Châteaux en Espagne, montagnes et souris

© Gildas Hémon - Kérys

Aussi simple que deux et deux font quatre. Pour gagner une course, faut-il être devant au bon moment et savoir ensuite conserver sa position. Nicolas Boidevezi (Fondation Terrevent.org), auteur d’une deuxième étape magistrale, n’a jusque là, rien pu faire pour contrer le retour d’Aymeric Chappellier (La Tortue de l’Aquarium la Rochelle). En série Aymeric Belloir (Tout le Monde Chante contre le Cancer) s’accroche à Simon Koster (Go 4 It). Et leurs poursuivants se reprennent à espérer.

C’est comme si le vent décidait de jouer au jeu du furet : il est passé par ici, il repassera par là. La voie royale qui semblait s’ouvrir pour les hommes du nord n’est plus aussi évidente aujourd’hui, surtout à l’avant de la course. Pas d’inquiétude majeure pour les quatre leaders, mais le triomphe va peut-être se transformer en une victoire à l’arrachée, une de celles qu’on va chercher avec les dents. Mais au fond, qu’importe, puisque ce que l’on retient dans cette affaire, c’est bien le nom des vainqueurs… Il reste que les quatre hommes de tête voient leurs poursuivants plus au sud repartir légèrement quand, pour eux, la situation se complique. La dorsale anticyclonique qui se dresse sur la route de la flotte et semblait devoir bloquer les hommes du sud, semble prendre ses aises dans le nord. Sera-ce suffisant pour redistribuer la donne ? A moins de deux cents milles de l’arrivée, ce serait une surprise énorme. Mais là où Nicolas Boidevezi pouvait espérer faire un très gros coup, il devra peut-être se contenter d’une victoire sur la deuxième étape…

Avec des si…
La montagne risque donc d’accoucher d’une souris en tête de course, même si cette étape laisse a priori deux grands perdants : en prototype Giancarlo Pedote (Prysmian) risque fort de se voir éjecter du podium avec plus de cent milles de retard sur la tête de course, alors qu’en série Justine Mettraux (TeamWorks) victime visiblement d’un souci technique a petit à petit perdu pied en restant sur une route assez sud. C’est d’ailleurs cette analyse qui fait que certains solitaires, plutôt mal placés en début de course se prennent encore à rêver. Yann Le Pautrenat (Prépa Nautic – Chirurgie Cardiaque) et Emmanuel Renaud (Koati) joints ce matin par Pen Ar Clos, un des bateaux accompagnateurs, témoignaient de cette foi du charbonnier qui fait avancer vite. Ils n’espèrent pas de podium, mais se disent qu’ils ont moyens de grappiller encore quelques places et, pourquoi pas, de venir entrer dans le top 10. De toutes les façons, les heures en mer passent autrement plus vite quand on est porté par un vent d’optimisme que quand on subit les rafales du défaitisme.

Classement au 21 août à 16h (TU+2)
Prototypes :
1 Fondation terrevent.org – Nicolas Boidevezi, à 190,2 milles de l’arrivée
2 La Tortue de l’Aquarium La Rochelle – Aymeric Chappellier à 11,8 milles
3 Follow Me – Milan Kolacek, à 43,8 milles
4 benoitmarie.com – Benoit Marie, à 60,9 milles
5 Chasseur de Primes – Etienne Bertrand, à 67,5 milles

Série :
1 Go 4 It – Simon Koster à 196,8 milles
2 Tout le Monde Chante contre le Cancer – Aymeric Belloir à 9,3 milles
3 Pro Services Plus – Jean-Baptiste Lemaire à 26,9 milles
4 Elect-Râ – Jonas Gerckens, à 27,7 milles
5 Stered Lostek – Damien Audrain, à 28,6 milles

Source

Isabelle Delaune

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 21 août 2012

Matossé sous: 2012, Course au Large, Mini 6.50

Vues: 1218

Tags: ,

Sous le vent

Au vent