Victoire britannique sur la Normandy Channel Race !

© Jean-Marie Liot

Les jeunes navigateurs Britanniques Ned Collier-Wakefield et Sam Goodchild se sont adjugés ce soir à 19 heures et 37 minutes à Ouistreham, la 3ème édition de la Normandy Channel Race à bord de leur Class 40 « Concise 2 ». Ils ont devancé de 10 minutes et 20 secondes les grands animateurs de l’épreuve, le duo Normando-Anglais Halvard Mabire-Miranda Merron « Campagne de France », au terme d’une intense semaine et près de 1 000 milles de course au contact à travers la Manche, le long des côtes de Cornouaille, d’Irlande et de Bretagne. La Normandy Channel Race consacre deux talents émergeants de la voile Britannique appelés à faire rapidement parler d’eux. Récents vainqueurs de la transat Québec Saint-Malo, Halvard Mabire et sa compagne Miranda Merron ont de nouveau étonné tous les observateurs. Ils s’imposent cette année comme les grands spécialistes de la classe.

Ned Collier-Wakefield : « Ce fut génial! La meilleure des courses que j’ai jamais disputée. Tant de points de passages spectaculaires, beaucoup d’allures de près, mais on s’est bien amusé. Merci à Halvard et à Miranda d’avoir rendu la course si passionnante. On voulait juste faire de notre mieux et le Top 5 aurait déjà été fabuleux. On n’aurait jamais imaginé pouvoir gagner. On a toujours navigué au contact et le final a été somptueux! Nous serons de retour l’an prochain, c’est certain! La nuit dernière on a dû jeté l’ancre dans la pétole; on en a profité pour dormir…”

Sam Goodchild :

« Nous nous sommes vraiment fait plaisir ; le duel avec Halvard a été très intense. Il va très vite et on s’est vraiment battu pour rester au contact. 6 jours au contact! On ne pensait pas pouvoir les passer. 4 heures avant la fin de la course, on ne pensait toujours pas pouvoir gagner! Notre chance de le passer s’est finalement présentée ce matin après la Hague. On l’a saisie, et nous voilà! Cette course est fantastique! C’est la meilleure, la meilleure que j’ai jamais faite, avec une forte opposition, un bateau très plaisant, en double…”

Halvard Mabire :

« J’avais mis Concise 2 dans les bateaux dangereux avant le départ. Je ne me suis pas trompé dans mes pronostics. Nous avons fait la bêtise de les suivre en les précédents. Nous avons appris plein de choses sur cette course. Cela fait toujours plaisir d’être devant. Nous attendons maintenant une édition de la Normandy Channel Race avec du vent dans le bon sens et de la visibilité comme cette année. Je comprends mieux maintenant que la Normandy Channel Race s’écrit avec un Y. Trois britanniques sont dans les deux premiers Class 40 au classement général ».

Miranda Merron :

« Deuxième, c’est super. Le plateau était vraiment élevé avec de très bons navigateurs au départ. Nous avons perdu notre place de leader à Land’s End en décidant de contrôler « Concise 2 ». Le marquage est trop aléatoire sur près de 1000 milles de course ».

Manfred Ramspacher, organisateur de l’épreuve :

« Il s’est passé quelque chose cette année. C’est un tournant dans le développement de l’événement. Nous avons connu un grand succès populaire lors de la parade entre Caen et Ouistreham. Cela avait un air de petit Vendée Globe ! C’est également la confirmation de la pertinence de la Normandy Channel notamment au niveau de sa crédibilité sportive. La bagarre a été magnifique à suivre. Rendez-vous en avril 2013… Merci aux collectivités pour leur engagement, bravo à « Concise 2 » et « Campagne de France », Ned Collier-Wakefield et Sam Goodchild, Halvard Mabire et Miranda Merron. Nous attendons les suivants avec impatience … ».

Espoirs de la course au large anglaise

Le duo britannique, Ned Collier Wakefield, 24 ans, Sam Goodchild, 22 ans, a pris les commandes de la Normandy Channel Race cette nuit le long des côtes normandes dans le courant puissant et contre les étraves des voiliers. Ils se livraient quasiment depuis Tuskar Rock en Irlande, un duel de tous les instants avec le tandem Franco-Britannique composé d’Halvard Mabire et Miranda Merron. « Concise 2 » réalise une sacrée performance. Du début à la fin, les jeunes loups anglais étaient dans le coup que cela soit dès le départ dimanche 2 septembre, puis dans le petit temps lors de la traversée de la Manche, dans le courant du Solent, le long des côtes Sud anglaise, lors de la remontée vers Tuskar Rock, la descente vers les îles anglo-normandes et enfin dans cette dernière ligne droite. Ned et Sam n’ont jamais rien lâché, menant leur Akilaria RC2 avec beaucoup d’intelligence. C’est l’une de leurs premières grandes victoires. Le binôme avait déjà été remarqué lors de la Transat Jacques Vabre 2011 et un début de course en trombe hélas entaché par un abandon.

Sam Goodchild, originaire de Grande-Bretagne et de Grenade, a terminé, cette année, 12ème de la Transat AG2R et 24ème de la Solitaire du Figaro à bord du Figaro Bénéteau « Artémis ». Il a vécu 15 ans sur le bateau familial. Ned Collier Wakefield, skipper de « Concise 2 », est l’un des piliers du team Concise. Etudiant en architecture, le jeune londonien a une expérience déjà vaste du Class 40. Il a remporté le Championnat du Monde de la discipline en 2009.

Au près sans vent !

Les quinze Class 40 inscrits dans la troisième édition de la Normandy Channel Race sont partis, dimanche 2 septembre, au large d’Hermanville-sur-Mer. Dans une bonne petite brise de 15 nœuds, les concurrents, après leur show – parade entre Caen et Ouistreham apprécié par un grand nombre de spectateurs, ont effectué un parcours de dégagement. D’entrée de jeu, les deux jeunes britanniques, Ned Collier Wakefield et Sam Goodchild, du voilier « Concise 2 », affichaient leur prétention en prenant les commandes sous spinacker. Ensuite, le long des plages du débarquement, avec le courant dans un premier temps puis contre, l’ensemble de la flotte peinait à évoluer vers le but, les îles Saint-Marcouf.

« Phoenix Europe Express » de Yannick Bestaven, vainqueur de la Transat 6.50 1991, et Julien Pulvé, sortait en tête de cette première marque obligatoire tandis que « Campagne de France » du duo Halvard Mabire – Miranda Merron revenait aux avant-postes.

Première transmanche, petit temps sur le plan d’eau, du près, allure prédominante tout au long de la Normandy Channel Race 2012, quatre unités se détachaient à la faveur d’une négociation parfaite des oscillations et du courant, « Talanta » de Jean Galfione et Eric Péron s’invitant à la fête ! « Mare » skippé par Joerg Riechers et Nicolas Boidevezi jetait l’éponge suite à un problème technique autour du bout-dehors du Mach 40 allemand.

L’île de Wight, le passage du Solent au programme, l’anticyclone gonflait et nombreux tandems se retrouvaient encalminer dans la pétole et surtout face au fort courant, mouillage pour certains. Les leaders prenaient la poudre d’escampette, premier grand passage à niveau. Le long des côtes sud de l’Angleterre même topo, réglages au millimètre des voiles, concentration maximum à bord, réflexion stratégique… « Eole Génération GDF Suez », emmené par Sébastien Rogues et Dominic Vittet, réalisait un bon coup le long du littoral, regroupement général ! Cap Lizard, accélération enfin franche du vent, mer agitée et hachée, direction Tuskar Rock, la mer celtique, la fatigue commençait à s’installer. Halvard Mabire et Miranda Merron prenaient clairement l’avantage au contact de Sam Goodchild et Ned Collier Wakefield dans le rythme. Cadence élevée pour tout le monde avant le retour de cette large dorsale anticyclonique…

Mercredi soir, les premiers enroulaient Tuskar en Irlande alors que pour derrière avec l’affaiblissement d’Eole, un sacerdoce débutait. Descente en direct vers les îles Anglo-Normandes, Sylvie Viant, directrice de course, et Jean Couadou, Président du comité de course, réduisaient le parcours, exit le Fastnet.

A nouveau au près, à nouveau sans vent, « Campagne de France » et « Concise 2 » s’orientaient vers un match racing et passaient Land’s End sans encombre pour ensuite traverser la « molle » avec délicatesse. Comme depuis le début de la NCR, les premiers s’envolaient avant les autres. Ces derniers d’ailleurs restaient, vendredi, à l’arrêt du côté de Bishop Point. « Talanta » du perchiste Jean Galfione et du figariste Eric Péron, prenant une bonne option sur la troisième marche du podium. Rase-cailloux en Bretagne, « tu vires, je vire », vendredi soir, « Concise 2 » mettait la pression au couple franco-britannique. C’est samedi matin que « Concise 2 » faisait la différence au cap de la Hague. Sam et Ned gardaient enfin leur leadership jusqu’à l’arrivée à 19h37 au large d’Hermanville-sur-Mer avec 10 minutes et 20 secondes sur Halvard et Miranda.

Etonnant Mabire

Halvard Mabire, 56 ans, Miranda Merron, 43 ans, ont ainsi failli d’un cheveux remporter leur deuxième grande course de l’année sur le circuit des Class 40 après leur victoire, cet été, sur la Transat Québec Saint-Malo. Ils ont été dans tous les bons coups du début à la fin de la Normandy Channel Race 2012 que cela soit entre Ouistreham et les îles Saint-Marcouf, lors de la première traversée de la Manche, dans les eaux du Solent, le long de la côte Sud de l’Angleterre, au passage du Cap Lizard, lors de l’enroulement de Tuskar Rock en Irlande puis lors de la descente vers les îles anglo-normandes et dans la dernière ligne droite notamment lors du franchissement du raz Blanchard. Dans le petit temps et souvent au près, le couple Franco-Britannique a admirablement contrôlé la course, menant avec beaucoup d’intelligence stratégique et tactique leur Pogo 40 S2 malgré la pression continue de « Concise 2 » de Ned Collier Wakefield et Sam Goodchild. Halvard Mabire, originaire de Cherbourg, est l’un des grands marins français. Formidable concepteur de bateau, 30 ans d’expérience dans la course au large, il a navigué sur de nombreux supports du Mini 6.50 en passant par le Figaro, le monocoque de 60 pieds ou encore les « Maxi ». Il a notamment participé en tant que navigateur à deux courses autour du monde avec Eric Tabarly comme skipper, mais a eu aussi le privilège et la chance qu’Eric fasse partie de son équipage sur le 60′ « Ville de Cherbourg » avec lequel Halvard gagna de la Course de l’Europe en 1993. De son côté, la britannique Miranda Merron a débuté la voile à 9 ans à bord de l’International 14 de son père. Elle a notamment couru La Route du Rhum, la Transat Québec St Malo et la Volvo Ocean Race en tant que responsable de la navigation. Elle a gagné la Transat Jacques Vabre et la Course autour des Iles Britanniques. En 2009 elle était navigatrice sur le 60′ Aviva, avec un équipage féminin, et l’équipe a établi un nouveau record autour des Iles Britanniques, améliorant de plus de 16 heures l’ancien record toutes catégories en monocoque.

Source

Sirius Evénements

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent