Du près et encore du près

© Christophe Breschi

Partie hier en fin de matinée de Roscoff, la flotte des Mini 6.50 de la troisième et dernière étape de la Les Sables – Les Açores en Baie de Morlaix a, comme on s’y attendait, louvoyé au près pour rejoindre la pointe Bretagne dans des conditions de mer et de vent toniques. Si les bonshommes et les machines ont été mis à rude épreuve, l’ensemble des solitaires a néanmoins réussi à rejoindre le premier way-point du parcours situé au nord du dispositif de séparation de trafic d’Ouessant sans encombre, peu avant le lever du jour. Quelques milles plus tard cependant, un abordage a eu lieu entre les bateaux de Nicolas Cousi (533 – Telerys) et de Valentin Foucher (990 – mini chorus). Ce dernier, victime de la casse de plusieurs varangues, a finalement fait demi-tour afin de rejoindre le port du Bloscon et d’évaluer plus justement les dégâts. En tête de flotte, comme à tous les étages du peloton, la bagarre continue toutefois de battre son plein. Chez les Proto, si Irina Gracheva (800 – Canopus) a mené un temps les débats malgré un départ catastrophique, Tanguy Bouroullec (969 – Cerfrance) est parvenu à reprendre le leadership lors du contournement du DST, et même à creuser des premiers écarts significatifs sur ses poursuivants les plus proches – plus de 9 milles sur le deuxième, Antoine Perrin (850 – Hydroprocess) et plus de 11 milles sur le troisième, Fabio Muzzolini (945 – Tartine).

Tout schuss jusqu’à l’entrée de l’estuaire de la Gironde

En tête au passage du deuxième way-point qu’il a franchi en fin de matinée, le vainqueur des deux premières étapes a donc été le premier à attaquer la longue descente pour rejoindre Rochebonne puis l’entrée de l’estuaire de la Gironde. Un bord un peu tout droit qui s’annonçait au reaching mais qui devrait plutôt se jouer au près débridé, le vent ayant finalement décidé de s’établir au secteur sud sud-ouest. Un bord qui doit en principe rester rapide, laissant ainsi envisager un atterrissage sur la bouée BXA aux alentours de 16 heures demain après-midi pour le skipper de Cerfrance qui devrait, sauf avarie, continuer d’accentuer son avance. Chez les bateaux de Série, le match demeure, à l’inverse, particulièrement serré. Les cinq premiers se tiennent en effet dans un mouchoir de cinq milles. Mieux, les 34 premiers en moins de dix milles ! Pour l’heure, en tous les cas, c’est Léo Debiesse (966 – Kelyfos), l’actuel leader au classement général provisoire, qui tient la corde, suivi comme son ombre par l’Allemand Lennart Bürke (943 – Vorpmmern) décidément très régulier, puis Jean-Marie Jézéquel (951 – Branchet / KPL), Loïc Blin (871 – Mini Moi cherche sponsors) et Brieuc Lebec (914 – A Race for Chance). Cette hiérarchie reste malgré tout fragile et c’est d’autant plus vrai que la fin de parcours entre Yeu et les Sables d’Olonne reste très incertaine, avec des vents très faibles et très instables en direction. En attendant, c’est surtout la vitesse qui va primer. Quid des ETA ? Selon les derniers routages, les premiers sont attendus à Port Olona mercredi aux alentours de 5 heures mais des écarts importants sont à prévoir puisque les retardataires, qui devraient en prime composer avec 20-25 nœuds de vent et jusqu’à 32 dans les rafales dans la journée de mardi, devraient boucler les 500 du parcours de cette troisième étape jeudi soir.

Source

Perrine Vangilve

Liens

Informations diverses

Sous le vent