Du vent et des courbatures pour les 5 Jours 2017

  • © Yves Ryncki
  • © Yves Ryncki
  • © Yves Ryncki
  • © Yves Ryncki

La 25ème édition des 5 Jours du Léman – Fond’action contre le Cancer a le soutien d’Eole ! Du vent fort depuis le départ a permis aux premiers concurrents de réaliser trois tours du lac en deux jours ; le record des 1’000km parcourus en 2015 par les vainqueurs Forestier/Engel pourrait bien être battu cette année !

Des conditions musclées accompagnées de vagues prononcées, qui tirent sur le physique des navigatrices et navigateurs engagés. Tous se plaignent de courbatures, du manque de sommeil depuis le départ, et même d’hallucinations pour certains. Le duo féminin de Pschiiit (Stulz/Savoy) s’est d’ailleurs arrêté à la bouée de Vidy pour la nuit. Epuisées, elles se sont reposées et ont repris la course en milieu de journée. Par ailleurs, l’équipage de Gris-gris (Halter/Perret) a décidé d’abandonner pour des raisons médicales.

Les premiers se sont envolés : Loris von Siebenthal (vainqueur en 2014, deuxième l’an dernier) et Eric Monnin (Le Crève-Coeur) étaient au coude à coude avec Francine et Jean-Pascal Chatagny (Mayer Opticiens) depuis le départ, mais ont réussi à les distancer au troisième passage de la marque du Bouveret, à la mi-journée. Le peloton des poursuivants est toujours très serré, une première sur cette course après deux jours !

Notons la jolie remontée de aquama.ch (Bavaud/Borel) à la fin du peloton des poursuivants hier et sixième cet après-midi. Les jeunes de CER-Aéroport (Schopfer/Schopfer) réalisent également une belle journée, 17èmes hier ils remontent à la neuvième place au dernier pointage. (classement complet ci-dessous)

Loris von Siebenthal (Le Crève-Coeur), 1er

: ” Depuis le début de la course, nous sommes toujours partis devant, mais nous sommes à chaque fois arrêtés au « parking » du Bouveret où nos poursuivants nous ont rattrapés. Et là, pour le troisième passage, nous ne nous sommes pas arrêtés ; avec un joli vent d’Ouest, c’est bien d’être devant ! Nous avons pu distancer Mayer Opticiens. Tout se passe bien jusqu’ici, nous entrons bien dans la course, et commençons à dormir et manger comme il faut. Nous continuons à bien naviguer, mais c’est la météo qui décidera si les poursuivants recolleront ou pas ! Les conditions étaient musclées jusqu’ici, c’est difficile physiquement. Nous avons l’impression d’avoir fait quatre jours plutôt que deux ! Enfin, avec Eric cela se passe très bien, on s’apporte beaucoup mutuellement.”

Grégory Maury (Sidoléo 2), 28ème :

C’est dur jusqu’ici ! Nous ne nous attendions pas à naviguer dans ces conditions mais nous nous adaptons, c’est surtout la houle qui est épuisante. Nous sommes secoués depuis deux jours, comme dans un tambour de machine à laver. Ce n’est pas facile de se reposer ! Nous avons eu un petit coup de mou cet après-midi mais c’est reparti maintenant, nous sommes d’attaque pour la suite.

Source

MaxComm Communication

Liens

Informations diverses

Au vent

Les vidéos associées : ? (Surprise)