Si proche du titre…

© Ronan Gladu

Pour la troisième journée consécutive staff et compétiteurs de La Torche Pro France 2013 se retrouvent à 8h00 sur le site de la compétition. Le décor a quelque peu changé ce matin avec un ciel complètement barbouillé qui plombe sérieusement l’atmosphère. Un vent plus léger mais annonciateur de pluie accentue le caractère hivernale de ce 31 octobre qui nous fait penser à ces longues journées d’hiver sans fin. Celles qui nous invitent à rester sous la couette jusqu’à pas d’heure. Mas bon, on n’est pas là pour rigoler et encore moins pour dormir. Pour finir ce tableau final il y a vraiment du pain sur la planche…

Les premiers heats partent à l’eau à 9h00 avec le Round 4. Les vagues sont plus petites qu’hier mais restent de très bonne qualité pour que les meilleurs spécialistes du Stand Up Paddle mondial expriment tout leur talent. Et du talent il y en a à revendre sur le spot de La Torche. Le sport progresse de jour en jour et à chacune de leurs sorties les riders vont encore plus loin dans leurs courbes et sont de plus en plus aériens ; c’est juste incroyable.

  • © Ronan Gladu
  • © Ronan Gladu
  • © Ronan Gladu
  • © Ronan Gladu
  • © Ronan Gladu
  • © Ronan Gladu
  • © Ronan Gladu
  • © Ronan Gladu

Plus on avance dans le tableau, plus la tension monte. C’est palpable. Ce soir, passé le Round 5, on va se rapprocher encore plus du titre de Champion du Monde. On le rappelle ici, La Torche Pro France est devenue la dernière étape de l’année suite à l’annulation de l’ultime étape « Destination X ». C’est donc en Pays Bigouden et très certainement dans moins de vingt quatre heures, que le nom du Champion du Monde 2013 va être dévoilé.

Dans ce Round 4 Sean Poynter, un potentiel prétendant au titre, se fait sortir par Keahi Deaboitz et Caio Vaz dans un heat où les scores sont élevés et très serrés. Le heat le mieux noté de ce Round 4. 15.57 pour Keahi, 15.10 pour Caio et 13.44 pour Sean soulignent le niveau atteint par les riders dans cette confrontation.

Un autre brillant surfer en la personne de Zane Schweitzer est passé à la trappe prématurément malgré un engagement total et un surf vraiment maitrisé. Mais voila, le niveau est exceptionnel. Chaque « move » a son importance, chaque vague compte. Il faut commettre aucune erreur et ne rien laisser au hasard. L’étonnant et incroyable voltigeur Léo Etienne est toujours en piste et va se retrouver dans un heat world class au tour suivant en compagnie d’Antoine Delpero, double Champion du Monde de Longboard et vainqueur ici même en 2012, Caio Vaz, dauphin de Kai Lenny au classement mondial 2013 et Ian Vaz qui n’a rien a envier au surf de son aîné de frangin. Mais Léo surf avec l’insouciance de ses 14 ans et ne semble pas vraiment impressionné par l’enjeu. En tout cas le minot pousse les limites du surf en Stand Up Paddle avec brio. Certaines de ses courbes semblent vraiment inspirées de celles qu’il réalise en « short board » mais ici avec une planche plus volumineuse sous les pieds et une rame à la main. Comme dirait Ronan Chatain, éducateur sportif de conviction et poète devant l’éternel « Léo fait partie de cette génération de mômes qui te sort des “carves” parfaits in the pocket » ! Ca c’est dit…

Dans le tableau féminin Caroline Angibaud (France) va retrouver Aline Adisaka (Brésil) dans la 1ère ½ finale. Izzy Gomez (USA) et Vanina Walsh (Hawaii) accèdent à la 2ème ½ finale.

Le Round 5 des hommes est envoyé dans une houle qui atteint un bon 2 mètres. Le public massé sur les gradins naturels de la pointe admire le spectacle. Un homme survole les débats depuis le début de la journée par sa constance, la justesse de ses surfs, son engagement, ses prises de risques et sa parfaite lecture du plan d’eau. Il éclabousse de sa classe tous les heats de ce Round 5.
Ce phénomène, c’est Kai Lenny. Caio Vaz, 2ème au classement mondial et toujours en course pour le titre passe lui aussi le cap du Rond 5 en compagnie de Justin Holland (Australie), Mattheus Salazar (Brésil), Lucas Medeiros (Brésil), Antoine Delpero (France), Leco Salazar (Brésil) et Kai Bates (Australie). Il se fait tard, il est temps d’envoyer maintenant les jeunes pousses du Na Kama Kai pour conclure une extraordinaire journée de surf…

Demain les affaires sérieuses reprennent à 8h00 pour le premier « call » du jour.

Source

Gaia Coretti

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent