Tout reste à faire

© Ugo Fonolla/Volvo Ocean Race

Les Espagnols de MAPFRE sont en tête. Dongfeng est en mode furtif. Vestas 11th Hour Racing reste troisième, avec Team Brunel dans son sillage… Tout nous indique que rien n’est joué dans cette troisième étape !

Douzième jour de mer pour les 7 équipages partis du Cap en direction de Melbourne, destination finale de cette troisième étape. Et quelle étape ! Non seulement elle compte double au classement, mais au vu des images reçues des bateaux, elle a aussi l’air de peser double sur le physique des marins ! Nombre d’entre-eux s’y attendaient, une poignée le découvrait, le Grand Sud a été et reste fidèle à sa réputation, aucun traitement faveur !

Deux jours après avoir pris la tête de cette étape, MAPFRE – qui compte déjà deux podiums dont une victoire sur Leg 2 – a mis le cap au nord-est hier soir peu avant 23:00 (heure française), direction l’Australie ! Le skipper Espagnol Xabi Fernandez en était le premier surpris, à lire ses mots, envoyés au cours de la nuit : “on n’arrive pas à croire qu’on a finalement empanné vers le nord, vers Melbourne ! Chaque mille parcouru à présent nous rapproche des eaux et d’un temps plus chauds. On attend que ça honnêtement. Les deux dernières nuits ont été les plus froides et avec autant de fatigue, ça commence à devenir vraiment difficile, mais peu importe, on a mis le cap au nord. La nuit dernière on a eu des bourrasques allant jusqu’à 40 noeuds mais tout s’est bien passé.”

Comme l’indiquaient nos @RaceExperts tard dans la nuit, Dongfeng Race Team a pris l’option du mode furtif ! À quelques jours de l’arrivée (moins de 1000 milles nautiques), prévue pour le 24 décembre, Charles Caudrelier et son équipage semblent jouer leur joker, pour tenter de reprendre la tête de cette étape, qu’ils ont menée pendant 8 jours durant. À première vue, cette stratégie ne semblait pas inquiéter Xabi, entièrement confiant en son navigateur – lui aussi de classe mondiale -, Joan Vila : “le dernier report de positions a été très positif pour nous, et on a une bonne avance ; même si Dongfeng a choisi le mode furtif, Joan analyse leurs potentielles options quoiqu’il arrive, et nous avons une idée d’où ils peuvent être. Il nous faut maintenant attendre 2 reports supplémentaires avant d’en savoir plus, on continue donc d’aller aussi vite que possible.”

À défaut de déstabiliser son adversaire direct – en apparences -, Dongfeng Race Team pointait à une trentaine de milles de MAPFRE avant que le bateau sino-français ne disparaisse de nos radars, jusqu’à ce soir… À noter qu’ils ont empanné en même temps que les espagnols, et ont mis le cap au nord-est.

À bord, les manoeuvres s’enchainent, et peu importe l’emploi du temps, tout le monde est mobilisé : “Épuisé ? non fatigué !” insiste Kevin Escoffier, avant d’ajouter “avec Carolijn [avec qui il partage son quart], on a été sur le pont pendant 12 heures, euh 14, 2 de plus ! beaucoup d’empannages le long de la zone d’exclusion des glaces, et maintenant on arrive dans une zone de basse pression, avec un très joli swell, ce que l’on ne voit pas tous les jours, donc on va avoir 2 heures de repos avant de revenir sur le pont cette nuit…”

Même fatigue pour la néerlandaise, qui l’avoue mais ne lâche rien, bien au contraire : “ça fait partie de la course, et on savait ce à quoi nous attendre, c’est juste un peu plus difficile dans le Grand Sud… Rien n’est joué pour le moment, on approche d’une zone de basse pression, qui va nous accompagner lors des prochaines 30 heures, dans 25 à 30 noeuds au portant donc tout peut arriver ! Toutes les portes restent ouvertes, et Dongfeng donne tout pour venir à bout de l’autre bateau rouge !”

Il va falloir patienter un peu plus que la normale pour avoir un premier élément de réponse, dans la course à la première place, avec d’un côté les espagnols peu inquiets, et de l’autre Dongfeng plus déterminé que jamais pour reprendre la tête.

Un autre face à face a lieu à quelques 100 milles derrière, entre le troisième Vestas 11th Hour Racing et Team Brunel, en quête de son premier podium. À bord, même combat, l’emploi du temps n’a pas sa place… et tout est bon pour rester éveillé. Bouwe Bekking, le skipper aux 7 Volvo Ocean Race nous écrivait plus tôt : “la zone d’exclusion nous met un énorme stress, par peur de la franchir… et en général, cela empêche l’équipage de dormir. Comme hier après-midi, tout le monde était en standby, alors que l’on naviguait en parallèle de cette limite imaginaire, à seulement quelques centaines de mètres. Au moindre changement de vent, il faut empanner, donc tous ceux hors quart étaient à l’intérieur, prêts à venir sur le pont… Au final, on n’a pas eu à empanner, mais ils ont perdu 3 heures de sommeil.” Il ajoute avec un brin d’optimisme : “Ça ne fait rien, bientôt on va pouvoir récupérer, dans un vrai lit.”

Bien qu’un repos amplement mérité sera le bienvenu à l’arrivée à Melbourne, il sera de courte durée. À peine le temps de remettre les pieds sur terre, souhaiter un joyeux Noël une bonne année etc… qu’il sera déjà temps de remettre les voiles vers Hong Kong, dès le 2 janvier, pour une quatrième étape longue de 6,000 milles !

Une bonne raison pour les trois derniers de la flotte – SHK/Scallywag, Turn the Tide on Plastic et team AkzoNobel – de maximiser leurs performances, pour arriver à s’accorder un minimum de repos. AkzoNobel, skippé par Simeon Tienpont a subit quelques dégâts il y a 6 jours, au niveau du rail de grand voile, et de la GV elle-même. L’équipage a finalement réussi à réparer, mais ils ont malheureusement concédé beaucoup de retard sur le reste de la flotte ; près de 200 milles sur Turn the Tide on Plastic… loin d’avoir abandonner l’idée de revenir sur David Witt [SHK Scallywag]. Dee Caffari nous confiait “finalement, nous avons eu du vent frais, contrairement aux autres autour de nous, et on progresse dans la bonne direction pour faire évoluer la situation, ce qui est bon pour le moral !”

Décidément, bien que l’on entre dans le sprint final de cette troisième étape, les équipages sont bien décidés à ne pas en rester là, et malgré la fatigue physique – sans parler des esprits qui sont (aussi) mis à rude épreuve – les meilleurs marins de la planète s’apprêtent à tout donner dans ces derniers jours de course !

Dernière ETA (UTC) : MAPFRE et Dongfeng devraient arriver le 24 décembre tôt le matin. Vestas 11th Hour Racing et Brunel le 24 décembre au soir. SHK Scallywag et Turn the Tide on Plastic le 25 décembre au matin. AkzoNobel le 27 décembre.

Source

Volvo Ocean Race

Liens

Informations diverses

Au vent