Un coup d’Ouest et ça repart !

© ThMartinez/Sea&Co

Une petite bascule du vent à l’Ouest a bousculé les hiérarchies établies depuis hier, et réouvert le jeu, aussi bien en prototypes qu’en bateaux de série, sur ce 27e Mini Fastnet. Sur un long bord de près, entamé hier soir et qui durera jusqu’à la Chaussée de Sein la nuit prochaine, les concurrents ne se lâchent pas d’une étrave et jouent chaque oscillation de la brise pour gagner de précieux dixièmes de milles vers l’arrivée. Les premiers sont attendus demain matin à Douarnenez.

La météo n’est pas une science exacte et c’est ce qui fait tout le charme et la difficulté du travail des stratèges. Peu de coureurs avaient tablé sur une rotation de la brise à l’Ouest, d’ailleurs aucun fichier ne l’annonçait ce matin, mais c’est pourtant bien ce qui s’est produit en début d’après-midi ce mardi, au large des côtes de Sud Bretagne. Et cette rotation pourrait encore s’accentuer d’ici ce soir, permettant aux bateaux les plus à l’Ouest de faire route directe sur la Chaussée de Sein.

Le nord perd et l’ouest passe ?

En bateaux de série, les deux leaders, « Teamwork » (Mettraux/David) et « www.runo.fr » (Mary/Barnaud), sans doute trop occupés à se marquer l’un l’autre, sont partis sur un long bord Nord qui risque fort de leur faire perdre la tête ! En effet, lorsqu’ils vont virer de bord, ils seront sur un bord « refusant », peu favorable…
Leurs poursuivants directs (« Matchbox » de Dréano/Leboeuf et « Diaoulic » de Leclech/Renault) sont mieux positionnés dans l’Ouest mais devront eux aussi se recaler vers le large et se rallonger ainsi la route.
Le leadership pourrait donc revenir à deux autres duos, « Damien cherche sponsor » (Cloarec/Gresset) et « Tout le monde chante contre le cancer » (Belloir/Aubry) qui furent les plus extrêmes dans leur quête d’Ouest ce matin.
Quoiqu’il en soit, le jeu est franchement ouvert sur cette dernière grande portion de parcours !

Attention chasseurs !

En prototypes, le bouleversement est moindre mais les écarts se sont sensiblement réduits en tête de flotte.
Etienne Bertrand et Julien Pulvé (Chasseur de primes) ont notamment réussi un très joli coup en optant très tôt pour une route Ouest : ils sont maintenant bord à bord avec les leaders Giancarlo Pedote et Rémi Aubrun (Prysmian), avec l’avantage d’être toujours un brin décalé dans l’Ouest. Ces deux Mini-là naviguent à vue et ne sont pas prêts de se lâcher ! D’autant qu’à moins de 2 milles dans leur sillage, « Festival des pains » (Rioux/Gahinet) va faire monter encore la pression, lui même « poussé » par un trio de gros bras : Mare.de (Riechers/Denjean), Follow me (Kolacek/Picault) et fondation-terrevent.org (Boidevezi/Maslard).
Là encore, la course se pimente sensiblement et les coureurs n’ont pas intérêt à s’assoupir !

Tenir bon, même au près…

Pourtant, après 48h de course, la fatigue doit commencer à se faire sentir. L’humidité, le froid, l’inconfort de ces longs bords de prés où le bateau cogne dans les vagues et où l’attention du barreur est sollicitée à chaque instant, sont autant de facteurs d’usure morale et physique. Les marins ont d’ailleurs coutume de dire que le près c’est « deux fois la peine, deux fois la route »…
Les co-skippers doivent donc être attentifs à se relayer régulièrement et souvent, et à bien s’alimenter aussi afin de disposer de tout le tonus nécessaire pour grappiller encore et toujours des milles sur leurs adversaires !

Les conditions météo restent cependant tout à fait agréables et stables avec une mer peu formée et une brise, oscillante donc, de secteur Nord Ouest d’une quinzaine de nœuds. A ce rythme, les premiers concurrents sont attendus demain matin sur la ligne d’arrivée à Douarnenez.

Source

Catherine Ecarlat

Liens

Informations diverses

Au vent