Team Lauria impérial

© Rolex / Carlo Borlenghi

Pour cette 8e édition de la Parlermo-Montecarlo, régate hauturière de 500 milles nautiques, organisée par le Circolo della Vela Sicilia, en collaboration avec le Yacht Club de Monaco, entre Palermo et Monaco, le choix tactique dès le départ aura une nouvelle fois été déterminant pour les 21 participants et le “chrono”, le principal adversaire d’Esimit Europa 2.

Bien que deux fois plus petit que le prestigieux maxi de 100 pieds (33 mètres) Esimit Europa 2 aux multiples records, Team Lauria réalise une véritable performance, en terminant moins d’un quart d’heure en temps réel après Esimit Europa 2. L’équipage emmené par Marco Bruni s’impose ainsi en temps compensé (IRC).

Il faut dire que les deux options étaient radicalement opposées.

Team Lauria a choisi traditionnellement le passage des Bouches et l’Ouest de la Corse, contrairement à Esimit Europa 2, qui désirant battre son récord établi en 2010, a été cherché des vents plus favorables en début de parcours le long des côtes de la botte italienne (Piombino, Civitavecchia…). Cette option fut malheureusemet désastreuse, car le maxi a retrouvé des vents faibles et contraires entre Elbe et Monaco. L’équipage de Team Lauria, plus dégagé de la côte Corse, a de son côté profité d’un vent de travers toujours soutenu.

Une édition qui aura été placée sous le signe de l’innovation, avec la participation de bateaux prototypes, à l’instar de Kuka Light de Franco Niggeler, un 40 pieds révolutionnaire, emmené par Mitch Booth, ou encore de Foiled, premier monocoque Infinity à foil, avec un plan de sustentation latéral et horizontal, visant à alléger le bateau et limiter le tangage. Pour sa première sortie officielle, Gordon Kay, en charge de la diffusion de cette nouvelle série, était plus que satisfait de sa 3e place en ORC. De très bonne augure pour le développement des projets futurs.
Autre nouveauté : l’ouverture de la Palermo-Montecarlo aux équipages en double. Et c’est l’équipage mixte monégasque Blandine Medecin et Jean Rodelato, déjà vainqueurs de la transquadra 2012, qui s’imposent dans leur catégorie. Pourtant, dès les Bouches de Bonifaccio, pensant être hors temps, ils ont fait preuve de persévérance tout au long du trajet. Leur Sunfast 3200, Williwaw, plus petit bateau de la flotte, décroche toutefois la 4e place en IRC.

En ORC, c’est le bateau transocéanique Class 40 WB Five du Circolo della Vela Sicilia qui s’impose au général. Le club italien présidé par Agostino Randazzo, à l’initiative de la Palermo-Montecarlo, réalise ainsi un doublé en remportant les deux catégories majeures. Les deux armateurs vainqueurs en temps compensés (IRC et ORC) se sont vus remettre un chronographe Hublot, la prestigieuse maison horlogère suisse assurant le chronométrage officiel de l’épreuve, lors de la remise des Prix organisée au Y.C.M.
Pas de répit pour ces coureurs professionnels…, Esimit Europa 2, emmené par Jochen Schuman, avec Juan Vila en navigateur, qui a pulvérisé le record de la Giraglia cette année, s’apprète à tenter le Wally Record, entre Monaco et Porto Cervo dès ce week-end. Rappelons que ce record avait été établi par le Wally Nariida le 6 octobre 2003, en 15 heures 25 minutes et 9 secondes, sur une distance de 185 milles nautiques (soit une moyenne de 12 nœuds).

Source

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 24 août 2012

Matossé sous: IRC - ORC, Palermo-Montecarlo, Régates

Vues: 1148

Sous le vent

Au vent