Trofeo Princess Sofia
Posts

  • Santander en ligne de mire

    Du 6 au 11 juin, le plan d’eau de Santander (Espagne) sera LE lieu des préoccupations de l’ensemble des coureurs qualifiés à la finale de Coupe du monde de voile. A l’issue des deux étapes de Miami (en janvier dernier)

  • Tops 10 pour les Bleus au Trophée Princesse Sofia

    La 48ème édition du Trophée Princesse Sofia, épreuve du circuit de Coupe d’Europe, s’est achevée aujourd’hui à Palma de Majorque (Espagne), sur un plan d’eau secoué par un vent fort en ce jour des finales. En

  • Le plein de médailles à Miami

    C’est un retour à la compétition réussi pour l’Equipe de France de Voile. Avec quatre médailles sur la première étape de Coupe du monde, les voyants sont au vert pour cette nouvelle saison. L’étape de Miami a permis

  • Une nouvelle saison démarre pour les Bleus !

    C’est reparti pour un tour ! Avec l’étape de Coupe du monde de Miami (24-29 janvier), une nouvelle Olympiade démarre. Parmi les coureurs de l’Equipe de France engagés, Pierre Le Coq, médaillé de bronze aux Jeux de Rio

  • Trois médailles pour les Français à Weymouth !

    Dernière régate internationale rassemblant toutes les séries olympiques, l’étape de Coupe du monde de Weymouth & Portland a permis à tous les coureurs engagés, une ultime répétition avant les Jeux de Rio. Les

  • Un dernier affrontement à Weymouth

    Ils sont nombreux à s’être donnés rendez-vous à Weymouth (Royaume-Uni) pour l’avant dernière étape de Coupe du monde de voile, mais surtout le dernier grand rendez-vous où l’ensemble des séries olympiques sont

  • Si le vent s’est fait attendre une bonne partie de la journée, contraignant les coureurs à rester à terre toute la matinée, il a fini par arriver sur les coups de midi, faiblement d’abord (autour de 5-7 nœuds), puis s’est renforcé progressivement au cours des heures pour atteindre une vingtaine de nœuds. Ce samedi a été synonyme de journée décisive pour les coureurs de l’Equipe de France, car à la veille des Medal Races (courses finales où seuls les 10 meilleurs de chaque série y accèdent et où les points comptent double), il s’agissait pour chacun de se placer.

    Journée décisive pour certains, compliquée à appréhender pour d’autres, tant les écarts de points dans certaines séries sont infimes et la lisibilité du plan d’eau parfois difficile.
    Au jeu de la régate, plusieurs coureurs de l’Equipe de France ont réussi à tirer leur épingle du jeu aujourd’hui et se retrouvent en haut des classements provisoires. Ainsi, Camille Lecointre & Hélène Defrance pointent ce soir en tête de tableau : « A l’issue de cette journée, je crois que l’on peut dire qu’on s’en sort bien ! Nous avions la rage sur la dernière manche, car sur la première, nous n’avions pas trop compris le vent, sur la seconde cela a été compliqué aussi et sur la troisième on prend un mauvais départ, mais on a réussi à faire avancer le bateau comme jamais !, explique Camille, barreuse du 470. « Naviguer dans la brise était l’un de nos axes de travail, de même que tester du matériel, les résultats de la journée nous donnent quelques pistes pour la suite, c’est assez intéressant. Pour la Medal Race de demain, nous gardons le même état d’esprit que depuis le début de la régate, on va rester appliquées. », conclut-elle.

    En RS:X également, la journée s’est bien déroulée pour Charline Picon, qui remporte la première manche du jour, termine en 2e position sur la seconde et 4e de la dernière course.

    « Cela a été une bonne journée aujourd’hui pour Charline, elle a assuré ses passages à la bouée au vent et comme elle est très rapide sur les allures portantes, cela a bien fonctionné. », résume Cédric Leroy, son entraîneur. En 3e position ce soir, la jeune femme entend bien faire une belle Medal Race demain pour assurer un podium.

    Chez les hommes, son compatriote Pierre Le Coq, se classe 4e ce soir, à seulement un petit point du podium provisoire :

    « Nous avons eu des conditions difficiles aujourd’hui avec un vent très oscillant, qui n’était pas calé du tout, ce n’était pas facile d’y voir clair. J’ai réussi à faire des manches placé, de très bons départs et de bons passages à la bouée au près. J’ai sans doute était l’un des plus réguliers sur la semaine, mais sans faire de coup d’éclat. Pour demain, je n’ai rien n’à perdre, le but est de finir sur une bonne note avec un podium, je ne suis qu’à un point de l’anglais Nick Dempsey. Cela risque d’être très serré, il va falloir faire la meilleure manche possible. », témoigne le véliplanchiste.

    De leurs côtés, les talentueux quadruples Champions du monde, Billy Besson & Marie Riou ont dû mal à faire parler la poudre cette semaine. Il se classe ce soir en 6e position du classement provisoire. Rien d’inquiétant toutefois, quand l’on sait que cette régate est synonyme de tests de matériel et de travail sur les départs notamment.

    « Nous ne sommes pas satisfaits de notre classement ce soir, car nous n’avons pas fait de super manches sur la régate. Nous avons pris des bons départs, c’était l’un de nos axes de travail ici, mais nos choix tactiques n’étaient pas souvent les bons et du coup cela donne des résultats moyens. », confie Marie Riou. Billy Besson quant à lui, dédramatise la situation : « Il fallait être en symbiose avec les éléments capricieux de Hyères pendant cette semaine, et cela ne l’a pas fait pour nous. Mais cela ne m’inquiète pas, cette semaine nous a été utile, car nous testions du nouveau matériel, un nouveau bateau notamment. Je pense que nous n’étions pas suffisamment dans le bain de la régate, je préfère que cela arrive maintenant. »

    En Finn, Jonathan Lobert qui fête ses 31 ans aujourd’hui, réalise une bonne journée en s’octroyant la seconde place de l’unique manche disputée pour lui, ce samedi :

    « Nous avons pas mal attendu, il n’y avait pas trop de vent au début et c’est rentré d’un coup, avec des pointes à 25 nœuds à certains moments. J’ai pris un super départ et fait une course qui me permet de jouer la Medal Race demain. », rapporte le finniste, qui ne cache pas que ce plan d’eau compliqué n’est pas l’un de ses préférés : « J’ai manqué plusieurs Medal Races sur ce plan d’eau, alors je suis bien content de pouvoir disputer celle de demain. Je ne peux pas jouer le podium, mais c’est toujours une bonne expérience de pouvoir apprendre à gérer les courses en petite flotte. »

    En 49er FX, Sarah Steyaert et Aude Compan terminent leur journée en beauté en remportant la dernière manche. Elles se classent 6e ce soir.

    Jean-Baptiste Bernaz, en Laser réalise une jolie journée, lui aussi. 8e ce soir il prendra part à la course finale demain.

    Pas de Medal Race en revanche demain pour les équipages de 470 Sofian Bouvet & Jérémie Mion (23e), et de 49er Julien d’Ortoli et Noé Delpech (22e), ni pour Mathilde de Kerangat en Laser Radial qui se classe 15e.

     

    • Demain le dénouement •

  • Comme prévu, c’est une entame sportive que le plan d’eau de Hyères a réservé aux régatiers en ce premier jour de compétition. Avec près de 25 nœuds de vent et une mer formée, la concentration était de rigueur pour réussir à marquer des points sans trop risquer de se retourner ! Une journée musclée, qui a empêché les 49er FX de courir et qui a contraint les équipages de Nacra 17 de ne faire qu’une seule course.

    Les manches du jour, vues par :

    Jean-Baptiste Bernaz (Laser), 3e du classement provisoire (4. 6.) :

    « Cela a été une bonne journée pour moi aujourd’hui dans des conditions musclées, qui me plaisent bien. J’allais très vite au près, j’étais bien physiquement et tactiquement assez inspiré, mais j’ai sans doute voulu trop jouer la sécurité, pour ne pas risquer de dessaler. Demain est un autre jour, le décor devrait pas mal changer, avec des conditions beaucoup plus clémentes. »

    Camille Lecointre (470 en duo avec Hélène Defrance), 5e du classement provisoire (5.3) :

    « C’était vraiment sport aujourd’hui, cela faisait longtemps que nous n’avions pas eu des conditions comme cela. Le Mistral était fort et en même temps sur notre zone de course, le vent rentrait à deux endroits en particulier, du coup, ce n’était pas la vitesse le plus important aujourd’hui, mais plutôt la tactique. Il y avait beaucoup de bateaux à l’envers sur la seconde manche, il a donc fallu réussir à bien doser entre attaquer et jouer la prudence pour ne pas risquer de dessaler. »

    Jonathan Lobert (Finn), 7e du classement provisoire (3.12.) :

    « Une première manche qui se déroule bien, et une seconde qui démarre dans la même lignée : j’étais dans le match en passant la première bouée au vent dans les 5 premiers, puis dans les 6 premiers à celle d’après, mais j’ai commencé à avoir des crampes aux avant-bras pendant la manche, je ne suis pas habitué à cela, mais ce sont des choses qui arrivent ! Ce n’est pas grave, je vais bien me reposer ce soir pour repartir dans le jeu demain. »

    Jérémie Mion (470 – en duo avec Sofian Bouvet), 20e du classement provisoire (BFD. 3.) :

    « Pour prendre de bons départs, il faut toujours réussir à doser parfaitement, on frôle souvent avec la limite, et là on a franchi la ligne de départ prématurément sur la première manche, la sanction est immédiate, nous avons été classé derniers de la manche. Cela faisait longtemps que cela ne nous était pas arrivé, mais on reste dans le match. Camille Lecointre et Hélène Defrance nous ont montré lors de leur mondial qu’on pouvait démarrer une régate avec une disqualification et finir Championnes du monde ! Sur la seconde, nous avons réussi à mettre cet épisode de côté et malgré le vent irrégulier, nous tirons assez bien notre épingle du jeu, puisque nous finissons 3e. »

     

    • Le Mistral au rendez-vous ! •

  • Hyères, c’est demain pour l’Equipe de France de Voile

    Du 27 avril au 1er mai, l’étape de Coupe du monde de voile, fait escale, à Hyères. L’ensemble de l’Equipe de France, prendra part à la compétition, point de passage important de leur préparation avant les Jeux

  • Un beau spectacle en perspective à Hyères

    Pour la quatrième année consécutive, la Sailing World Cup Hyères – Toulon Provence Méditerranée accueillera du 25 avril au 1er mai l’élite mondiale des 10 séries olympiques et des 2 séries paralympiques. A seulement