Etre au départ de la Solitaire du Figaro

© Christophe Breschi

Un beau programme sportif attendait Julien Villion cette année, avec une participation à la Transat AG2R LA MONDIALE aux côtés de Tanguy Le Turquais en Figaro Bénéteau 3, une Transat Québec St-Malo en Multi 50, mais l’épidémie de COVID-19 en aura décidé autrement. La situation sanitaire n’aura pas facilité les recherches de partenaires du trinitain, qui avait comme objectif de disputer la célèbre Solitaire du Figaro en septembre prochain. En revanche, le régatier ne baisse pas les bras, il se laisse encore deux semaines pour trouver un budget suffisant et ainsi espérer être au départ de cette compétition phare.

“Si un bon résultat sur la Drheam Cup permet de taper dans l’oeil d’une personne qui suit la course et qui souhaite s’embarquer dans l’aventure avec moi, dans ce cas, j’aurais tout gagné. ”
Julien Villion

Savoir s’adapter

En ce début d’année, en parallèle de ses recherches de financement, le marin avait devant lui un programme chargé. Lorsque tout s’est arrêté net, il a fallu rebondir et Julien a su mettre en pratique ses qualités de régatier au profit d’autres équipes de course au large. “J’en ai profité pour faire de l’analyse de performance et travailler sur la partie météo / routage auprès d’équipes telles que celle d’Alan Roura avec L’IMOCA La Fabrique et Ian Lipinski avec le Class40 Crédit Mutuel.” explique Julien. Une occupation qui permet à Julien de rester actif et de transmettre son savoir-faire. Cependant, l’appel du large, de la compétition et du solitaire restait fort et malgré le manque de budget, Julien a décidé de passer à l’action.

Cap sur la Drheam Cup en Figaro Bénéteau 3

Julien avait à coeur de participer à la Drheam Cup, dont le départ est donné ce dimanche 19 juillet à Cherbourg en Cotentin, direction la Trinité-sur-mer. Les raisons de sa présence ? Continuer à s’entraîner en vue de la Solitaire du Figaro, retrouver la bagarre entre figaristes, réaliser ce beau parcours avec l’arrivée en baie de Quiberon, “à la maison”, le régatier étant originaire de la Trinité-sur-mer et enfin, tenter de décrocher un budget pour la suite de sa saison. Bref, ces éléments réunis ont poussé Julien à louer un bateau sur ses fonds propres et à se rendre à Cherbourg.

Julien raconte : “J’ai envie de courir en solo, prendre du plaisir sur l’eau et d’arriver à la Trinité où j’ai mes attaches. Je suis trop content de refaire du figaro et de me jauger par rapport à la flotte existante qui est bien plus entrainée que moi. Je n’ai pas de pression, je vais essayer de faire une belle trajectoire et de m’amuser. Si un bon résultat sur la Drheam Cup permet de taper dans l’oeil d’une personne qui suit la course et qui souhaite s’embarquer dans l’aventure avec moi, dans ce cas, j’aurais tout gagné. “

Alors, rendez-vous ce dimanche 19 juillet, à 13h02, pour le départ de la Drheam Cup où une trentaine de figaristes disputeront un parcours de 428 milles nautiques vers la Trinité-sur-mer. ” Le parcours de la Drheam Cup est super intéressant, ça va être un très bon entraînement pour la Solitaire du Figaro. C’est un format un peu plus court, mais c’est parfait pour se jauger et se mettre dans le bain. Les côtes anglaises sont vraiment belles, c’est assez tactique avec du courant, de la brise thermique. J’ai hâte ! ” conclut Julien déterminé.

Source

AGENCE EL'DO

Liens

Informations diverses

Sous le vent