Statu quo

© Christophe Breschi / www.ricochets17.com

Il est des jours comme çà… A la veille du week-end, les neurones des concurrents ont droit à une pause RTT. Le positionnement de la dorsale ne donne actuellement pas vraiment d’autre choix que de continuer sur une route au sud-ouest. Les concurrents se concentrent sur la vitesse, en profitent pour recharger leurs accus personnels, voire faire un brin de toilette. Après avoir été arrosés par les vagues pendant plus de cinq jours, certains rêvent sûrement d’une douche d’eau de mer.

Le cap Finisterre est maintenant franchement dans les tableaux arrière de la flotte. C’est, psychologiquement, un moment important. Cela signifie qu’on en a terminé avec le golfe de Gascogne et les milles à parcourir en paraissent moins terribles. Même si, au bout du compte, les concurrents ont à peine dépassé la moitié de course, c’est maintenant les Açores qui se profilent dans les étraves, faire demi-tour prend de moins en moins de sens. Pour Aron Meder (Felicity 2) le passage de la pointe de l’Espagne n’a pas été chanceux puisque le navigateur doit faire route vers un port espagnol. La nature de ses ennuis n’est pas encore déterminée, mais un bateau accompagnateur s’efforce de prendre contact avec lui.

Tous derrière et lui devant

Giancarlo Pedote (Prysmian) peut changer de dauphin, il ne lâche rien. C’est maintenant Nicolas Boidevezi (Fondation terrevent.org) qui le suit, mais le skipper italien maintient toujours une distance respectable sur le reste de la flotte des prototypes. Aymeric Chappellier qui avait tenté une incursion par le nord-ouest est finalement revenu sur la même route que ses concurrents… Savoir attendre les opportunités et ronger son frein sans perdre ses nerfs, font aussi partie de la panoplie des régatiers.

La dame de fer

Aymeric Belloir (Tout le Monde Chante contre le Cancer) a beau faire, il n’arrive toujours pas à décramponner Justine Mettraux (Team Work). La jeune navigatrice suisse disait avant le départ que le solitaire ne lui faisait pas peur, qu’elle se sentait à l’aise seule en mer… Si elle avouait ne pas avoir l’expérience de la solitude dans la durée, elle ajoutait aussitôt que ce type de schéma ne l’inquiétait pas outre mesure. Force est de constater que la demoiselle ne cède pas un pouce de terrain au leader. Dame de fer aujourd’hui, elle peur encore devenir rien à l’arrivée à Horta.

Classement au 2 août à 16h (TU+2)

Prototypes :

  1. Prysmian – Giancarlo Pedote, à 608,1 milles de l’arrivée
  2. Fondation terrevent.org – Nicolas Boidevezi, à 21,1 milles
  3. Follow Me – Milan Kolacek, à 22,6 milles
  4. La Tortue de l’Aquarium La Rochelle – Aymeric Chappellier à 33,4 milles
  5. benoitmarie.com – Benoît Marie, à 58,7 milles

Série :

  1. Tout le Monde Chante contre le Cancer – Aymeric Belloir à 697,9 milles de l’arrivée
  2. Team Work – Justine Mettraux, à 0,3 milles
  3. Go 4 It – Simon Koster, à 2,6 milles
  4. Althing – Ian Lipinski, à 5,6 milles
  5. Groupe Accueil Négoce – Clément Bouyssou à 9,1 milles

Source

Isabelle Delaune

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 3 août 2012

Matossé sous: 2012, Course au Large, Les Sables - Les Açores, Mini 6.50

Vues: 904

Tags: ,

Sous le vent

Au vent