Sébastien Destrem
Posts

  • Vers un 8e Vendée Globe de tous les records !

    Plateau sportif au plus haut niveau, pas moins de neuf nations représentées, PC course installé au pied de la Tour Eiffel, diffusion TV internationale, dispositif numérique et éditorial innovant : le huitième Vendée Globe

    4 février 2016 • 2016-17, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 1550

  • Jean-Pierre Dick remettra à l’eau son Imoca StMichel-Virbac en début de semaine prochaine, après un chantier de renfort de la structure. Rapidement contraint à l’abandon dans la Transat Jacques Vabre, Dick n’a pas encore pu prendre la mesure de son tout nouveau foiler. Le skipper niçois va donc se délocaliser à Cascais (Portugal) et multiplier les navigations d’entrainement et de mise au point, avant de s’engager dans les trois courses prévues en 2016 : The Transat, la New York-Vendée et le Vendée Globe dont il prendra le départ pour la quatrième fois consécutive. Rencontre.

    Jean-Pierre, ton bateau, StMichel-Virbac, va être remis à l’eau à Lorient après un chantier consécutif à l’abandon dans la Transat Jacques Vabre. En quoi a consisté ce chantier ?

    Jean-Pierre Dick : « Il s’agissait avant tout de réparer les dégâts subis sur la coque (des lisses cassées et des cloisons abîmées, NDR) et de renforcer la structure. Pendant trois semaines, l’équipe technique s’est démenée pour relever le challenge et respecter le timing pour la remise à l’eau. Les lisses ont été réparées et nous avons ajouté des renforts longitudinaux pour rigidifier le fond de la coque. La structure de StMichel-Virbac s’est révélée un peu fragile, nous avons fait en sorte de la rendre plus solide. »

    En sait-on plus sur les causes de l’avarie survenue lors de la Transat Jacques Vabre ?

    Jean-Pierre Dick : « Les investigations sont en cours et nous ne tirons donc pas de conclusions hâtives, mais cela sera effectivement important de connaître les raisons de ces dégâts. En tout cas, avec mon équipier Fabien Delahaye, nous n’avions pas le pied sur le champignon au moment de l’incident. Au contraire nous naviguions avec prudence, en adoptant un rythme bien en-deçà des bateaux de tête. Cela a été d’autant plus frustrant de jeter l’éponge. Mais nous n’avions pas le choix car quand la structure est touchée, il faut non seulement abandonner, mais aussi rentrer rapidement à terre pour que de nouveaux problèmes ne viennent s’ajouter à ceux déjà rencontrés. Nous n’avons donc pas pu tirer beaucoup d’enseignements de cette première course, mais nous allons rebondir. »

    « Faire corps avec le bateau »

    Tu as finalement peu navigué à bord de ton nouveau 60 pieds mis à l’eau en septembre dernier. Il s’agit désormais de rattraper le temps perdu ?

    Jean-Pierre Dick : « Exactement. En 2015, nous avons été dans l’attente de la mise à l’eau, puis la Jacques Vabre s’est vite arrêtée. C’est pourquoi nous avons souhaité remettre StMichel-Virbac à l’eau rapidement. Nous effectuerons des premières navigations dès la semaine prochaine à Lorient. Cette phase d’entraînement intense au large s’étendra jusqu’à fin février. Pour cela, nous allons baser le projet à Cascais (Portugal). C’est un lieu intéressant car il permet de naviguer dans des conditions soutenues, de tirer sur le bateau sans pour autant risquer de tout casser. Il s’agira d’engranger les milles, de bien apprendre le maniement des foils, d’acquérir des automatismes jusqu’à faire corps avec le bateau. Je suis impatient de retrouver mon métier de pilote de course. Ensuite, je participerai aux deux transatlantiques en solo (The Transat et la New York-Vendée) et bien sûr au Vendée Globe qui sera la cerise sur le gâteau. »

    Pour le Vendée Globe 2012-2013, tu disposais d’un bateau de nouvelle génération (Virbac-Paprec 3), mais déjà largement fiabilisé et éprouvé. La donne est différente cette fois…

    Jean-Pierre Dick : « Il est vrai que le timing est beaucoup plus serré. Pour le dernier Vendée Globe, j’ai convoyé le bateau depuis la Nouvelle-Zélande et donc bouclé un demi tour du monde. Puis j’ai remporté la Barcelona World Race 2010-2011 (le tour du monde en double, NDR) et la Transat Jacques Vabre 2011. Mais je ne m’inquiète pas car j’ai l’expérience de cinq tours du monde. Je reste dans la course pour obtenir un très bon résultat dans le prochain Vendée Globe. Les débuts du projet ont été lents mais l’année 2016 va être explosive, un vrai feu d’artifice ! »

    Tu as l’habitude de fiabiliser des bateaux neufs puisque tu as toujours pris le départ du Vendée Globe à bord de 60 pieds de dernière génération !

    Jean-Pierre Dick :« Ce sera effectivement mon quatrième Vendée Globe et à chaque fois, nous avons construit un nouveau bateau car c’est dans l’ADN de l’équipe d’innover, d’imaginer et de développer des prototypes performants. Nous avons acquis une certaine dextérité en la matière. Toute la difficulté est de trouver le bon tempo pour fiabiliser la machine. Cela demande un investissement énorme, à la fois de la part du skipper et de son équipe technique. »

    En bouclant le dernier Vendée Globe, tu ne pensais pas revenir sur cette épreuve. Pourquoi as-tu changé d’avis ?

    Jean-Pierre Dick :« J’avais effectivement initié un autre projet en MOD70. Mais deux données ont chamboulé le programme. D’abord, le fait d’avoir perdu ma quille et de boucler le tour du monde en 4e position, au pied du podium, m’a un peu laissé sur ma faim en 2013. Ensuite, le circuit des MOD70, très prometteur sur le papier, ne l’a pas été dans les faits, notamment en raison de l’annulation du tour du monde avec escales. Nous avons donc décidé de lancer un nouveau projet en IMOCA, avec en point d’orgue le Vendée Globe 2016-2017. »

     

    « Pour remporter le Vendée Globe, il n’y a pas de concession possible ! »

    Qu’est-ce qui te pousse à revenir une quatrième fois consécutive ?

    Jean-Pierre Dick :« Le Vendée Globe a changé ma vie. C’est pour y participer que je suis devenu skipper professionnel en 2002. C’est une expérience unique que de pouvoir se retrouver seul face à soi-même, dans un corps à corps avec la nature, sur des machines qui sont des concentrés de technologies. Moi qui aime les sports de plein air, je ne peux pas rêver mieux, c’est le summum ! Le Vendée Globe a un côté très pur, très beau. Ceci dit, se positionner comme un candidat à la victoire n’a rien d’anodin. La dernière année est un véritable tunnel, il n’y a pas de concession possible. Technique, sommeil, nutrition, préparation physique, météo… Le programme est très dense, mais passionnant. 99 % des gens considéreraient que c’est un travail harassant. De mon côté, je considère que c’est une chance. »

    Le 6 novembre 2016 aux Sables d’Olonne, t’élanceras-tu avec comme unique objectif de gagner le huitième Vendée Globe ?

    Jean-Pierre Dick :« Le podium serait déjà extraordinaire mais oui, je vais me donner les moyens de gagner. J’ai déjà remporté deux fois le tour du monde en double (la Barcelona World Race). Ces victoires ont été deux très beaux moments de ma vie. J’ai envie de revivre cette sensation en solitaire. Mon histoire avec le Vendée Globe est mouvementée mais je veux à nouveau relever le défi car je considère que l’une des principales qualités d’un marin est la ténacité. J’aurai 51 ans au moment du départ et je vais pouvoir profiter de toute l’expérience accumulée lors de mes trois précédentes participations. Remporter le Vendée Globe serait le Graal, une belle récompense de tous les sacrifices consentis depuis 2002. Mais le nombre de paramètres à réunir est gigantesque pour surfer la vague parfaite… »

    • Le Vendée Globe a changé ma vie •

  • Les cinq enseignements de la Transat Jacques Vabre

    Après la belle victoire de PRB, les neuf IMOCA qui ont réussi à boucler la Transat Jacques Vabre 2015 sont à Itajai depuis quelques jours. L’heure est à l’analyse et au bilan de course, afin de savoir notamment

    24 novembre 2015 • 2016-17, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 1785

  • Déjà 14 inscrits officiels et 13 pré-inscrits

    Le départ du huitième Vendée Globe sera donné dans exactement un an, le 6 novembre 2016. Douze mois jour pour jour avant le top départ, on peut déjà affirmer que le plateau sera fourni, en quantité et en qualité. A ce

    6 novembre 2015 • 2016-17, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 1084

  • Dans un an, le départ du 8e Vendée Globe !

    A un an jour pour jour du départ du prochain Vendée Globe, la SAEM Vendée organisatrice de l’événement, représentée par le Président du Conseil Départemental de la Vendée Monsieur Yves Auvinet, a présenté à la

    6 novembre 2015 • 2016-17, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe • Vues: 3313

  • Peut-on envisager un Vendée Globe sans la participation de Jean Le Cam ? De fait, il n’a pas manqué une seule édition depuis 2004 et son inoubliable 2e place, à moins de sept heures du vainqueur Vincent Riou. Heureux propriétaire du bateau avec lequel il a remporté la dernière Barcelona World Race aux côtés de Bernard Stamm, Jean est le 22eme pré-inscrit pour le Vendée Globe 2016 et en quête de partenaires pour s’aligner une nouvelle fois au départ des Sables d’Olonne, le 6 novembre 2016.

    Jean, tu es officiellement pré-inscrit au Vendée Globe, cela change quoi concrètement ?

    Jean Le Cam : « Disons que c’est une bonne chose de faite, une étape supplémentaire validée dans la procédure de participation au Vendée Globe. Cela assure d’avoir une place sur les pontons puisqu’il y aura au maximum 27 participants à la prochaine édition. »

    Il te reste toutefois une grande marche à franchir avant d’officialiser ton inscription : finaliser ton budget. Où en sont tes recherches de partenaires ?

    Jean Le Cam : JLC : « Elles avancent. Aujourd’hui, nous travaillons davantage sur l’orientation stratégique du projet, le montage de l’histoire. Quand on va chercher des partenaires, il faut être carré dans sa tête et savoir précisément ce qu’on leur vend. Une fois qu’on a une démarche claire, le reste suit. »

    Justement, que recherches-tu ?

    Jean Le Cam : « Nous sommes partis sur l’idée d’avoir un partenaire fédérateur qui bénéficiera d’une grande visibilité sur la coque mais ne donnera pas forcément son nom au bateau qui pourrait même s’appeler « Jean Le Cam » – ce serait un peu le luxe (rires) ! A côté de ce partenaire principal, il y aura d’autres sponsors qui seront visibles sur les voiles. Je souhaite fédérer autour de moi
 des partenaires qui partagent mes valeurs. Idéalement, je recherche un budget de 1,3 million d’euros sur deux ans incluant la préparation du bateau, des opérations de RP et bien sûr la participation au Vendée Globe qui est le point d’orgue du projet. J’envisage une possible extension du programme jusqu’en 2020 avec la Barcelona World Race en double aux côtés d’un jeune skipper que j’accompagnerai jusqu’au Vendée Globe 2020. M’impliquer dans une telle démarche de transmission de savoirs me plairait bien. »

    Il était évident pour toi de racheter l’IMOCA avec lequel tu as remporté la dernière Barcelona World Race (l’ex Foncia, plan Farr de 2007 avec lequel Michel Desjoyeaux a remporté le Vendée Globe 2008-2009) ?

    Jean Le Cam : « Oui, je n’avais pas vraiment le choix puisqu’il s’agissait du dernier bateau compétitif disponible sur le marché. Je l’ai acheté à mes frais, en faisant un emprunt à la banque… Je connais bien ce 60 pieds IMOCA, nous avons passé un an à son bord avec Bernard Stamm en comptant les navigations de préparation, la participation à la Barcelona World Race et le convoyage retour jusqu’à Port-la-Forêt, où est désormais basé le bateau. Je sais qu’il est fiable et donc intéressant pour remplir le premier objectif qui est de finir le Vendée Globe. Ce bateau a des atouts et j’ai clairement identifié les optimisations à prévoir pour augmenter encore son potentiel. L’idée de repartir autour du monde sur ce support me plaît bien, c’est toujours sympa de pouvoir se perfectionner, d’aller plus loin, de mieux connaître le bateau. Je me sens en confiance avec ce 60 pieds qui va me permettre de monter un joli projet. C’est essentiel car un tour du monde, ce n’est pas rien, ça ne se prépare pas en cinq minutes. Les gens ne se rendent pas forcément compte de ce que ça implique. »

    Nous sommes à un an du prochain Vendée Globe, le timing s’accélère et tu n’as pas encore de partenaire. Cette situation ne t’inquiète-t-elle pas ?

    Jean Le Cam : « Non, pour la dernière édition j’ai bouclé mon budget très tardivement. C’était au mois de février, avec un IMOCA loué qu’il fallait aller chercher en Espagne. C’était encore un autre défi ! Cette fois, je suis propriétaire du bateau et il est déjà en Bretagne. »

    Quels seront tes objectifs sportifs avec ce bateau ? Faire aussi bien que la dernière fois (5e place) ?

    Jean Le Cam : « Oui, voilà. Il sera difficile de monter sur le podium car il y aura beaucoup d’IMOCA plus récents que le mien. Mais la fiabilité de mon bateau sera un atout et je pense qu’une place dans le Top 5 est jouable. Mon projet est axé sur la notion de partage et je souhaite aussi écrire une belle histoire avec les partenaires et le public. C’est essentiel pour moi. J’estime que si tout le monde est content, on a gagné. »

    Le Vendée Globe 2016-2017 sera-t-il ton dernier ?

    Jean Le Cam : « Probablement. J’aurai 57 ans au moment du départ de la prochaine édition, et donc 61 ans pour la suivante, en 2020… »

    As-tu prévu de participer à des courses de préparation, comme la New York-Les Sables d’Olonne ?

    Jean Le Cam :« Non, car nous serons en pleine phase de préparation. Il y a des priorités. Je préfère arriver au départ du Vendée Globe avec un bateau bien optimisé. Ces épreuves sont intéressantes pour des skippers qui ont un sponsor depuis longtemps et travaillent dans la continuité. Cela n’est pas mon cas. Chaque chose en son temps, aujourd’hui je recherche les financements. »

    C’est avant tout le Vendée Globe qui intéresse les partenaires potentiels ?

    Jean Le Cam : « Oui, très clairement. Les retombées du Vendée Globe sont sans commune mesure avec celles des autres épreuves du circuit IMOCA. Pour les entreprises intéressées, c’est donc le moment d’investir dans la voile ! »

    On te sait passionné de technique et d’innovations. Que penses-tu de l’apparition des foils sur les IMOCA ?

    Jean Le Cam : « Je pense qu’on n’avait pas besoin de ça. Si on veut vraiment aller plus vite, on n’a qu’à faire courir le Vendée Globe en multicoques ! Les foils ne vont pas dans le sens de la fiabilité et de la sécurité, ni dans celui de la diminution des budgets. Ce n’est pas raisonnable. Je pense qu’on se trompe en allant dans le sens de l’explosion technique qui fait enfler les budgets. Il faudrait à l’inverse recréer de l’accessibilité pour des jeunes qui veulent rentrer dans la classe. En plus, ces appendices ne seront pas au point pour le prochain Vendée Globe. Ils ne fonctionneront pas avec ces IMOCA neufs, ni avec ceux d’ancienne génération, si certains en installent. Ils seront vraiment efficaces sur des bateaux conçus spécialement autour de cette innovation, avec de nouvelles formes de carène étudiées pour. Et ces bateaux rendront obsolètes l’ensemble de la flotte actuelle. Pour résumer, les foils, c’est cher, on n’est pas sûr que ça marche et ça casse. Moi qui vais partir avec un monocoque plus conservateur, cette innovation me va bien (rires) ! »

    • Peut-on envisager le Vendée Globe sans Jean Le Cam ? •