances et retenue nécessaire semblent faire un excellent ménage. Engagés dans le contournement de l’anticyclone de Sainte-Hélène depuis hier, les marins en font le tour comme ils le feraient de leur propre paroisse, accompagnés par un vent dont la rotation progressive leur est très favorable. A bord, tout coule de source, pour le plus grand plaisir de Loïck Peyron: ” Nous avons un bel alizé au large des côtes brésiliennes. Nous sommes passés en fin de nuit au large de Salvador de Bahia et nous nous disions qu’en être à cette latitude en sept jours, c’était pas mal ! Nous allons encore longer la côte brésilienne pendant 24 heures, avec une route un peu bizarre pour contourner l’anticyclone de Sainte-Hélène par son côté Ouest. Au fur et à mesure qu’on descend dans le Sud, le vent s’oriente favorablement pour le bateau. On a un vent presque au Nord Est, ce qui donne de vraies allures rapides. On est toujours entre 28 et 30 nœuds, 32… ça dépend, c’est à la faveur des grains. Il y en a pas mal depuis ce matin donc on slalome un peu entre les nuages pour ne pas se faire piéger, par trop de vent juste en avant de ces nuages, ou pas assez derrière. On s’apprête à manœuvrer. On est toujours sous grand voile un ris et solent. On va passer au premier gennaker dans quelques heures, puis au grand gennaker dans une journée et au tout petit gennaker dans deux jours parce qu’on attaquera déjà le grand Sud. La question de l’équipage c’est de savoir quand est-ce que ça va se rafraîchir. D’ici deux jours à peine, on sera dans du frais !”

Noël avant l’heure !

Vue de la terre, l’information donne presque le vertige mais la trajectoire et les performances du bateau le confirment, il est bien question d’une entrée dans le Grand Sud dans un avenir proche. D’ici à la fin de la semaine, le Maxi Banque Populaire V devrait saluer le Cap de Bonne Espérance, observant une route relativement Sud pour en finir avec le contournement de Sainte-Hélène, mais bénéficiant d’un vent plus régulier que le régime rencontré par Franck Cammas et ses hommes en 2010. Autre motif de satisfaction, une carte manifestement vierge de toute glace et une mer qui ne devrait pas malmener la monture comme elle a coutume de le faire dans cette zone du globe. C’est finalement presque Noël avant l’heure pour Peyron et ses équipiers : ” Pour l’instant les prévisions au Sud, pour le deuxième partiel de ce record, ne sont pas mauvaises. On a surtout la confirmation par l’organisme canadien avec lequel on travaille qu’il n’y a a priori pas de glaces. C’est l’un des avantages de partir relativement tôt en saison. Pour le moment il n’y en a nulle part, ni en Atlantique Sud, ni même dans l’Indien, à la différence d’il y a deux ans. Mais c’est un peu dommage, on aimerait bien voir un iceberg ou deux. Un tour du monde sans glace c’est comme du beurre sans épinards ! Ca manque un peu… La bonne nouvelle également, c’est que l’état de la mer dans le Sud est relativement régulier. Il n’y a pas eu jusqu’à présent de chapelet de dépressions les unes derrière les autres qui auraient transformé toute la mer en mixeur. Au contraire, c’est assez bien étalé en une longue houle d’Ouest sur laquelle on va s’amuser à surfer “.

Repos et alpinisme pour demain

Finalement si ce n’était le manque de confort propre à n’importe quel multicoque de course, le tableau serait idyllique. Mais interrogé sur le sujet, le skipper de cette belle équipe ne cachait pas que la toute petite accalmie annoncée une fois passé l’axe de la dorsale anticyclonique, était de nature à faire les affaires des marins qui pourraient enfin bénéficier d’un peu de répit… enfin presque tous : ” Ca bouge beaucoup, en permanence, et même si les barreurs sont très doux avec la monture, on ressent le moindre soubresaut et ne n’est pas facile de se reposer. Mais nous allons passer de l’autre côté de l’axe de la dorsale, ce qui sera moins bon pour la performance du bateau mais qui du coup va nous permettre de nous reposer. C’est dommage pour la moyenne, mais on va en profiter pour faire un check du gréement. On va envoyer Florent Chastel en tête de mât, une fois par l’intérieure et une fois par l’extérieure, ce qui n’a pas encore été fait depuis le départ “.

*Sous réserve de validation par le WSSRC

Le record en chiffres

Record à battre

Pour devenir nouveau détenteur du record, le Maxi Banque Populaire V devra être de retour au plus tard lundi 9 janvier 2012 à 17h 15min et 34s (heure de Paris).

Temps de référence

Groupama 3 (Franck Cammas) : 48 jours 7 heures 44 minutes 52 secondes

Avance/Retard à 16h00

1013,1 milles d’avance par rapport au temps de référence

Source

Mille & une vagues

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Records

Les vidéos associées : Trophée Jules Verne