A l’attaque de Wolf Rock !

© Alexis Courcoux

Toujours aux avants postes de cette troisième étape de La Solitaire du Figaro – Eric Bompard Cachemire 2012, Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012) navigue désormais bord à bord avec Morgan Lagravière (Vendée). Les deux marins devraient enrouler Wolf Rock en début de matinée et mettre un terme à cette première partie de Manche. Derrière, les écarts sont faibles et un léger décalage est-ouest s’est produit dans la nuit. Après une traversée assez molle, les skippers évoluent dans un flux d’ouest nord-ouest d’une vingtaine de noeuds. Humidité, près et barre sont au menu depuis 3 heures du matin et les solitaires commencent à accuser le coup.

Joint par téléphone à 5h00, ce matin, Gilles Chiorri, Directeur de course de La Solitaire plantait le décor :

« Après une traversée plutôt calme dans un vent très instable en force et en direction, nous avons désormais 20 nœuds de vent d’ouest à nord-ouest et les conditions sont très humides. Les marins sont concentrés sur la route et les premiers devraient arriver à Wolf Rock dans deux heures environ avec le levé du soleil, tout du moins du jour.»

Mais avant le passage de ce phare réputé, situé entre les îles Scilly et l’Angleterre, les 36 solitaires encore en course ont dû s’extirper du passage du Four, couper à travers le rail montant et descendant de la Manche (l’un des endroits les plus fréquentés de la planète en terme de trafic maritime) tout en essayant de trouver le temps de se reposer et de s’alimenter. Malgré toutes ces difficultés, c’est une flotte assez groupée qui va attaquer les côtes anglaises. Toujours sous l’impulsion de Fabien Delahaye, quelques skippers tentent de glisser par dessous à l’image de Nicolas Lunven (Generali) et Yann Eliès (Groupe Queguiner – Le Journal des Entreprises) et encore plus dans l’est Adrien Hardy (Agir Recouvrement), Sam Goodchild (Artemis 23) et Jean Pierre Nicol (Bernard Controls). « Fabien est juste à côté de moi, on fait notre petit bonhomme de chemin. On est les plus décalés au vent du groupe de tête. Ce que j’espère, c’est qu’en tirant la barre, on va accélérer et creuser l’écart sur Yann et Lulu ». Commentait Morgan Lagravière ce matin lors de la vacation radio. Le deuxième du classement de cette tape et du général a légèrement refait son retard sur Fabien dans la nuit et les deux hommes vont rapidement attaquer le long bord de spi le long des côtes anglaises, sitôt Wolf Rock arrondi. Avec 19 Figaro Bénéteau en moins de 5 milles, cette troisième et dernière étape est loin d’être jouée. Wolf Rock sera l’occasion de faire un point sur les écarts, mais il est fort à parier que certains passages se compteront en secondes.

Chez les bizuths, Julien Villion (Seixo Promotion) mène toujours la danse avec 3,4 milles d’avance sur Thomas Normand (Financière de l’Echiquier) leader du classement général provisoire. De son côté, Corentin Horeau (Bretagne Crédit Mutuel Espoir) est relégué à la 5e place, derrière Nick Cherry (Artemis 77) auteur d’un très beau retour et le jeune Henry Bomby (Artemis 37). Kristin Songe Moller (Kristin For Fulle Seil) réussit pour le moment son pari : faire sa course et surtout ne pas fermer la marche. Elle pointe ce matin à la 34e place à 10,4 milles du leader.

Il a dit…

Morgan Lagravière (Vendée) :


” Il n’y a pas eu de grandes options mais il fallait vraiment faire marcher le bateau au maximum. C’est plutôt positif. Il y a eu un petit décalage qui a été créé ce matin entre Yann (Elies) et Lulu (Nicolas Lunven) et Fabien (Delahaye) et moi. Il faut voir ce que ça va donner. Je suis plutôt satisfait dans l’ensemble de la nuit, parce que j’ai pu beaucoup me reposer. C’est quelque chose qui était prioritaire à ce moment là de l’étape. C’était dans les objectifs de travail et j’ai pu en plus être assez rapide. On va voir ce que ça va donner à Wolf Rock mais ça s’annonce plutôt pas mal. Je ne pense pas que Nicolas et Yann soient devant à Wolf Rock en revanche, mais c’est possible. Après, à vouloir dormir on ne peut pas non plus être très précis sur les trajectoires. Il faut savoir ce qu’on veut. Affaire à suivre ! Il faudra vraiment voir ça quand on se retrouvera à Wolf Rock. Fabien est juste à côté de moi, on fait notre petit bonhomme de chemin. On est les plus décalés au vent du groupe de tête. Ce que j’espère, c’est qu’en tirant la barre, on va accélérer et creuser l’écart sur Yann et Lulu”.

Source

RivaCom

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : La Solitaire du Figaro