Glissades Tropéziennes

© Rolex / Carlo Borlenghi

Mer plate, généreux soleil estival, petite brise de Sud Ouest franche en bordure du golfe, tels étaient les ingrédients de cette première journée « complète » des Voiles 2012, idéale pour de toniques glissades, notamment pour les Modernes propulsés vers Cavalaire dans 20 nœuds de vent établis. « Complète » car c’est bien le mardi qu’entre en scène l’intégralité des quelques 300 voiliers engagés aux Voiles. Les Classiques ont retrouvé leurs marques à l’ombre du clocher de Saint-Tropez, tandis que les futuristes Wally réinvestissaient Pampelonne. Les voiliers Modernes profitaient eux, de l’air du large du côté de la Moutte. Toutes les classes étaient ainsi dès 13 heures engagées dans leurs joutes respectives, aux prises avec une Méditerranée d’humeur changeante, avant que la brise thermique ne vienne agiter le plan d’eau et faciliter un prompt retour au port vers les festivités du soir.

15 m JI : duels sous le soleil
Les quatre somptueux 15 mJI en existence signés William Fife régatent à Saint-Tropez au sein de leur propre groupe et sont désormais réunis en association au sein d’un véritable “carré d’as” sous la houlette de Bernard d’Alessandri, le Directeur Général du Yacht-Club de Monaco. Ils bénéficient par la grâce des organisateurs de leur propre départ décalé des grands auriques. On a ainsi pu assister au spectacle rarissime de l’envolée lancée de Mariska (1908), Tuiga (1909), The Lady Anne (1912) et Hispania (1909). Une rivalité confraternelle et marquée du sceau de l’amitié et du respect s’exprime sur l’eau, et c’est avec une réelle envie d’en découdre que les quatre « auriques » se jetaient sur la ligne de départ. Mariska choisissait le centre de la ligne de départ et profitait d’un plan d’eau dégagé pour s’échapper de plusieurs longueurs dans du vent frais. Bien couvert au bateau comité par un The Lady Anne opportuniste, Tuiga, adversaire déclaré de Mariska pour le leadership du très amical championnat des 15 mètres, se laissait voler son vent et plongeait sur une allure très abattue vers la bouée de dégagement. Une marque obligée que le vent avait totalement désertée à l’arrivée des grands auriques. Mariska était de nouveau le premier à se déhaler pour glisser devant Ste Maxime et toucher un nouveau flux de secteur Sud Ouest propice à sortir toute la toile vers la Seiche à l’Huile. Hispania, dernier yacht venu dans la cour des 15 mètres, a surpris par son aisance dans les petits airs, particulièrement au près. Mariska triomphe ce soir, ayant contrôlé la course de bout en bout.

Les « Moderne » vers Cavalaire
Si le vent se montrait capricieux au cœur du golfe, il était en revanche mieux établi du côté de Pampelonne et Cavalaire, que le Comité de course proposait promptement et dès midi aux 160 voiliers Modernes de visiter, à l’occasion d’un parcours de 17 milles pour les plus grosses unités, et 27 milles pour les véloces cruiser-racers. La ligne d’arrivée mouillée comme à l’accoutumée dans l’axe de la tour du Portalet, et à quelques encablures seulement du môle Jean Réveille, voyait moins de trois heures plus tard débouler l’immense spi fluo du proto Jethou, bord à bord avec l’autre « glouton » de l’épreuve, le grand Maxi Leopard 3. Le vent de Sud Ouest idéal en force et en stabilité dès le départ donné au large de la Moutte tombait quelque peu après 16 heures alors que les voiliers entamaient leurs derniers bords vers Saint-Tropez. Le Comité de course jugeait plus sage d’arrêter la course des petits voiliers à l’entrée du golfe. Jethou voit son rating lui coûter une place au général provisoire dorénavant dominé par le proto Italien, le grand Farr 70 My Song auteur d’une belle seconde place, et le Swan américain Stark raving mad. On notera chez les IRC B la nouvelle performance du TP 52 Spirit of Malouen VI qui a pris ce soir sa revanche sur le GP 42 Team Vision Future. L’autre TP 52Powerplay complète le podium provisoire après deux manches validées. Les habitués de la Méditerranée, Genapi à Chritian barberis et Cachou de Guy Cornillon dominent ce soir les IRC C. C’est le XP44 Amber Miles qui s’est imposé aujourd’hui et revient en troisième position du classement général provisoire, avant jury…

Du vent pour les Wally
Deux manches, sur des parcours de type « banane » étaient au programme des grands Wally sur leur rond au large de Pampelonne. Et au chaud soleil s’est mêlée pour le plus grand bonheur des équipages une solide brise de secteur sud ouest relevée à plus de 20 nœuds au plus fort de la journée. Deux manches ont ainsi été courues et validées.

Ils ont dit :

Luc Poupon (Sojana)

« Une belle journée, avec des conditions durant ue bonne partie du parcours idéales pour Sojana, avec un peu plus de 20 noueds de vent vers Cavalaire. On a déboulé au reaching à 16 nœuds, avant de tomber comme tout le monde dans un trou d’air vers La Moutte… »

Louis Heckly, tacticien Mariska (15 m JI)

« On a eu un peu d’air au départ. L’idée était de partir bien dégagé sur la ligne. On a tout de suite pris un léger avantage. Mais Hispania est revenue de manière étonnante, au près après la bouée dégagement. On a dû les contrôler. En sortie de baie, toute la flotte est tombée dans un trou d’air. On a vu que ça rentait par l’ouest et on est reparti avant nos adversaires. Puis The Lady Anne et Hispania sont de nouveau revenus à la faveur d’un nouveau trou d’air après les Issambres. On finit ainsi très groupé. Heureux de cette première victoire de manche. »

Yachts extraordinaires : le code 0

Le Code 0 du chantier Black Pepper s’est entouré du monde de la course au large afin de créer un bateau alliant performance et efficacité. Dessiné par Romaric Neyhousser avec le concours d’Yves Parlier, le Code 0 réalisé en carbone epoxy, mât carbone et pont en bois allie technologie, design et performances. La construction est confiée au chantier Naval de Larros à Gujan Mestras (France – Gironde); Quatre de ces superbes unités vont régater toute la semaine sur le rond des Classiques devant Saint Tropez, en compagnie des Tofinou (9 et 12 m), et apporter leur touche d’élégance pleine de modernité.

C’est aux Voiles, et nulle part ailleurs…

Les 10 Commandements… des Voiles !

  1. Un jeu, un plaisir, les Voiles demeureront
  2. En mer, attentif et vigilant tu resteras
  3. Fair Play tu seras
  4. L’organisation, le comité de course, les zones de départ et d’arrivée, les règlements etc… tu respecteras
  5. Les voiliers en course tu admireras… de loin
  6. La mer et la terre tu honoreras
  7. Tu ne voleras point, mais navigueras
  8. De très belles photos tu prendras
  9. De la fête du en seras
  10. Les Voiles de Saint-Tropez tu adoreras

De Saint Tropez à Tahiti
Pour la quatrième année consécutive, Tahiti et ses îles sont présentes aux Voiles de Saint Tropez. C’est en effet en 2009 que Pierre Dinard, Président de la Tahiti Pearl Regatta, la plus importante régate du pacifique Polynésien, élabore avec ses amis tropéziens un jumelage entre la Société Nautique de Saint Tropez et l’association Raiatea Regatta organisatrice de la TPR. Depuis 4 années, les échanges d’équipage ont lieu entre les antipodes et Saint Tropez. « Tahiti et ses îles » est par ailleurs très présente au coeur même du village des Voiles. Un stand de 50m2 présente Tahiti et ses produits. L’objectif est de promouvoir l’image et la destination de Tahiti, et de promouvoir la Polynésie française auprès d’un public amateur de voile.

Du virtuel aux Voiles…
Vainqueur de la version virtuelle des 900 milles de saint-Tropez organisés en mars par la Société nautique de Saint-Tropez, le Toulousain Arnaud X, dit « DollHouses » est cette semaine l’invité des Voiles, en récompense de sa performance. Arnaud est un habitué et récidiviste des jeux de course au large sur ordinateur, puisqu’il a déjà à son palmarès une victoire sur l’Arabian Tour », et une seconde place dans le Bol d’Or. Arnaud qui ne navigue habituellement pas, va pouvoir contempler de près et grandeur nature les somptueux yachts de tout âge et de toute architecture présents aux Voiles.

Thibault Papin, coordinateur du projet “Les Voiles de Saint Tropez”

“Nous présentons cette année une collection très bien conçue, beaucoup plus typée “voile” et marquée mode tropézienne, imprégnée des années Bardot, avec le guidon de la ville de Saint-Tropez,et la broderie “cordelette” directement inspirée de l’environnement yachting.

Les retours sur cette collection sont très satisfaisants. Nousa vos lié d’excellentes relations avec la Société Nautique de Saint-Tropez et tous les partenaires des Voiles. Notre relationnel avec tous les acteurs du yachting est excellent. Kappa n’investit pas dans le nautisme en tant que sport, mais bien en tant qu’art de vivre, esprit du yachting. Robbe di Kappa qui est la marque plus “casual” nous appuie. Nous communiquons sur le mot Kappa en France car c’est cette appellation qui est reconnue en France.

Cette grande semaine de Saint-Tropez est très dense pour nous. Les Voiles constituent une triple plate-forme de communication : Notre stand de 200 m2 est ouvert durant près de 10 jours, avec 15 000 pièces envoyés depuis nos entrepôts. Nous sommes aussi présents sur le terrain des relations Presse et de la communication institutionnelle, et nous développons également “l’incentive”, les relations Publiques en invitant de nombreux clients et franchisés, environ une centaine de personnes qui peuvent aller sur l’eau admirer les bateaux.

Notre communication est évidemment très tournée vers l’international, avec la présence de clients Suédois, Tchèques, Polonais, Belges… notre objectif est de profiter de notre gros réseau international pour implanter cette ligne dans de nombreux pays. Le label Saint-Tropez continue de faire rêver aux quatre coins du monde, avec une identité très forte, particulièrement en Russie…”

Météo du Mercredi 3 octobre 2012

Journée similaire à celle d’aujourd’hui, avec un flux majoritairement orienté Sud Ouest, pour une douzaine de nœuds à l’extérieur du golfe, et des conditions localement très changeante devant Saint-Tropez, avec de nombreuses bascules à anticiper…

Source

Maguelonne Turcat

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent