On dirait le Sud

© BPCE

A peine une semaine de course et déjà les bonnes nouvelles tombent pour le Maxi Banque Populaire V. Ainsi, en coupant l’Equateur à 00 heures 26 minutes et 52 secondes (heure de Paris) la nuit dernière, après 5 jours 14 heures 55 minutes et 10 secondes de mer, Loïck Peyron et ses hommes sont-ils devenus les plus rapides de tous les temps sur ce segment du parcours du Trophée Jules Verne*. Un chrono de bon augure pour une suite qui s’annonce toute aussi fluide à l’approche de Sainte-Hélène.

Six jours de course depuis leur départ de Ouessant et déjà un record* dans l’escarcelle des marins de la Banque de la Voile. S’armant de précautions ces dernières heures quand il s’agissait d’évaluer la performance à l’Equateur, l’équipage du trimaran géant vient donc de faire tomber les quelques barrières qui pouvaient exister, ramenant à 5 jours 14 heures 55 minutes et 10 secondes le temps de référence absolu* sur ce partiel et améliorant ainsi le meilleur chrono détenu par Groupama 3 depuis 2009. Si Loïck Peyron et ses hommes n’ont, depuis leur entrée en jeu, cessé de rappeler le caractère presque “anecdotique” de ce temps intermédiaire, l’ambiance du bord au moment du franchissement de ligne laissait apparaître une sincère satisfaction. Contacté à l’occasion de la vacation quotidienne avec le PC Course, Jean-Baptiste Le Vaillant revenait sur la cérémonie traditionnelle entourant l’évènement : ” Nous avons eu le droit à une petite sauterie organisée par Xavier Revil. C’était surtout pour le “Oui-Oui” de Ronan Lucas, une petite peluche que lui a donné son fils avant de partir et qui n’était pas intronisée. C’était finalement le seul bizuth du bord ! On s’est un peu énervé pour essayer de battre le record et les conditions comme les routages nous y ont bien aidé. Même les nuages ne nous ont pas trop arrêté “. Pas de bizutage donc pour les marins, pour une première petite victoire qui aura quand même laissé Marcel van Triest et la cellule météo dans l’expectative pendant quelques temps, comme l’évoquait le routeur à terre : ” C’était un peu serré pour battre le record absolu. On le bat d’ailleurs de très peu. Ca avait l’air très faisable au moment des Canaries et du Cap Vert, mais on a eu un Pot au Noir très actif et très long. Du coup, si battre le temps de Groupama 3 en 2010 était plus ou moins acquis, ça n’était pas le cas pour le meilleur temps “. Amélioré d’une demie heure, le nouveau temps de référence entre Ouessant et l’Equateur devient donc la propriété du Maxi Banque Populaire V*.

Autoroute de Sainte-Hélène ?

Mais si la nouvelle est venue apporter un motif de réjouissance à l’équipage, la suite s’annonce également de nature à rendre le sort des marins enviable. Ainsi le fameux anticyclone de Sainte-Hélène semble-t-il se présenter sous les meilleurs auspices. Progressant actuellement à 220 milles des côtes brésiliennes dans un vent de Sud/Est, le Maxi Banque Populaire V navigue dans des conditions qui sont relativement inconfortables pour les hommes – la mer venant par l’avant du bateau – mais qui permettent à la machine d’afficher une vitesse toujours aussi satisfaisante. Dans quelques heures, le tableau changera, pour le plus grand plaisir de tous, expliquait ce midi Jean-Baptiste Le Vaillant : ” Ca commence à adonner tranquillement. On va faire le tour de l’anticyclone petit à petit. Ca va devenir plus confortable et ce sera plus facile de dormir. Nous ne sommes pas encore vent arrière et du coup nous avons une mer un peu de face qui fait que ça gigote un peu dans tous les sens. Mais on sait tous que ça ne va pas durer, que d’ici demain ce sera mieux. Alors on prend notre mal en patience. Ce sont les alizés brésiliens ! “. Et Marcel van Triest de compléter : ” A cette époque, c’est à dire relativement tôt, l’anticyclone de Sainte-Hélène est assez Sud, bien fort et bien gros, mais nous avons une bonne circulation autour. On ne peut pas couper le fromage mais on va avoir de bonnes conditions pour en faire le tour. Le vent va adonner petit à petit et devenir Est, Nord/Est à l’approche de l’anticyclone. Nous n’avons pas d’inquiétudes particulières “.

L’Equateur dans le sillage, Loïck Peyron et ses équipiers ont donc a priori une voie royale qui s’ouvre devant leurs étraves pour la descente de l’Atlantique. Faire le tour de l’anticyclone de Sainte-Hélène devrait presque prendre les allures d’une simple formalité. Qua nt au passage à Bonne Espérance, le routeur du Team Banque Populaire se voulait particulièrement clair et optimiste : ” Je nous vois passer le Cap de Bonne Espérance sous les treize jours avec certitude, peut-être sous les douze jours et demi…”

*Sous réserve de validation par le WSSRC

Le record en chiffres

Record à battre

Pour devenir nouveau détenteur du record, le Maxi Banque Populaire V devra être de retour au plus tard lundi 9 janvier 2012 à 17h 15min et 34s (heure de Paris).

Temps de référence

Groupama 3 (Franck Cammas) : 48 jours 7 heures 44 minutes 52 secondes

Avance/Retard à 16h00

120.6 milles d’avance par rapport au temps de référence

Source

Mille & une vagues

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Records

Les vidéos associées : Trophée Jules Verne