Toc toc voilà les Antilles…

©Thierry Martinez / Sea&Co.

Entre excitation et performance, le multi50 Actual devrait, dans les prochaines heures, contourner l’île de Saint-Barthélemy. C’est à plus de 20 nœuds de moyenne qu’Yves Le Belvec et Samuel Manuard déboulent par le nord et pourront ensuite mettre le cap vers La Barbade, deuxième point de passage obligatoire pour la classe. En IMOCA, après un petit bord tactique, Virbac-Paprec 3 a repris la route du Sud, direction Mona Passage. Toujours sous la menace d’Hugo Boss, Jean Pierre Dick et Jérémie Beyou font face aux anglais. Il est certain que les français feront le maximum pour que la mer des Caraïbes soit le théâtre de leur victoire. Une victoire qu’Aquarelle.com construit chaque jour un peu plus, face à une concurrence qui tente des coups par le nord et par le sud sans réel succès, pour le moment !

Multi50 : Saint Barthélemy nous voilà !
À 110 milles dans le nord de Saint-Barthélemy, Actual, d’Yves le Blevec et Samuel Manuard, va enfin pouvoir sentir les odeurs de la terr e. À 20 nœuds de moyenne, cette distance sera avalée en 5 ou 6 heures et c’est certainement aux premières lueurs de la journée que le tandem pourra enfin contempler les îles. Plus en retrait, Maître Jacques perd un peu plus de terrain chaque heure et accuse ce matin un retard de 181,2 milles. Depuis hier soir, Loïc Fequet et Loïc Escoffier naviguent vers l’ouest nord-ouest. Un petit recalage nécessaire qui va leur permettre par la suite de faire route directe sur Saint-Barthélemy, dans des conditions un peu plus ventées.

IMOCA : Mona Passage en ligne de mire
Pour les deux leaders, Virbac-Paprec 3 et Hugo Boss, l’atterrissage entre la République Dominicaine et Puerto Rico dans 24 heures m ettra un terme à la longue traversée de l’Atlantique. Une nouvelle bataille s’engagera alors dans la mer des Caraïbes pour la victoire dans cette édition 2011 de la Transat Jacques Vabre. 261 milles derrière ce duo, la lutte est engagée pour accéder au podium et les places ne cessent d’évoluer. Au pointage de ce matin à
5h00, Bureau Vallée, toujours troisième, doit sentir le souffle chaud de Macif et Banque Populaire. Les trois concurrents naviguent sur un même axe bord à bord, mais l’avantage est pour le moment du côté des deux nouveaux IMOCA, Banque Populaire et Macif qui naviguent entre 2 et 4 nœuds plus vite que les frères Burton. À l’ouest de leur position, Mike Golding et Bruno Dubois sur Gamesa vont croiser leur route tout comme Kito de Pavant et Yann Regniau sur Groupe Bel, plus au sud. Safran, contraint à une escale technique à Saint Domingue dans les prochains jours, tente d’allonger la foulée pour ne pas trop perdre de distance par rapport à Mirabaud. Ce dernier fermant la marche de la classe des IMOCA à 385 milles de Virbac-Paprec 3.

Class40
Les affaires de Yannick Bestaven et Eric Drouglazet sur Aquarelle.com se présentent bien à l’approche de la mi-course. Intercalé entre le groupe des nordistes composé de 40 Degrees (quatrième à 309 milles) et de Solo (cinquième à 338,6 milles) puis ERDF des Pieds et des Mains (second à 159,3 milles) au sud, le tandem gère parfaitement sa course depuis le départ du Havre le 2 novembre dernier. La bagarre avec les anglais de Concise 2, lors du premier tiers de la course, a renforcé leur soif de victoire et rien ni personne ne semble en mesure de venir contester cette suprématie. Loin derrière Aquarelle.com, Groupe Picoty doit faire preuve de beaucoup de rigueur et d’observation afin de conserver sa troisième place. Seuls trois petits milles le séparent de 40 Degrees. Comme en IMOCA, la lutte pour la dernière marche du podium promet de belles empoignades.

Ils ont dit :

Kito De Pavant sur Groupe Bel
« Il fait bon, les nuits sont douces, l’Alizé est un peu faiblard à mon go&u circ;t et irrégulier donc on fait beaucoup d’empannages. On espérait avoir quelques ouvertures vers le sud mais elles ne se sont pas présentées. On va croiser la route de nos petits copains, il faudra tirer des bords, on ne sait pas encore si l’on passe entre Saint Domingue et Porto Rico, on va voir s’il y a des opportunités…
Je connais assez bien le coin, j’ai pas mal bourlingué par ici ces dernières années. Ce sont des îles assez grandes, avec des effets thermiques, il faut s’en méfier comme de la peste !
La nuit il fait une douceur exquise, on est en short tee-shirt, ça glisse pas mal et on est au sec. Le matin il fait très chaud, avec les protections (contre les embruns ndlr), ça fait un peu four, et puis le midi il y a de l’ombre donc ça va… »

Samuel Manuard sur Actual
« On se rapproche on se rapproche ! L’ambiance est aux grandes glissades tout schuss sur Saint Barth, ça va assez vite. On est sous pilote parce qu’il barre aussi bien que nous voire mieux sur la moyenne. Il y en a toujours un qui dort et l’autre dehors, aux écoutes au cas où…»

Eric Drouglazet sur Aquarelle.com
« Nous avons un peu moins de vent mais ça avance quand même, c& rsquo;est comme ça, il y a des hauts et des bas ! On est dans un rythme de navigation dans les alizés, ça ne cogne plus, on s’alimente bien. On n’a pas encore de grosses chaleurs, c’est le plein été mais supportable. C’est que du bonheur ! On a grappillé quelques milles sur nos concurrents les plus proches. On regarde les anglais dans le nord, c’est intéressant mais ils ne nous inquiètent pas beaucoup. Ça va être difficile pour eux de s’en sortir… On vient aussi en transat pour avoir du plaisir en mer, on peu même dormir dehors. Dans la tempête il y a 5-6 jours, on se disait que c’était dur mais qu’on allait vers le beau temps !»

Jérémie Beyou sur Virbac Paprec 3
« Les conditions météo sont propices au retour de nos concurrents mais on ne se met pas martel en tête. Ça fait longtemps qu’on ne regarde plus les mecs qui sont à 300 milles derrière, on fait notre route en fonction de notre stratégie à nous. On n’est pas surpris de voir Hugo Boss revenir mais on n’a aucune intention de les laisser passer devant. On a regardé les cartes de détails, on voit les accélérations, les ralentissements, on a choisi un point de passage : on va essayer de s’y tenir, de ne pas se planter, être bien réveillé parce que ce sera de nuit donc méfiance ! »

Les position s des bateaux ce lundi 14 novembre à 05h00:

IMOCA
1 – Virbac Paprec 3 (Jean-Pierre Dick – Jérémie Beyou) : 1330,0 milles de l’arrivée
2 – Hugo Boss (Alex Thomson – Guillermo Altadill) : 43,6 milles du leader
3 – Bureau Vallée (Louis Burton – Nelson Burton) : 261,0 milles du leader

Multi50
1 – Actual (Yves Le Blevec – Samuel Manuard) : 1867,3 milles de l’arrivée
2 – Maitre Jacques (Loïc Fequet – Loïc Escoffier) : 181,2 milles du leader

Class40
1 – Aquarelle.com (Yannick Bestaven – Eric Drouglazet) : 2425,2 milles de l’arrivée
2 – ERDF Des Pieds et des Mains (Damien Seguin – Yoann Richomme) : 159,3 milles du leader
3 – Groupe Picoty (Jacques Fournier – Jean-Christophe Caso) : 306,1 milles du leader

Source

Transat Jacques Vabre

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 14 novembre 2011

Matossé sous: 2011, Transat Jacques Vabre

Vues: 1190

Tags: , , , ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre