Jonathan Lobert médaillé de bronze en FINN

© Jean-Marie Liot / DPPI / FFVoile

C’est à 14 heures locales que Jonathan Lobert s’est élancé pour l’ultime manche des ses Jeux Olympiques. Le Nantais en remportant cette medal race (manche finale comptant double) grimpe sur la troisième marche du podium et s’empare du Bronze ! A 26 ans, Jonathan s’impose sur ce support solitaire particulièrement exigeant aux côtés de deux grands champions : Ben Ainslie, maître de la discipline qui accroche aujourd’hui une 5ème médaille à son palmarès et le danois Hogh-Christensen. Jonathan ouvre la voix des médailles pour la voile française qui compte encore 8 séries en compétition.

Podium des JO 2012 en FINN :

1– Ben Ainslie(GBR) / OR
2 – Jonas Hogh-Christensen (DEN) / ARGENT
3 – Jonathan Lobert (SNO Nantes – Equipe de France Militaire) / BRONZE

Jonathan Lobert (SNO Nantes / Equipe de France Militaire) – 26 ans

Nantais d’adoption, “John” s’est converti au Finn il y a 5 ans et c’est en 2010 qu’il est passé à la vitesse supérieure, en s’entraînant avec Ed Wright l’un des meilleurs finnistes mondiaux. Avec Thomas Le Breton, concurrent pour la sélection et néanmoins partenaire d’entraînement, ils grimpent quatre à quatre les marches de la hiérarchie mondiale et Jonathan termine deuxième de la Coupe du Monde, une performance sur laquelle personne n’aurait parié seulement quelques mois plus tôt. Depuis, cet athlète bâti comme un rugbyman enchaîne les bons résultats, il a notamment terminé sixième du mondial 2011.

Extrait palmarès :

  • 7ème de la Skandia Sail For Gold Regatta
  • 6ème des championnats du monde ISAF 2011
  • 2ème de la Skandia Sail for Gold Regatta 2011 et 2010
  • 4ème de la semaine de Kiel 2011
  • Vainqueur de la Perth International Regatta, Australie 2010
  • 2ème de la Sailing World Cup 2010

Partenaire d’entraînement : Thomas Le Breton (SR Brest / Equipe de France Militaire) – 30 ans

LE SUPPORT

Le Finn est à classer parmi les supports « à matériel ». C’est-à-dire que sa pratique est régie par une jauge stricte mais autorisant une recherche technologique constante. Ce « laboratoire flottant » fait appel aux toutes dernières innovations qui confèrent au doyen des dériveurs (support olympique depuis 1952) une ligne toujours jeune. Exigeant sur le plan physique, le Finn a contribué à l’édification de légendes telles que Paul Elvström, quatre fois champion olympique, Russel Coutts, trois fois vainqueur de l’America’s Cup ou encore Ben Ainslie, de nouveau médaillé d’or à Pékin après Athènes et Sydney (en Laser)!

Source

Effets Mer

Liens

Informations diverses

Sous le vent