La pression monte pour Mike Golding

© Mark Lloyd / DPPI

Mike Golding entre en phase finale de préparation tandis que le compte à rebours pour le départ de son 4ème Vendée Globe a désormais commencé; le départ de l’édition 2012 sera donné ce samedi à 13h02.

Champion du monde à trois reprises, Golding, qui prendra le départ de son 6ème tour du monde ce samedi, a sans aucun doute acquis une expérience presque inégalée du parcours mais il admet que la tension commence désormais à monter tandis que le départ approche.

Vous avez déjà pris trois départs du Vendée Globe, est ce différent cette fois?

« C’est un environnement familier. À l’approche du départ, la pression se fait un peu plus ressentir. Même si j’ai l’air décontracté, ne vous y trompez pas ! Mais je pense que je suis bien préparé, je connais bien le bateau. »

Comment te sens tu à seulement deux jours du départ?

« Je me sens bien. Je suis en bonne forme et j’ai maintenant hâte d’y aller. Nous avons une meilleure idée de la météo pour le départ, ça ne devrait pas être trop brutal pour une fois. C’est un début de course relativement facile qui devrait s’offrir à nous et si nous avons de la chance, nous devrions passer le Cap Finisterre assez facilement et descendre vers les alizés sans problème.

Quelles sont les priorités dans les premiers jours?

« Pour ce qui est de la compétition, il est absolument primordial d’aller chercher le front qui se développe actuellement au Cap Finisterre. Toute la flotte devrait être regroupée donc le premier bateau qui touchera ce front aura instantanément une très grosse avance sur les autres. Donc, en fait dès le départ, on peut déjà voir quelques petits coups à jouer. »

Quelle est l’importance d’être dans le peloton de tête dès le début?

« Généralement, je n’engage pas mes courses sur les chapeaux de roue. Je suis un peu comme un diesel, mais ce n’est pas quelque chose que j’accepte bien. Je sais que c’est une faiblesse et je vais donc tout faire pour ne pas reproduire cela cette fois ci. Ceci dit, si cela ne se passe pas comme prévu, je ne vais pas m’énerver pour autant, je sais que mes meilleurs atouts arrivent plus tard dans la course. »

C’est une course de contraste, vous serez au soleil dans environ une semaine?

« Bien sûr que j’ai hâte de retrouvez le soleil, les alizés et les dauphins. C’est une partie du parcours que j’aime beaucoup. Et ensuite, c’est la descente vers le sud et là, on attend qu’une chose, c’est d’en sortir. Le Grand Sud peut être parfois clément mais ça ne dure jamais longtemps, la couche nuageuse redescend à hauteur de mat et on y retourne. »

Et comment se passe le départ?

« Chaque départ de course est toujours un moment d’anxiété, pas uniquement pour moi mais pour tout le monde. Tous les skippers prennent des risques et il peut y avoir des incidents. Au départ du dernier Vendée Globe, il y a eu une collision entre 3 bateaux. Personne ne fait de quartier mais personne ne veut non plus avoir un incident sur un départ.»

Les premières 24-36 heures sont les plus stressantes de la course?

« C’est difficile de rentrer dans la routine dans les premières 24 heures. On ne peut pas rester éveiller ou alors on le paiera plus tard. Il y a des périodes pour dormir et pour cela il faut s’assurer d’avoir les radars et les alarmes en fonctionnement.

Mike et Gamesa quitteront les pontons des Sables d’Olonne à 09h46 samedi matin.

 

Source

Mike Golding Yacht Racing

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 9 novembre 2012

Matossé sous: 2012-13, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe

Vues: 1612

Tags: , , ,

Sous le vent

Les vidéos associées : 2012-13

Les vidéos associées : IMOCA

Les vidéos associées : Vendée Globe