Première nuit brutale

© Paul Todd / Volvo Ocean Race

35 nœuds de vent, cinq mètres de creux : au large d’Auckland, la première nuit de l’étape 5 ne pardonne pas. Si les locaux de CAMPER s’en débrouillent, Abu Dhabi a déjà dû faire demi-tour pour réparer une cloison cassée.
Quelques heures après le départ de l’étape entre Auckland et Itajaí, la tempête tropicale qui frappe le nord de la Nouvelle-Zélande ne faiblit pas. Déjà, 30 à 35 nœuds d’est ; dans les 12 prochaines heures, plus 40 nœuds et des vagues qui se creuseront.

Alors les concurrents font cap au nord pour trouver la meilleure échappatoire possible. Il leur faut s’éloigner de la côte pour toucher les vents de nord qui soufflent à l’est de la dépression.

Dans ces conditions de près agité, CAMPER with Emirates Team New Zealand mène une flotte qui – exception faite d’Abu Dhabi – se tient en trois milles !

Selon leur navigateur Will Oxley, c’est en jouant avec les courants autour de lile de Rakino que le bateau rouge a pris la tête. L’Australien décrit aussi un baromètre qui chute, chute …

« Ce sera une longue et dure nuit. Ces conditions horribles semblent être la norme pour démarrer chaque nouvelle étape. J’espère qu’on va bien démarrer, comme on le fait d’habitude, mais que cette fois-ci, ce sera pour toute la manche. »

Deuxièmes à 13h UTC, les Américains de PUMA sont suivis de Telefónica. Groupama est quatrième et Sanya cinquième.

Abu Dhabi Ocean Racing, lui, est rentré au Viaduct Harbour à 10h30 UTC après une avarie de cloison avant. La cloison qui soutient la cadène du J4, une voile d’avant, s’est carrément détachée dans une vague.

L’équipage de Ian Walker compte réparer rapidement pour reprendre la course dès demain. Leur directeur Jamie Boag parle de dommages « assez simples. »

« Les gars sont de retour sains et saufs et le problème est assez simple. Ils étaient proches de toutes nos ressources ici à Auckland ; je pense que revenir était la bonne décision. On va essayer de les renvoyer en mer dès que possible pour qu’ils reprennent la course. Ça devrait être une affaire de 24 ou 30 heures. »

« Si on était partis depuis une semaine, on aurait pu continuer, » a témoigné le skipper Ian Walker au ponton.

« Je ne pense pas que ça représente un danger structurel pour le bateau, mais c’aurait été une grosse réparation pour remettre la cloison et lui faire supporter le J4, une voile qu’on va probablement utiliser 80 % du temps dans les mers du sud. »

Positions le 18 mars 2012 à 13h UTC (14h HF) :

  1. CAMPER with Emirates Team New Zealand à 6634,9 milles d’Itajaí
  2. PUMA Ocean Racing powered by BERG à 0,3 mille du leader
  3. Team Telefónica à 1,1 milles du leader
  4. Groupama sailing team à 2,3 milles
  5. Team Sanya à 3,0 milles
  6. Abu Dhabi Ocean Racing / course suspendue / en pit-stop à Auckland pour réparation de cloison avant

Classement général provisoire après 9 manches : 4 étapes océaniques et 5 In-Port.

  1. Telefonica (Iker Martinez) : 1+30+6+29+2+27+6+20+1 = 122 points
  2. Groupama 4 (Franck Cammas) : 2+20+2+18+5+24+2+30+4 = 107 points
  3. Camper (Chris Nicholson) : 4+25+5+24+4+18+3+15+6 = 104 points
  4. Puma (Ken Read) : 5+0+4+19+3+17+5+25+5 = 83 points
  5. Abu Dhabi (Ian Walker) : 6+0+3+10+6+14+4+10+2 = 55 points
  6. Sanya (Mike Sanderson) : 3+0+1+5+2+5+1+5+3 = 25 points

Source

Anne Massot

Liens

Informations diverses

Au vent

Les vidéos associées : 2011-12