Cap vers l’Angleterre

© Alexis Courcoux

Deuxième journée de course dans cette Le Havre Allmer Cup 2012 et déjà un morceau de bravoure ; les 28 navigateurs Solitaires s’attaquent à la Manche, à l’occasion d’un aller et retour vers le Solent et le tour de l’île de Wight. Une double traversée et un parcours de 240 milles compliqué à souhait, face aux petits airs du départ, dans le rail des cargos de nuit et le passage dans le mythique Solent, ce bras de mer entre Angleterre et île de Wight qui a vu naître le yachting à la fin du 19ème siècle. Dotée d’un coefficient 3, cette Grande Course est à l’évidence marquée d’une pierre blanche par chacun des 28 engagés et c’est à une lutte de tous les instants qu’il faut s’attendre tout au long des 30 et quelques heures de course au contact estimées. Les spécialistes de la Solitaire du Figaro vont retrouver un exercice qui leur est familier, de veille permanente et d’anticipation aux réglages et à l’envoi de la bonne toile du temps. La météo s’est faite clémente, avec un départ en douceur et quelques calmes à redouter dans le Solent, avant un long bord « de sangliers », au portant et dans un vent fraîchissant qui pourrait pousser les premiers concurrents sur la ligne d’arrivée du Havre dès lundi à partir de 19 heures.

Un départ « scabreux »

Bien calé au sud depuis la matinée, le vent s’est pris de caprices à l’approche du coup de canon libérateur. Un premier départ a ainsi été annulé à quelques minutes de la fin de la procédure, sa Divinité Eole ayant choisi de pivoter de près de 100°. La Direction de course parvenait très proprement à lancer peu avant 15 heures la longue course de ce début de la Le Havre Allmer Cup. Alors que Yoann Richomme (DBLC) était pris par la patrouille au-dessus de la ligne avant le signal de départ, c’est Nicolas Lunven (Generali) qui se montrait le mieux inspiré en s’élançant en tête au bateau comité. Une initiative qui s’avérait peu payante moins de 15 minutes plus tard puisque c’est Ronan Treussart (BH Project) qui était pointé en tête à la bouée de dégagement. Nicolas n’apparaissait qu’en 16ème position d’une flotte très compacte et colorée par l’envoi des spis au passage de la marque. La progression vers Houlgate va ainsi s’effectuer dans la délicate négociation des imprévisibles bascules du vent. Les Solitaires sont d’emblée à la bagarre, à la recherche de la bonne carburation sur le petit clapot Havrais. Changements de voiles, quête du meilleur placement vont solliciter muscles mais aussi méninges avant une traversée de la Manche que l’on espère plus stable. Les classements vont très probablement évoluer toute la journée au rythme des bords plus ou moins gagnants tirés par les Figaro Bénéteau.

La Grande Course vue par… Francis Le Goff, Directeur de course

« L’idée est d’organiser une grande course au cœur de cette Le Havre Allmer Cup, de plus d’une journée, soit 240 milles, car nous nous inscrivons dans le cadre du championnat de France de course au large. Il était important sur une semaine d’avoir une grande épreuve. En l’occurrence, nous les envoyons aujourd’hui vers l’île de Wight, le Solent anglais. Ils vont entrer dans le Solent par l’est, en sortir par les Needles* pour revenir en ligne directe sur Le Havre. Nous leur proposons ainsi deux traversées (l’aller et le retour) de la Manche. Il faudra négocier de très forts courants dans le Solent, avec du vent de face qui va ouvrir le jeu. C’est notre volonté d’offrir une vraie régate de large, mais qui ne soit pas monotone et à la queue leu-leu. La Météo nous aide bien en la matière, avec pas mal d’options à jouer.
Le temps est calme, avec un vent moyen sur la première partie de course de l’ordre de 10-8 nœuds, le long des côtes de Basse-Normandie avec peu de mer pour faciliter la vitesse. Le vent est au sud, soit pile dans le nez des bateaux qui vont aller virer une bouée au près devant Houlgate. Une traversée de la Manche au portant à l’aller, sous spi vraisemblablement, avant d’entrer dans le Solent où le vent sera plus faible et de face. Le retour se fera dans un régime d’ouest plus soutenu pour une belle vitesse et une arrivée entre 19 heures lundi soir, au mieux, et 23 heures au pire.
La navigation dans le Solent va s’apparenter à une étape du Figaro, avec une navigation au raz des cailloux. Cette régate sera plus courte qu’une étape de Figaro, mais nous proposons toute la semaine une alternance de course courte, côtière et au large.
Dès mardi 13 heures, nous serons en mesure de relancer une manche. Les solitaires ne vont probablement pas dormir du tout cette nuit. La Le Havre Allmer Cup s’annonce comme une épreuve exigeante.
* The Needles sont une suite caractéristique de trois stacks de craie qui s’élèvent à la pointe occidentale de l’île de Wight, au Royaume-Uni. Un phare se dresse sur l’une d’entre elles depuis 1859. Le nom de la formation provient d’un quatrième stack en forme d’aiguille qui s’est effondré lors d’une tempête en 1764. Malgré cela, le nom Needles est resté.

Ils ont dit :

Paul Meilhat, Skipper Macif 2011

« Le parcours m’inspire. On va découvrir le Solent. Ce sera une première pour nombre de concurrents, dont moi-même. C’est excitant car c’est un endroit légendaire, mythique, où il y aura une belle bagarre, au près contre le courant. Il risque d’y avoir énormément de bateaux, des bancs de sables…On risque d’arriver groupé car le vent est stable. Ca s’annonce bien et j’espère être devant. Il faudra savoir se gérer, trouver de petits moments pour dormir et aborder le Solent très lucide, car le bord retour sera sportif. J’entre dans le top 10 de La Solitaire. Je veux rester à ce niveau. »

Fabien Delahaye, Skipper Macif 2012

« C’est le genre de course que l’on fait dans la Solitaire ; Un peu plus court mais avec une nuit en mer. On l’aborde comme cela, en sachant que l’on va très peu dormir. Il va y avoir des options tactiques à faire, ne pas se tromper dans les choix de voile, de la navigation de nuit… tous les ingrédients d’une bonne course. On va passer pas très loin de chez moi (Ouistreham ndlr), mais ce n’est pas pour autant que je connais mieux. C’est la deuxième épreuve du championnat. J’ai bien débuté et je souhaite poursuivre sur cette lancée. Pas trop le droit à l’erreur car toutes les manches comptent. Il faut être régulier, aux avant postes, et éviter les mauvaises manches. Ce format me plait, car il faut être polyvalent, technique, bon au large. C’est intéressant. Il y a du monde sur la ligne de départ lors des parcours bananes. Il faut s’extraire vite et ne pas rater son départ. J’ai repéré un peu le Solent et ses bancs de sable en y navigant à deux reprises cette année… »

Nicolas Lunven, Generali

« Une étape un peu plus courte qu’en Figaro Ce ne sera pas plus facile. On a du vent pour partir mais ça peut mollir dans l’après midi. Méfiance, car on va naviguer dans les courants, en France et en Angleterre, bancs de sable, effets de sites… ce sera compliqué mais intéressant. J’ai testé hier mon « capital chance ». Je prends un départ, disons le assez mauvais, et j’ai décidé non pas de suivre la flotte sous la Hève, mais de partir à l’opposé et je m’en suis bien sorti. Je fais 6ème, ce qui est satisfaisant compte tenu de mon départ. J’étais mieux sur le deuxième départ de la manche qui a été finalement annulée. Cette semaine sera intense. Il faudra bien gérer la récupération. J’aime bien le plan d’eau du Havre, très vivant avec des choses à faire.

Thomas Normand, La Financière de l’Echiquier

“J’apprécie particulièrement le format de la Le Havre Allmer Cup ; des régates à la journée, très intenses. Je cherche à me faire plaisir. Ce sera la première fois que je tourne l’île de Wight. On va naviguer en des eaux mythiques, où est véritablement né le yachting et la régate. On va passer de jour et je vais en profiter… Ce sera aussi un sprint, avec une nuit en mer et peu de sommeil. Cela va se jouer sur des petites choses. Je débute cette Le Havre Allmer Cup au contact des bizuts, ce qui reste mon objectif… »

Le saviez-vous ?

Solent késako ?

Le Solent est le bras de mer qui sépare l’île de Wight de l’Angleterre. Il est long d’une cinquantaine de kilomètres, pour une largeur oscillant entre 1,2 et 8 km. C’est une voie maritime très fréquentée, qui donne accès aux ports de Southampton et Portsmouth.

La Nab Tower

Marque de parcours à laisser à tribord dans la Le Havre Allmer Cup, la Tour Nab (Nab Tower) est un ancien phare construit à l’entrée du Solent. Il s’agissait à l’origine d’une tour de défense contre les sous-marins et construites durant la Première Guerre Mondiale.

Classement général provisoire : après 1 course

  1. Adrien Hardy (Agir Recouvrement)
  2. Gildas Morvan (Cercle Vert)
  3. Fred Duthil (Sepalumic)
  4. Erwan Tabarly (Nacarat)
  5. Ronan Treussart (BH Project)
  6. Nicolas Lunven (Generali)
  7. Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012)
  8. Charlie Dalin (Keopsys)
  9. Francisco Lobato (Roff)
  10. Thomas Ruyant (Destination Dunkerque)

Source

Denis van den Brink

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Le Havre AllMer Cup